IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

E. Macron a changé son numéro après la découverte d'un de ses numéros sur la liste des cibles potentielles de Pegasus
Angela Merkel inquiète appelle à un encadrement des outils d'espionnage

Le , par Olivier Famien

126PARTAGES

19  0 
Depuis que l’on sait que les numéros de téléphone du président français Emmanuel Macron ainsi que ceux de 14 ministres et plusieurs autres personnalités politiques de l’État français figurent sur la liste des cibles potentielles du logiciel espion Pegasus développé par l’entreprise israélienne NSO Group, l’Élysée est en émoi. Hier, l’on apprenait que le président français avait changé de numéro et de téléphone. Quelques heures plus tard, un conseil de défense exceptionnel a été convoqué pour faire le point sur la situation. Mais sera-ce suffisant pour freiner le mal au cas où les téléphones ont bel et bien été compromis et les données exfiltrées des appareils de ces autorités françaises ?

Pour l’instant, les investigations sont en cours et rien n’est encore certain. Et c’est en partie pour faire le point sur ces investigations que ce conseil de défense exceptionnel a été convoqué, a déclaré Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. Lors de ce conseil de gouvernement, « le président a exigé un renforcement de tous les protocoles de sécurité en parallèle des opérations techniques de détection et clarification en cours » sur l'affaire Pegasus. Au sortir de la réunion, le porte-parole du gouvernement a confirmé qu’« un certain nombre de protocoles de sécurité ont été réajustés, notamment autour du président de la République ». « Par ailleurs, l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information a commencé à proposer aux personnes qui pourraient avoir été ciblées par une attaque un accompagnement technique », a-t-il ajouté.


Mais en attendant que toute la lumière soit faite sur cette affaire, le porte-parole du gouvernement rapporte qu’Emmanuel Macron « a lui-même changé de téléphone et de numéro de téléphone pour certains échanges ». « C’est une sécurité supplémentaire », a expliqué la présidence en précisant qu’« il a plusieurs téléphones. Cela ne veut pas dire qu’il a été espionné ». De même, pour rassurer les personnes qui évoqueraient la thèse de la négligence qui aurait favorisé des failles exploitables par Pegasus, Attal a précisé sur le plateau de France Inter que « les téléphones [du président] sont changés régulièrement. Il y a un certain nombre de paramètres de sécurité qui les protègent et qui sont changés très régulièrement. Il y a des protections qui sont faites ». En outre, une source sécuritaire anonyme avait déjà rapporté que « les paramètres de sécurité [du téléphone du président] sont les plus restrictifs possible et les installations d'applications et téléchargements sont bloquées ».

À noter que pour les communications impliquant des sujets de secret-défense, le président utiliserait un téléphone conçu par l’entreprise française Thalès. Le Teorem, qui est son nom, est un téléphone à clapet composé de touches physiques. Il ne permet ni l’installation d’applications, ni même l’enregistrement de contacts dans son répertoire.


Par contre, pour les sujets aussi importants, mais qui ne relèvent pas du secret-défense, le président utiliserait un téléphone tactile doté d’une technologie spéciale de chiffrement des conversations. Ces sécurités additionnelles font qu’il est impossible de les utiliser pour entretenir des conversations sur les plateformes de messagerie comme WhatsApp, Telegram ou autres, alors qu’il est dit qu’Emmanuel Macron a une préférence particulière pour ces plateformes privées de communication. Pour contourner les contraintes qu’imposent les téléphones chiffrés fournis par les services de sécurité de l’Élysée, le président utilise depuis plusieurs années ses deux iPhone au quotidien. Le problème est que ces iPhone sont moins sécurisés et pourraient avoir été compromis par Pegasus.


Avec cette affaire, ce sont toutes les habitudes de communication aussi bien des présidents que des hommes d’État qui pourraient être remises en cause. Si un des iPhone du président français a été effectivement compromis et les données volées, changer de téléphone et de numéro pourrait dans le meilleur des cas simplement éviter un autre mauvais scénario à l’avenir, mais ne pourra rien changer à ce qui a été déjà fait. Par contre, si le téléphone n’a pas été compromis, le président va devoir penser à s’accommoder avec les appareils restrictifs et plus sécurisés de l’Élysée, car actuellement c’est Pegasus qui a été découvert. Mais qu’est-ce qui dit que d’autres logiciels espions plus sophistiqués ne sont pas en action dans la nature ? Dans tous les cas, il est notoire que les pays s’espionnent entre eux. Ce n’est que celui qui est découvert qui doit assumer son forfait. En 2016 par exemple, la DGSE a confirmé que les États-Unis ont espionné trois présidents français entre 2006 et 2012. Par contre, la France elle-même aurait mené une vaste opération d'espionnage informatique contre le Canada sur plusieurs années à partir de 2009.

Devant cette affaire qui suscite beaucoup d’inquiétudes, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré aux journalistes à Berlin que les logiciels espions devraient être refusés aux pays où il n'y a pas de contrôle judiciaire. Cela sous-entend bien évidemment qu’on peut les vendre à certains pays pour qu’ils espionnent d’autres pays, mais à d’autres, on doit leur refuser l’accès.

Voyant monter la pression autour du logiciel vendu par NSO Group, Israël qui supervise les exportations des logiciels de NSO Goup a, à travers son Agence gouvernementale de contrôle des exportations de défense (abrégé DECA en anglais), déclaré par l’intermédiaire de Ram Ben-Barak, chef de la Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, que « nous devons certainement réexaminer toute cette question de licences accordées par le DECA ». L'équipe du gouvernement israélien « effectuera ses vérifications, et nous nous assurerons d'examiner les résultats et de voir si nous devons arranger les choses ici », a affirmé Ben-Barak, ancien chef adjoint du Mossad. Par ailleurs, pour atténuer les craintes qui émergent, il ajouta que l'utilisation appropriée de Pegasus avait « aidé un grand nombre de personnes ». Le ministère de la Défense israélienne de son côté soutient que Pegasus est destiné à être utilisé pour suivre uniquement les terroristes ou les criminels, et tous les clients étrangers sont des gouvernements contrôlés.

NSO, qui s’est résolu à ne plus faire de commentaires sur les articles de presse l’accusant d’avoir contribué à la surveillance d’hommes politiques et autres, avance qu'il ne connaît pas les identités spécifiques des personnes contre lesquelles les clients utilisent Pegasus. S'il reçoit une plainte selon laquelle Pegasus a été utilisé à mauvais escient par un client, il peut acquérir rétroactivement les listes de cibles et, si la plainte est fondée, fermer unilatéralement le logiciel de ce client.

Source : France 24, RFI, Twitter France Inter

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous du changement de numéro et de téléphone par E. Macron ?

Que vous suggère toute cette affaire d’espionnage que les pays dénoncent, alors que les mêmes s'y adonnent à cœur joie en cachette ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 10:34
C'est un peu comme si la DGSE se fait prendre la main dans le sac avec un de ses logiciels espions et que la France déclare qu'elle va enquêter.

C'est assez ridicule tout ça !
4  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 9:14
Il y a a peine quelque mois, c'était les américain qui se faisait prendre a avoir espionner l'Allemagne, Macron et bien d'autre. Personne n'avait trouvé a y redire.
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 11:03
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
NSO Group est sous le contrôle direct du ministère israélien de la défense, qui approuve chaque vente. Donc pour le gouvernement israélien, mener une enquête sur NSO ne sera pas facile, car c’est lui qui autorise les exportations du logiciel Pegasus en fonction de ses relations diplomatiques avec les différents états clients. Indirectement, la responsabilité du gouvernement israélien est donc également engagée dans cette affaire.
Bon, je crois que quand on a lu ceci, on comprend rapidement de quoi il en retourne... De qui se moque-t-on?
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 14:16
Mouais c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, là c'est clairement du protectionnisme comme aiment faire les américains.
4  1 
Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 17:13
Traduction : "Mais normalement il y a que nous qui avons le droit de faire ça !!"
4  1 
Avatar de Christian_B
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 12:12
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Après le scandale, NSO Group est à l'agonie financièrement et en passe d'être racheté par des anciens de l'armée américaine. source lesechos.fr
Des anciens ? Bizarre. Sans doute façon déguisée pour l'armée américaine (i.e. la NSA) de renforcer encore son contrôle.
Autre question : pourquoi Israël lâcherait-il un organisme sans doute très lié au gouvernement israélien, vu son activité. Tractations, pressions "amicales" ? Mystère.
3  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 21:05
Citation Envoyé par cdubet Voir le message
.... Quant on ne veut pas se faire espionner on se balade pas avec un appareil doté d un micro, d une camera...
Le mieux…
Si on ne veut pas se faire espionner, via son Smartphone..
C’est de ne pas avoir, de Smartphone !!!
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 8:49
Si on ne veut pas se faire espionner, via son Smartphone..
C’est de ne pas avoir, de Smartphone !!!
Bientôt, ne pas avoir/utiliser un smartphone fera de toi un suspect.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 11:11
Vu l'influence d'israël en occident, il ne va rien se passer.
C'est comme à chaque fois qu'on apprend que les USA surveillent la terre entière…
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/08/2021 à 10:48
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les recherches menées par le projet Pegasus suggèrent que le Maroc est le pays qui aurait pu s'intéresser à Macron et à son équipe dirigeante, faisant craindre que leurs téléphones aient été sélectionnés par l'un des proches alliés diplomatiques de la France. NSO Group a déclaré que Macron n'était pas et n'avait jamais été la "cible" d'aucun de ses clients, ce qui signifie que la société nie qu'il ait été sélectionné pour être surveillé ou qu'il a été surveillé à l'aide de Pegasus. La société a ajouté que le fait qu'un numéro apparaisse sur la liste n'indique en aucun cas si ce numéro a été sélectionné pour être surveillé à l'aide de Pegasus.
Si ça se trouve les clients de NSO Group peuvent surveiller qui ils veulent sans qu'il y ait de sélection.
1  0