Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un tiers des milléniaux pensent qu'ils sont trop ennuyeux pour être victimes de la cybercriminalité
D'après une récente étude de Kapersky

Le , par Nancy Rey

8PARTAGES

8  0 
Les milléniaux, ou génération Y, regroupent l'ensemble des personnes nées entre le début des années 80 et la fin des années 90. Cette génération représente environ 23 % de la population française et 32 % au niveau mondial. La sécurité en ligne est le facteur le plus important pour les milléniaux qui cherchent à trouver leur "zone de confort numérique" à la maison, malgré le fait que plus d'un tiers d'entre eux, c’est-à-dire 37 %, pensent qu'ils sont trop ennuyeux pour être victimes de la cybercriminalité, comme le montre une nouvelle étude de Kaspersky.

Le dernier rapport mondial de Kaspersky, intitulé "More Connected Than Ever Before : How We Build Our Digital Comfort Zones"(Plus connectés que jamais : comment nous construisons nos zones de confort numérique), explore la manière dont nous changeons nos habitudes pour nous assurer que nous sommes à l'aise avec le rôle de la technologie dans nos vies. L'étude a été menée par l'agence de recherche Sapio en Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Chili, Colombie, DACH, Espagne, France, Italie, Mexique, Pérou, Philippines, Royaume-Uni, Singapour, Thaïlande, Turquie, et les réponses à l'enquête ont été recueillies en mai 2020. Au total, 10 081 personnes ont été interrogées dans les pays mentionnés. Il a révélé que les milléniaux ont l'intention de renforcer leur sécurité en ligne, en effet 36 % d'entre eux disent qu'ils devraient faire plus pour renforcer leur sécurité numérique, mais cela n’est pas en tête de liste de leurs priorités, bien au contraire.


Comme la nouvelle normalité a obligé beaucoup de gens à travailler à domicile, le foyer devient un centre technologique pour les milléniaux. Ils passent désormais 1,8 heure supplémentaire en ligne chaque jour, par rapport au début de l'année, ce qui porte leur moyenne quotidienne à 7,1 heures par jour. Près de la moitié (49 %) déclare que cette augmentation du temps passé en ligne les a sensibilisés à leur sécurité numérique. Il est intéressant de noter que 61 % d'entre eux déclarent que l'augmentation des rencontres en ligne à partir de leur domicile est une préoccupation particulière pour leur sécurité numérique.

Pour répondre à ces préoccupations, 52 % des personnes interrogées déclarent maintenant qu'elles n'utilisent sur leurs appareils que des applications fiables provenant de magasins officiels tels que l'Apple Store et Google Play, et 49 % effectuent régulièrement des scans anti-virus sur chacun de leurs appareils pour se protéger. Cependant, une tendance malicieuse apparaît également chez 13 % des personnes milléniaux, qui admettent avoir utilisé le Wi-Fi de leurs voisins dans le passé.

« 2020 a été une année décisive pour le foyer numérique », a déclaré Andrew Winton, vice-président du marketing chez Kaspersky. « Alors que beaucoup d'entre nous dans le monde entier sont bloqués, le nombre de nos interactions avec la technologie et notre dépendance à celle-ci ont augmenté de façon spectaculaire. C'est pourquoi nous avons voulu mener une étude qui révélerait à quel point cette année a eu un impact sur nos actions et nos sentiments en ce qui concerne notre vie numérique ; quelles sont nos "zones de confort numérique" et que signifient-elles pour nous maintenant ? Il n'est pas surprenant que les milléniaux, qui détermineront la façon dont la société utilisera la technologie dans les années à venir, mettent davantage l'accent sur la sécurité numérique ; en particulier à mesure que la frontière entre le travail et la maison s'estompe. Se protéger contre les menaces numériques peut être simple, et cela nous aide à mieux comprendre comment nous pouvons contribuer à optimiser la sécurité dans les "zones de confort numérique" individuelles », a-t-il ajouté.

« On dit que les natifs du numérique sont des milléniaux et cela pourrait conduire à d'autres défis qui obligent ce groupe à trouver sa propre "zone de confort numérique". Le fait que beaucoup d'entre eux partagent un logement avec des colocataires peut en fait leur donner un sentiment d'insécurité numérique, surtout au début de la cohabitation. Leur tendance à déménager et à travailler peut également aggraver ce sentiment. Dans ce cas, il est important de parler et de communiquer ouvertement de ces inquiétudes avec les colocataires : partager les coûts des logiciels de sécurité, établir des règles explicites pour l'utilisation de tout appareil commun et apprendre à mieux se connaître », explique le Dr. Berta Aznar Martínez, psychologue à l’université Ramon Llull de Barcelone.

Pour s'assurer que vos appareils et vos informations personnelles restent protégés sur internet, Kaspersky conseille :
  • faites attention à l'authenticité du site. Ne visitez pas les sites web avant d'être sûr qu'ils sont légitimes et commencez par "https". Essayez de rechercher des avis sur des sites qui vous semblent suspects ;
  • conservez une liste de vos comptes en ligne afin de bien comprendre quels services et sites web peuvent stocker vos informations personnelles ;
  • bloquez l'installation de programmes provenant de sources inconnues dans les paramètres de votre smartphone et n'installez que des applications provenant de magasins d'applications officiels ;
  • commencez à utiliser le "Privacy Checker" pour vous aider à rendre vos profils de médias sociaux plus privés. Il sera plus difficile pour les tiers de trouver des informations très personnelles ;
  • utilisez Kaspersky Security Cloud avec sa fonction de surveillance du réseau domestique qui peut envoyer des alertes et des avertissements en temps réel à tous les appareils de la maison qui sont à risque, et détecter immédiatement les intrus Wi-Fi.


Source : Kaspersky

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette étude ?
Faites-vous partie de la génération Y ? Si oui partagez-vous l’assertion du panel selon lequel vous êtes trop ennuyeux pour être victime d’une cyberattaque ?

Voir aussi :

Cybersécurité : le degré de compétence de la génération Y laisse à désirer,D'après une étude

Le Pentagone avait envisagé la possibilité d'une rébellion bitcoin, et l'a simulée dans un jeu qui met en scène une réponse militaire à la rébellion nationale de la génération Z

Les jeunes se désintéressent de l'industrie de la cybersécurité, un secteur où bien souvent l'offre est supérieure à la demande

Cybersécurité : 87 % des attaques ciblées sont évitées, mais leur nombre a doublé en 2018, d'après une étude d'Accenture sur les grandes entreprises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gilou59
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/07/2020 à 10:59
Est-ce que çà signifie que les milléniaux ne diffusent sur internet que des trucs sans importance qui n'intéressent donc pas les pirates ?? ...
3  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/07/2020 à 16:22
Bonjour,

Que pensez-vous des résultats de cette étude ?
Le tiers qui se trouve "trop ennuyeux" "pas assez interessant" en somme se plante totalement !

Faites-vous partie de la génération Y ?
Wé je suis de la fin du siècle dernier et j'ai moins de 30 ans.

Si oui partagez-vous l’assertion du panel selon lequel vous êtes trop ennuyeux pour être victimes d’une cyberattaque ?
La propension à consommation et l'effet consummerisme est énorme sur les moins de 30 ans ...

> 1 er consommateurs de services de loisirs et détente en ligne (réseaux sociaux, son , vidéo, jeux vidéo, dating, appli divers de discussion ...)
> un fort pouvoir de consommation par les nouveau canaux (amazon, le bon coin , alibaba, en ligne, par mobile ...)

C'est donc aussi des risques accrus en terme de sécurité :

> plus facilement vulnérable avec les piratages de données et vols de BDD des gros sites marchand/réseau sociaux
> une data qui passe plus facilement dans les mains des boites marketings (la encore un appetit insatiable des pirates)
> plus vulnérable aux arnaques en tout genres (fausse vente, faux profil, arnaque à la nigériane, phishing ... sur internet)
> plus pistable (forcement les gadgets en tous genre avec localisation GPS via Google ou Apple ... )

Alors certes le risque que la jeune génération se face vider son compte est moins important que les vieux plus facilement influençable sur cet aspect, car moins à l'aise avec l'outils informatique ... C'est écosystème de la génération Y qui favorise les arnaques en tout genre et la monétisation de leur infos.

Le sentiment de sécurité est trompeur.
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/07/2020 à 11:16
Un tiers des milléniaux pensent qu'ils sont trop ennuyeux pour être victimes de la cybercriminalité
"Trop ennuyeux"? Ce serait pas plutôt "Trop idiots"?

Une preuve de plus que les réseaux sociaux ont définitivement lobotomisés leur usagers addict!
1  0 
Avatar de watchinofoye
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/07/2020 à 11:59
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Que pensez-vous des résultats de cette étude ?
Faites-vous partie de la génération Y ? Si oui partagez-vous l’assertion du panel selon lequel vous êtes trop ennuyeux pour être victime d’une cyberattaque ?
Je fais partie de la génération Y. Mais très franchement on s'en fout de l'avis du tiers d'un tiers de gens qui pensent que... Il y a visiblement des informations bien plus intéressantes à tirer de cette étude, notamment sur le comportement des utilisateurs, pour étudier le profil psychologique de cette tranche d'âge et leur potentielle vulnérabilité.
0  0