Le FBI a saisi Deep Dot Web, un important annuaire du Dark Web,
Et a arrêté ses administrateurs

Le , par Stan Adkens

43PARTAGES

15  0 
L’Internet devient de moins en moins sûr pour les criminels qui y opèrent, même sur le réseau crypté Tor, accessible uniquement grâce à des outils fournissant l'anonymat, comme le navigateur Tor. Le FBI a arrêté plusieurs personnes soupçonnées d'avoir participé à la gestion de Deep Dot Web, un site Web destiné à faciliter l'accès aux sites Web et aux marchés obscurs. Deep Dot Web est un site Web qui agit comme un répertoire pour les sites web fonctionnant sur le réseau d'anonymisation Tor. Bien que le site offrait des nouvelles liées au Web obscur, ils offraient aussi un répertoire des sites Web obscurs, y compris les marchés qui vendent de la drogue, des armes, des logiciels malveillants, des renseignements volés, de la pornographie juvénile et d'autres services illicites.

Deux Israéliens soupçonnés d'avoir participé à la gestion du Deep Dot Web, qui facilitait l'achat d'armes, de drogues et d'autres produits de contrebande, ont été arrêtés, selon les déclarations des autorités israéliennes le mardi dernier. La police israélienne de Tel-Aviv a confirmé ces arrestations dans une déclaration faite plus tôt dans la journée. La police a arrêté lundi, selon le Times d’Israël, un résident de Tel-Aviv âgé de 35 ans et un résident d'Ashdod de 34 ans. Des arrestations ont également eu lieu en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, et selon une source proche de l'opération, un administrateur du site a été arrêté au Brésil.


Le Times d’Israël a écrit :

« Des arrestations ont eu lieu en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Brésil et en Israël, où la police a retrouvé et arrêté lundi un habitant de Tel-Aviv âgé de 35 ans et un habitant d'Ashdod âgé de 34 ans. »

Deep Dot Web aurait gagné des millions de dollars en commission en offrant des liens de référence vers des sites web obscurs, accessibles uniquement sur les domaines .oignon sur le réseau Tor. Tor a des serveurs relais aléatoires répartis dans le monde entier, ce qui rend presque impossible la traçabilité des activités de ses utilisateurs.

Il ne serait pas illégal d'afficher un lien vers un site du marché noir, même s'ils font le commerce de biens comme les drogues, les données volées et la pornographie juvénile. Cependant, Deep Dot Web peut avoir fait plus que simplement fonctionner comme une ressource pour aider les visiteurs à naviguer sur le Dark Web. Les propriétaires du site auraient reçu du bitcoin de sites du marché noir en échange de la publication de liens vers eux. Selon la police israélienne, les propriétaires de Deep Dot Web ont récolté des millions d'euros par le biais de leur activité « d’affiliation marketing ». Les détails concernant cette campagne d'affiliation ne sont pas connus, mais il est possible que les administrateurs gagnent une commission pour chaque vente référée par leur site aux marchés criminels.


Selon le Times d’Israël, les arrestations d’Israël font suite à une opération menée par les autorités américaines et allemandes plus tôt la semaine dernière qui a conduit au démantèlement de Wall Street Market, l'un des plus grands marchés criminels en ligne au monde pour les drogues, les outils de piratage et les produits financiers volés lors de raids aux États-Unis, en Allemagne et au Brésil. Selon le Times d’Israël, Wall Street était la plaque tournante des criminels du Web, qui y ont vendu drogue, armes et pièces d'identité volées qui serviraient à accéder à des comptes en ligne.

Wall Street Market comptait plus d'un million de comptes d'utilisateurs, quelque 5 400 fournisseurs et des dizaines de milliers d'articles disponibles à l'achat. Il s'est développé au fur et à mesure que d'autres marchés Web obscurs ont été accaparés et fermés, poussant les utilisateurs et les vendeurs vers un bassin de plus en plus restreint de petites plateformes.

Selon le Times d’Israël, le procureur de Francfort Georg Ungefuk a déclaré aux journalistes de Wiesbaden, une ville d’Allemagne, que trois Allemands, âgés de 31, 22 et 29 ans, ont été arrêtés après les raids des autorités dans trois États du sud du pays, sur la base d'allégations selon lesquelles ils exploitaient la plateforme darknet « Wall Street Market ». Ces efforts s’inscrivent dans le cadre d'une opération internationale impliquant le FBI, Europol et les forces de l'ordre fédérales d'Allemagne, d'Israël, des Pays-Bas et du Brésil qui sévissent contre les marchés criminels accessibles sur les plateformes darknet via Tor.

Les administrateurs présumés du portail Web obscur Deep Dot Web ont été arrêtés dont un Brésilien, modérateur présumé du site, qui a été inculpé, et le site Web saisi par le FBI. En outre, deux procureurs américains ont déclaré que deux personnes étaient les principaux vendeurs de Wall Street Market et que d'importants trafiquants de drogue opérant à partir de Los Angeles ont également été arrêtés.

Ses sites Web ne sont pas les premiers que le FBI a saisis pendant ces derniers mois. En décembre dernier, le FBI avait saisi les domaines de 15 sites Web populaires qui fournissaient des attaques DDoS à la demande. Le FBI avait bénéficié, à cet effet, de l’aide de la National Crime Agency du Royaume-Uni et de la police nationale néerlandaise, et le ministère de la Justice a chargé plusieurs sociétés de haute technologie, notamment Cloudflare, Flashpoint et Google, d’apporter une aide supplémentaire aux autorités. Certains des sites nommés dans les actes d'accusation ont signalé des attaques dépassant les 40 gigabits par seconde, des attaques qui ont été suffisamment importantes pour paralyser certains sites Web pendant un certain temps.

Cette saisie avait eu pour répercussion, non seulement, la réduction de la taille des attaques DDoS moyennes de 85 %, mais également, la taille des grandes attaques avait diminué de 24 %, d’après le rapport des menaces du quatrième trimestre de Nexusguard publié en mars dernier. Le nombre total d'attaques DDoS à l’échelle mondiale avait diminué de près de 11 % d’une année sur l’autre, selon le rapport.

Ces genres de répressions des autorités internationales pourraient faire du Web un endroit hostile et moins fréquenté par les criminels à la base de puissants réseaux de blanchiment d’argent. Pourvu que les vrais coupables soient mis hors d’état de nuire et leurs plateformes retirées du Web pour en faire des exemples. CNN a publié en mars dernier que le plus grand marché du Dark Web prévoyait de fermer ses portes le 30 avril à la suite d'annonces d'arrestations faites par les forces de l'ordre.

Source : The Times of Israël

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

Le FBI met fin aux activités de 15 sites populaires fournissant des attaques DDoS à la demande, l'un d'eux a servi à attaquer plus de 200 000 cibles
La taille des attaques DDoS réduite de 85 % après la fermeture par le FBI de 15 sites Web fournisseurs de ces attaques à la demande, selon un rapport
Le plus grand marché du Dark Web prévoit de fermer ses portes le 30 avril, à la suite d'annonces d'arrestations faites par les forces de l'ordre
Le directeur du FBI veut avoir un accès aux données chiffrées, pour pouvoir lutter efficacement contre les criminels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de mh-cbon
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/05/2019 à 11:00
on mélange tout et voilà une bien belle news bien anxiogène.

Donc la police fait la maline à mettre en prison des gens qui ont **possiblement** reçu de l'argent pour afficher des liens.
Et ceux qui accordent des prêts au delà du raisonnable, pasenprison ? pas en prison.
Et ceux qui mentent les yeux dans les yeux après avoir volé le bien commun, pasenprison ? pas en prison.
ceux qui fomentent et exécutent guerres après attentats en faux drapeau, pasenprison ?nop, pas en prison.
benalla, non, non plus, pasenprison.

Les gilets jaunes, en prison.
Les anti brexit, en prison.
Les pauvres, en prison.

 
Contacter le responsable de la rubrique Sécurité

Partenaire : Hébergement Web