IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des enfants de neuf ans lancent des attaques DDoS contre des écoles au Royaume-Uni,
Mais les autorités tentent de les dissuader de faire carrière dans la cybercriminalité

Le , par Bill Fassinou

85PARTAGES

6  1 
L'autorité britannique qui est chargée de la lutte contre la criminalité informatique explore une nouvelle méthode visant à freiner la hausse du taux de cybercriminalité, en particulier les attaques DDoS, et empêcher les écoliers et lycéens d'emprunter ce chemin. Dormais, les élèves britanniques qui recherchent des termes spécifiques associés aux attaques DDoS et autres cybercrimes verront apparaître un message d'avertissement et seront redirigés vers un site Web appelé "Cyber Choices". L'objectif du site est de sensibiliser les jeunes à la loi sur l'utilisation abusive des ordinateurs et aux conséquences de la cybercriminalité.

Le taux de cybercriminalité a connu une hausse considérable au cours de ces dernières années, une situation qui a bien sûr été aggravée par la pandémie de la Covd-19 et le travail à distance induit par le confinement de la population mondiale. Cependant, alors que les choses commencent à revenir à la normale, le nombre des attaques n'a pas baissé pour autant. Au lieu de cela, les entreprises sont confrontées à une montée en puissance des ransomwares et d'autres risques technologiques. Certains prévoient tout de même que 2022 devrait voir un renforcement des législations et des normes de sécurité pour aider les entreprises à lutter.



Au Royaume-Uni, pour tenter de renverser la tendance, la National Crime Agency (NCA) du pays a lancé une nouvelle initiative dans l'espoir de sensibiliser les jeunes aux conséquences des attaques DDoS. Une étude de l'unité nationale de lutte contre la cybercriminalité (NCCU) de la NCA a découvert que le nombre d'attaques par déni de service distribué (DDoS) lancées contre les réseaux et les sites Web des écoles a plus que doublé entre 2019 et 2020. Selon la NCCU, de nombreux référents étaient des élèves du secondaire, la moyenne d'âge étant de 15 ans, mais certains "délinquants" n'auraient que neuf ans.

Selon un rapport sur l'état des lieux, les jeunes peuvent se livrer à des attaques par déni de service en commençant par jouer à des jeux en ligne, puis en installant des mods, des hacks et même des chevaux de Troie d'accès à distance pour prendre le dessus sur leurs adversaires. Des recherches ont montré que de nombreux jeunes étudiants ne considèrent pas qu'il est "mal" de perturber l'expérience de jeu d'autres joueurs parce que c'est considéré comme "une autre façon de gagner", que leurs camarades le font aussi et qu'ils ne pensent certainement pas qu'ils risquent d'avoir des ennuis avec la loi.

Un rapport du Centre national de cybersécurité (NCSC) datant de 2019, qui a interrogé 430 écoles à travers tout le Royaume-Uni, a révélé que plus d'un cinquième (21 %) ont signalé l'utilisation non autorisée d'ordinateurs, de réseaux ou de serveurs par des élèves - presque deux fois plus que le nombre (11 %) qui ont affirmé la même chose du personnel. Le rapport a mis en garde que ces écoles risquent de ne pas être conformes au RGPD en raison de cette situation. Mais les autorités cherchent désormais des solutions pour venir à bout de ce phénomène et "recadrer les jeunes qui envisageaient déjà une carrière dans la cybercriminalité".

Dans le cadre de l'initiative déployée par la NCA dans plus de 2 000 écoles primaires et secondaires du Royaume-Uni, avant d'être mise en œuvre dans d'autres écoles et collèges du pays, les élèves qui recherchent des termes associés à la cybercriminalité, en particulier aux attaques DDoS, seront accueillis par une "page de blocage" leur interdisant l'accès aux ressources. Le message d'avertissement a pour but de diriger les élèves vers le site Web "Cyber Choices", qui fournit des informations sur la loi sur l'utilisation abusive des ordinateurs et sur les conséquences de la violation des lois sur la cybercriminalité.



Par exemple, les élèves qui recherchent les termes "stresser" et "booter", qui permettent de lancer facilement une attaque DDoS contre le réseau d'une école, seront automatiquement redirigés vers le site Web "Cyber Choices". Selon les autorités britanniques, l'initiative vise également à inciter les jeunes qui envisagent de se livrer à la cybercriminalité à exploiter leurs prouesses techniques dans une carrière éthique dans les secteurs de la technologie, des jeux ou de la cybersécurité. Une vidéo de la NCA explique aux jeunes qu'une carrière légitime, comme un emploi de concepteur de jeux junior, peut rapporter un salaire de 35 000 livres.

Par contre, lancer une attaque DDoS peut entraîner une visite de la police, une interdiction d'accès à Internet et la saisie du matériel informatique. La vidéo conclut : « mettez-vous à niveau, ne risquez pas votre avenir, sachez ce qui est légal et ce qui ne l'est pas ». La NCCU espère que des initiatives comme celle-ci aideront les jeunes à éviter de faire les premiers pas dans une vie de cybercriminalité et à trouver une carrière légitime et légale dans le domaine des technologies.

« L'éducation est un pilier essentiel de la prévention de la criminalité et ces messages soulignent les risques et les conséquences de commettre des délits dans le cyberspace, qui peuvent entraîner un casier judiciaire », a déclaré John Denley, directeur adjoint de la NCCU. « Les services répressifs jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la cybercriminalité et le maintien de la sécurité du pays. La sensibilisation des écoles est importante pour éduquer un public plus jeune et cette initiative continuera à contribuer à détourner les jeunes de la criminalité », a-t-il ajouté.

Sources : Rapport du NCCU, Cyber Choices

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'initiative des autorités britanniques ?
Pensez-vous qu'elle empêchera les jeunes de se livrer à la cybercriminalité ?

Voir aussi

Tendances cybersécurité : 2022 devrait voir un renforcement des législations et des normes de sécurité, mais aussi une inquiétante montée en puissance des ransomwares et des risques technologiques

95 % des atteintes à la cybersécurité sont dues à des erreurs humaines, les différentes technologies comme le métaverse et la blockchain créant encore plus de vulnérabilités

Les cybercriminels gagnent plus de 3 milliards de dollars par an en se servant de l'ingénierie sociale, selon un rapport

Kim Jong Un maintenu au pouvoir par une armée croissante de pirates informatiques, la Corée du Nord compte sur la cybercriminalité pour financer les armes nucléaires et soutenir l'économie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/01/2022 à 0:07
Selon la NCCU, de nombreux référents étaient des élèves du secondaire, la moyenne d'âge étant de 15 ans, mais certains "délinquants" n'auraient que neuf ans.
Donc je suppose qu'il est important de ne pas chiffrer les communications sur Facebook Messenger afin que les "enfants-délinquants" puissent plus facilement intercepter les communications des "enfants-victimes" (https://www.developpez.net/forums/d2...-discussions/).

Un enfant de 9 ans qui lance une attaque DDoS contre la campagne de propagande pub anti-chiffrement dans le seul but de pouvoir continuer à avoir des conversations chiffrées avec des adultes est il coupable ou victime ?

0  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 10:39
Non mais on marche sur la tête là

"Les autorités tentent de les dissuader de faire carrière dans la cybercriminalité" : c'est bien la preuve qu'on éduque plus nos enfants. Avant quand on brûlait le bahut, on avait de sacré problèmes, et maintenant, on a droit à un froncement de sourcils ? Depuis quand on "fait carrière" dans le crime ?

Ces sales gamins méritent trois paires de baffes et un petit séjour en prison. Ils verront que ce n'est pas bon de "faire carrière" dans le crime.
0  2