Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tim Cook défend la décision de retirer l'application de Hong Kong Maps (HKmap Live)
Dans un mail adressé aux employés de la société

Le , par Bill Fassinou

8PARTAGES

15  0 
Sur le fait d'autoriser ou non l’application HKmap Live sur l’App Store, on peut affirmer qu'Apple a longuement réfléchi sur la question et l’avoir finalement retirée n’a pas été une décision facile à prendre. C’est du moins ce que Tim Cook, PDG d’Apple, a essayé d’expliquer hier dans un mail qu’il a adressé aux employés de la société. Dans son mail, Tim Cook, a expliqué que la décision définitive de l’entreprise de retirer HKmap Live de l’App Store était la bonne décision à prendre, tout en donnant des détails sur les raisons qui sont à l’origine de ce retrait.

Mercredi, à la suite d’une grande pression faite par la Chine sur l’entreprise, elle a retiré HKmap Live, l’application de cartographie de Hong Kong, de l’App Store. Dès le début du mois, Apple avait déjà banni l’application une première fois, car celle-ci permet aux habitants de suivre les manifestations et les activités de la police. Apple a jugé dans un premier temps que l’accès à ce type d’information était illégal et a retiré HKmap Live une première fois. Ensuite la société est revenue sur sa décision dans la semaine, avant de la supprimer définitivement hier.

Tim Cook donne les raisons du retrait de HKmap Live de l'App Store

« Nous avons créé l'App Store pour être un endroit sûr et fiable de découverte des applications. Nous avons appris que votre application a été utilisée d'une manière qui met en danger les forces de l'ordre et les résidents de Hong Kong », a déclaré Apple hier. Selon Apple, HKmap Live affiche l’emplacement des services de police. Il aurait ensuite appris auprès du Bureau de la cybersécurité et de la criminalité technologique de Hong Kong que HKmap Live a servi à cibler et à piéger la police, menacer la sécurité publique et les criminels l'auraient utilisée pour victimiser les résidents dans des zones où ils savent qu'il n'y a aucun service de police.

« Cette utilisation de votre application a causé de graves dommages à ces citoyens. Pour ces raisons, nous avons déterminé que cette application viole nos directives et les lois locales et nous l'avons retirée de l'App Store », a annoncé Apple. Néanmoins, comme si cela prêtait toujours à confusion, Tim Cook a adressé un peu plus tard dans la journée d’hier une note explicative à tous les employés de la société pour leur expliquer quelles étaient les principales raisons qui ont poussé l’entreprise à agir comme elle l’a fait à l'égard de l’application HKmap Live.


Le PDG d’Apple Inc., Tim Cook, a défendu la décision de l'entreprise de supprimer l’application de cartographie de Hong Kong. Il a affirmé ce jeudi que l'entreprise avait reçu des autorités « des informations crédibles » indiquant que HKmap Live était utilisé « malicieusement » pour attaquer la police. Apple a pris cette décision après avoir consulté les autorités locales, car l’application pourrait mettre en danger les forces de l'ordre et les habitants de la ville. Cook s'est fait l'écho de ce sentiment dans son mail envoyé aux employés d'Apple.

« Au cours des derniers jours, nous avons reçu des informations crédibles du Bureau de la cybersécurité et de la criminalité technologique de Hong Kong, ainsi que d'utilisateurs de Hong Kong, selon lesquelles l'application était utilisée à des fins malveillantes pour cibler des agents de police individuels et pour victimiser des individus et des biens en l'absence de policiers », a écrit Cook dans sa note, présentée par Bloomberg News. Tim Cook a également expliqué dans sa note que l'application HKmap Live viole les lois locales.

« Ces décisions ne sont jamais faciles à prendre, et il est encore plus difficile de discuter de ces sujets pendant les moments de débat public acharné », a écrit Cook. « Les débats nationaux et internationaux nous survivront tous et, bien qu'importants, ils ne gouvernent pas les faits. Dans ce cas, nous les avons examinés en profondeur, et nous croyons que cette décision protège le mieux nos utilisateurs », a-t-il conclu. Notons que la Grande Chine (Greater China), y compris Hong Kong et Taiwan, est le plus grand marché d'Apple après les États-Unis.

Cette décision d'Apple n'est pas appréciée par tous

Le fabricant d'iPhone est aussi l'un des symboles les plus visibles des entreprises américaines dans ce qui représente la deuxième puissance économique mondiale. Mais contrairement à Apple, Google lui a indiqué que l’application n’était pas en violation avec sa politique et a confirmé qu’elle est toujours disponible sur le Play Store, sa boutique d’applications en ligne. Cependant, Google a déclaré avoir retiré dans la semaine un jeu de sa boutique d'application qui permettait aux joueurs de prétendre qu'ils étaient des protestataires de Hong Kong.

Plus précisément, Google a indiqué que le jeu a permis à certaines personnes de se faire passer pour des protestataires de Hong Kong. Pour revenir sur le cas Apple, Charles Mok, conseiller législatif à Hong Kong, s'est dit « profondément déçu » par la décision d'Apple et a contesté les raisons de l'entreprise dans une lettre ouverte qu’il a adressée à Tim Cook. Selon lui, il y a de nombreux cas qui montrent que des passants innocents ont été blessés dans un quartier par la force excessive de la police de Hong Kong lors d'opérations de dispersion de la foule.

Charles Mok s’est servi de Twitter comme canal pour publier sa lettre. « Les informations partagées à l'aide de HKmap Live aident en fait les citoyens à éviter les zones où des piétons non impliqués dans des activités criminelles pourraient faire l'objet de brutalités policières », a écrit Charles Mok dans la lettre. Apple aurait finalement supprimé HKmap Live après que le journal phare du parti communiste chinois ait critiqué l’entreprise pour avoir accepté une telle application dans son magasin. Les promoteurs de l’application réfutent également les arguments d’Apple. « Nous ne sommes pas d'accord avec l'affirmation d'Apple selon laquelle notre application a mis en danger qui que ce soit à Hong Kong », a déclaré le développeur de HKmap Live dans un communiqué.

Apple n'est pas la seule entreprise US qui lutte pour naviguer dans le mouvement prodémocratique à Hong Kong

Comme ça vient d’être le cas avec HKmap Live, mentionnons également qu’Apple a récemment retiré l'emoji du drapeau taïwanais de certains iPhone, soulignant le difficile équilibre que la société doit trouver en soutenant la liberté d'expression tout en apaisant la Chine. L’on estime qu’Apple s’est mis dans une position très délicate avec ces agissements.

Selon Bloomberg, Apple se joint à d'autres entreprises étrangères qui luttent pour naviguer dans le mouvement prodémocratique à Hong Kong, car les protestations qui ont commencé en juin ne montrent aucun signe d'essoufflement. La question est devenue une ligne rouge pour ceux qui font des affaires en Chine. De plus en plus de géants américains, dont Activision Blizzard Inc., se retrouvent mêlés à des controverses sur la mesure dans laquelle leurs actions sont influencées par des considérations économiques dans un vaste marché chinois.

Ce qu’on reproche aussi à la lettre de Cook, c’est qu’elle ne fournit aucune précision sur ces incidents où HKmap Live aurait été utilisé pour cibler des agents de police. Pour certains, c’est un scénario alarmant, tout comme l’idée que les gens utiliseraient l’application de cartographie de manière néfaste pour attaquer les zones où la présence de la police est faible. Mais ce serait surtout les médias d'État chinois qui ont poussé ces rapports inquiétants jusqu'à présent.

Enfin, retenons que, pour le moment, l'application continue de fonctionner pour les personnes qui l'ont déjà installée sur leur iPhone, mais elle ne peut pas être téléchargée à nouveau d'Apple. Par contre, les utilisateurs de smartphones Android pourront toujours la télécharger sur le Play Store de Google.

Source : Email to employees

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Apple s’est-il soumis aux exigences des autorités chinoises au risque de perdre sa présence sur le marché chinois ?
Que pensez-vous qu'Apple devrait faire dans ce cas ?

Voir aussi

App Store : après les avertissements de la Chine, Apple finit par éjecter l'application HKmap Live qui permet aux manifestants de Hong Kong d'éviter la police

Apple bannit une application qui trace les manifestations et les activités de la police à Hong Kong, sous prétexte d'illégalité, à tort ?

Apple revient sur sa décision de bannir HKmap Live l'application qui permet aux manifestants de Hong Kong d'éviter la police

Apple censure l'émoji du drapeau taïwanais pour les utilisateurs iOS de la ville de Hong-Kong, mais il y a toujours un moyen de l'utiliser

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:49
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
En fait la même appli est bien toujours sur le Google Play store.
Donc sur ce coup la précisément Apple à bien pris une décision différente de Google.

Google voulais faire le Google censuré pour la Chine mais le projet est abandonné, par contre Apple a toujours des intérêts en Chine, à savoir ses produits sont encore largement fabriqués en Chine, et que ils vendent leurs produits en Chine, donc ils ne peuvent pas se pemettre d'indisposer le gouvernement Chinois.
Tout cela n'est qu'une question de point de vue alors qu'il suffit de regarder ailleurs.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:17
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Enfin, retenons que, pour le moment, l'application continue de fonctionner pour les personnes qui l'ont déjà installée sur leur iPhone, mais elle ne peut pas être téléchargée à nouveau d'Apple. Par contre, les utilisateurs de smartphones Android pourront toujours la télécharger sur le Play Store de Google.
Si j'étais Hongkongais il est probable que je préférerais Android à iOs.
Cela dit il y a énormément de rebondissements, l'application sera peut-être interdite sous Android un jour.
On ne connait pas les accords entre Apple et la Chine et entre Google et la Chine...
Pourquoi Google peut se permettre d'autoriser l'application et pourquoi Apple ne peut pas ?

Apple doit vendre beaucoup de Mac en Chine et il ne veut pas se fâcher avec le gouvernement. (dans la balance des négociations chinoises Apple doit peser beaucoup moins lourd que Google)

Soutenir la Chine ça donne une mauvaise image :
E-sport : Blizzard dans la tourmente après l’exclusion d’un joueur pro-Hongkong
Il y a un petit bad buzz contre Blizzard.
2  1 
Avatar de olaxius
Membre averti https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 14:44
Voir ce qui est juste et ne pas le faire est un manque de courage. confucius.

A mon humble avis Apple doit changer de lunettes , pour voir ce qui est vraiment juste .
Quant à ce faquin de COOK il a simplement baisser son froc devant la dictature chinoise(hong kongaise) , qui elle ne se gêne pas pour tirer à balles réelles sur son peuple ou faire venir des triades pour casser les grèves !!!
Mais ça il a du oublier ... ou pas ...

Cook et son discours sont à vomir
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 15:05
Citation Envoyé par olaxius Voir le message
Cook et son discours sont à vomir
C'est le business...
Apple préfère garder de bonnes relations avec la Chine donc il se soumet aux lois chinoises.
0  0 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:33
Les autorités russes peuvent dévalider les réseaux sociaux temporairement pour que les gens discutent entre eux, intérêt d'une manifestation.
0  2