Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

60 % des incidents de cybersécurité et la majorité des fuites de données en entreprise sont l'œuvre des employés « à risque de fuite », qui prévoient de quitter leur emploi
Selon un rapport

Le , par Nancy Rey

30PARTAGES

3  0 
Securonix est une entreprise qui développe une plateforme d'analyse de la sécurité et de gestion des opérations basée sur l'apprentissage automatique et les données importantes. La société a publié la semaine dernière, un rapport sur les menaces internes. Selon ce rapport, les employés « à risque de fuite » sont considérés généralement comme des personnes sur le point de démissionner ou de quitter leur emploi d'une autre manière. Ces dernières modifient très souvent leur comportement sur une période allant de deux semaines à deux mois avant de commettre une attaque de l’intérieur.

Les employés ou les sous-traitants ont un accès privilégié aux systèmes. Ils peuvent ainsi causer des dommages, voler ou vendre des données, ou même être à l'origine d'une défaillance de sécurité, ceci en téléchargeant ou en déplaçant des ressources vers des services tiers sans autorisation. Ce qui a été le cas avec l’affaire Trend Micro en 2019, par exemple. Où un employé malhonnête a été pris en train de voler des données de clients afin de vendre les enregistrements à d'autres pour les utiliser dans des escroqueries ciblées.


Dans le cadre de cette étude, plus de 300 incidents ont été analysés dans 8 secteurs différents : pharmaceutique, finance, technologie de l’information, énergie et services, télécoms, fabrication, santé et services de distribution.

Parmi ces incidents, on recense :
  • 62 % directement liés à de l'exfiltration de données ;
  • 19 % sur de l'abus de privilège ;
  • 9,5 % sur de l'espionnage ;
  • 5,1 % sur du sabotage d'infrastructure ;
  • 3,8 % sur du contournement des contrôles des technologies de l’information ;
  • et moins de 1 % sur du partage de comptes.


« Le plus grand nombre d'incidents d'exfiltration de données a été observé dans les sociétés pharmaceutiques, suivi de très près par les organismes financiers. La propriété intellectuelle continue d'être de grande valeur pour l'État-nation et l'espionnage des entreprises, étant donné les gains monétaires et l'accélération de la duplication des médicaments sur le marché », indique Securonix.

Après avoir examiné ces centaines d'incidents internes dans différents secteurs industriels, il en ressort qu'environ 80 % des employés présentant un risque de fuite essaieront d'emporter avec eux des données sensibles.

Parmi les méthodes les plus répandues pour exfiltrer des données, on retrouve :
  • le transfert d'un message vers une messagerie personnelle (43,75 %) ;
  • l'utilisation abusive des privilèges de collaboration du cloud (16,07 %) ;
  • l'agrégation de données et les téléchargements (10,71 %) ;
  • l'usage de terminaux amovibles non autorisés et/ou non chiffrés (8,93 %) ;
  • l'espionnage de données via Sharepoint (8,04 %) ;
  • le recours à des sites externes (6,25 %) ;
  • des e-mails envoyés vers des domaines hors domaine métier (3,57 %) ;
  • des e-mails envoyés vers la concurrence (2,68 %).


« L'exfiltration des données par e-mail reste la méthode de fuite numéro 1, suivie du cloud et les téléchargements, qui continuent d'être un angle mort pour de nombreuses organisations. Nous prévoyons qu'il y aura une augmentation des tentatives et des incidents d'exfiltration basés sur le cloud en 2021 alors que l'adoption du cloud continue de grandir », indique Securonix.


Le partage des comptes, les difficultés de classification des données comme sensibles ou non lors de l'examen des privilèges d'accès, l'échec de la mise en œuvre des contrôles des comptes les moins privilégiés et le contournement constant des contrôles informatiques sont courants selon le rapport. Les grandes entreprises en particulier « ont du mal à tirer des conclusions sur ces incidents, principalement en raison d'absence de politiques et de procédures pour chaque secteur d'activité ».

Securonix suggère que les algorithmes peuvent être utiles dans la surveillance des employés pour des activités malhonnêtes. Elles signaleraient les anomalies comportementales et mesureraient le volume de données et les transferts qui semblent être au-delà des activités normales de base.

Dans le but de détecter et prédire les fuites de données, l'éditeur a mis au point un moteur algorithmique et d'après ses résultats, près de 56 % peuvent être relevés grâce à la mise à jour d'un comportement inhabituel de l'utilisateur comme envoyer ou copier des données qui diffère par rapport à la moyenne quotidienne enregistrée. L'analyse volumétrique est aussi utilisée, mais dans une moindre mesure (28 %). « Les comparateurs de logique en union avec l'algorithme de rareté relative sont utilisés pour détecter une première fois un nombre d'utilisateurs envoyant des e-mails vers un compte de messagerie inconnu non-professionnel ou vers un domaine de messagerie concurrent, indiquant ainsi une tentative d'exfiltration de données néfaste », précise Securonix. Ce cas de figure ne concerne cependant qu’à peine plus de 10 % des cas.

Source : Securonix

Et vous ?

Avez-vous déjà partagé même par inadvertance des données de l'entreprise ?

Votre entreprise a-t-elle défini une politique de gestion de ses données ?
Si oui laquelle ?

Pensez-vous que l’on puisse venir à bout des problèmes de fuites d’informations grâce à l’intelligence artificielle ?

Voir aussi :

La perte de données suite au départ d'un employé constitue un problème majeur pour les entreprises, d'après une étude

Les employés et les sous-traitants exposent les informations en ligne dans 98% des organisations selon un rapport

61 % des RSSI estiment que les employés divulguent accidentellement des données de leurs entreprises, selon une enquête

Les menaces internes posent les plus grands risques de sécurité dans une entreprise, selon un sondage qui met l'accent sur les employés négligents

Les entreprises sous-estiment l'impact du vol des données des employés qui peuvent apporter une vue d'ensemble sur les données clients au cybercriminel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/06/2020 à 19:07
Bonjour,

Pensez-vous que l’on puisse venir à bout des problèmes de fuites d’informations grâce à l’intelligence artificielle ?
En particulier dans les petites structures, PME et administration publiques combien de fois on voit :

> la copie d'une BDD sur un DDE ou clef usb pour faire des tests et bricolages en dev-test/recettage/prod , sans vraiment savoir si la clef usb ou le DDE est un truc de la boite, un goodies ou un truc d'un salarier sortie de on ne sait ou ?!
> les commerciaux et services marketing qui se passent des fichiers Excel ou CSV ou TXT avec les prospects récupérés auprès de X ou Y , un peu hors circuit ... parfois de manière douteuse

La vraie fuite pour nuire ou pourrir une boite est plus marginal que le vrai comportement négligent
0  0 
Avatar de walfrat
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/06/2020 à 17:05
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Bonjour,

En particulier dans les petites structures, PME et administration publiques combien de fois on voit :

> la copie d'une BDD sur un DDE ou clef usb pour faire des tests et bricolages en dev-test/recettage/prod , sans vraiment savoir si la clef usb ou le DDE est un truc de la boite, un goodies ou un truc d'un salarier sortie de on ne sait ou ?!
> les commerciaux et services marketing qui se passent des fichiers Excel ou CSV ou TXT avec les prospects récupérés auprès de X ou Y , un peu hors circuit ... parfois de manière douteuse

La vraie fuite pour nuire ou pourrir une boite est plus marginal que le vrai comportement négligent
J'irais plus loin, l'organisation du travail en elle-même est négligente, ce qui laisse donc passer des comportement négligents. Après il ne faut pas non plus étouffer les salariés avec un formulaire en triple exemplaire à remplir et faire valider par le responsable de la sécurité, ton manager, et la RH à chaque fois que tu vas au toilettes ou que tu mets une pièce jointes dans un mail.
0  0