Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les cyberattaques sont en hausse en 2019 et touchent 82 % des organisations,
Selon un rapport de Dell Technologies

Le , par Nancy Rey

30PARTAGES

5  0 
Le Global Data Protection Index 2020 Snapshot (une étude du cabinet Vanson Bourne commandée par Dell Technologies), a interrogé 1000 décideurs informatiques d'organisations publiques et privées de plus de 250 employés dans 15 pays sur l'impact du cloud et la complexité des technologies de pointe sur la préparation en matière de protection des données. Il en résulte que 82 % des entreprises dans le monde ont été victimes de cyberattaques et de pertes de données au cours de l'année 2019.


L'enquête Snapshot révèle que les organisations gèrent en moyenne près de 40 % de données de plus qu'il y a un an. La grande majorité (81 %) des personnes interrogées ont déclaré que leurs solutions actuelles de protection des données ne répondront pas à tous leurs besoins commerciaux futurs. Ces résultats montrent également des progrès positifs, car un nombre croissant d'organisations (80 % en 2019, contre 74 % en 2018) considèrent que leurs données sont précieuses et en tirent actuellement une valeur ou prévoient de le faire à l'avenir.

« Les données sont le moteur des affaires et la clé de la transformation numérique d'une organisation. Alors que nous entrons dans la prochaine décennie, des stratégies de protection des données résilientes, fiables et modernes sont essentielles pour aider les entreprises à prendre des décisions plus intelligentes et plus rapides et à combattre les effets de perturbations coûteuses » a déclaré Beth Phalen, présidente de Dell Technologies Data Protection.

Selon l'étude, les organisations gèrent désormais 13,53 pétaoctets (PB) de données, soit une augmentation de près de 40 % par rapport à la moyenne de 9,70 PB en 2018 et une augmentation de 831 % par rapport à la moyenne de 1,45 PB en 2016. La plus grande menace pour toutes ces données semble être le nombre croissant d'événements perturbateurs, des cyberattaques aux pertes de données en passant par les temps d'arrêt des systèmes. La majorité des organisations (82 % en 2019 contre 76 % en 2018) ont subi un événement perturbateur au cours des 12 derniers mois. En outre, 68 % des organisations craignent de subir un événement perturbateur au cours des 12 prochains mois.



Plus inquiétant encore est le constat que les organisations utilisant plus d'un fournisseur de protection des données sont environ deux fois plus vulnérables à un cyber incident qui empêche l'accès à leurs données (39 % de celles qui utilisent deux fournisseurs ou plus contre 20 % de celles qui n'utilisent qu'un seul fournisseur). Cependant, le recours à plusieurs fournisseurs de protection des données est en hausse, 80 % des organisations choisissant de déployer des solutions de protection des données de deux fournisseurs ou plus, soit une augmentation de 20 points de pourcentage depuis 2016.

Le coût des perturbations augmente également à un rythme alarmant. Le coût moyen des interruptions a bondi de 54 % entre 2018 et 2019, ce qui donne un coût total estimé à 810 018 dollars en 2019, contre 526 845 dollars en 2018. Le coût estimé de la perte de données a également augmenté, passant de 995 613 $ en 2018 à 1 013 075 $ en 2019. Ces coûts sont nettement plus élevés pour les organisations qui utilisent plus d'un fournisseur de protection des données en moyenne, les coûts liés aux temps d'arrêt sont près de deux fois plus élevés et les coûts liés à la perte de données près de cinq fois plus élevés.

L'étude indique que presque toutes les organisations investissent dans des technologies nouvelles ou émergentes, les cinq premières étant : les applications natives du cloud (58 %), l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique (53 %), les applications SaaS (Software-as-a-Service) (51 %), l'infrastructure 5G et de périphérie du cloud (49 %) et l'Internet des points d'extrémité (36 %).

Pourtant, près des trois quarts (71 %) des personnes interrogées estiment que ces technologies émergentes rendent la protection des données plus complexe, tandis que 61 % déclarent que les technologies émergentes présentent un risque pour la protection des données. Plus de la moitié des personnes utilisant des technologies nouvelles ou émergentes ont du mal à trouver des solutions adéquates en matière de protection des données pour ces technologies, notamment : 5G et infrastructure de périphérie du cloud (67 %), plates-formes d'IA et de ML (64 %), demandes qui proviennent du cloud (60 %), IdO et point final (59 %), automatisation des processus robotisés (56 %).


L'étude a également révélé que 81 % des personnes interrogées pensent que les solutions de protection des données existantes de leur organisation ne seront pas en mesure de relever tous les défis commerciaux futurs. Les répondants partagent un manque de confiance dans les domaines suivants : récupération de données lors de cyberattaques (69 %), récupération de données suite à un incident de perte de données (64 %), respect de la réglementation sur la gouvernance des données régionales (62 %) et atteinte des objectifs de niveau de service de sauvegarde et de restauration (62 %).

Les résultats de l’enquête montrent que les entreprises préfèrent le cloud public (43 %), le cloud hybride (42 %) et le cloud privé (39 %) comme environnements de déploiement pour les nouvelles applications de ce type. En outre, 85 % des organisations interrogées déclarent qu'il est obligatoire ou extrêmement important pour la protection des données.

Source : Dell Technologies

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette étude ?

Voir aussi :

La menace d'une cyberguerre internationale est-elle imminente,100 pays seraient en train d'établir des cyber commandos selon un analyste.

69% des entreprises estiment ne pas être en mesure de réagir aux cybermenaces critiques sans l'IA

Gauss : l'ombre de la cyberguerre resurgit, et cible cette fois les informations bancaires

Le risque de cyber guerre est surestimé ainsi que les effets des exploits actuels, rapportent des chercheurs anglais

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !