IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie subirait des violations de données "sans précédent" de la part de pirates informatiques pro-ukrainiens,
Des dizaines de téraoctets de données auraient été divulgués jusqu'à présent

Le , par Bill Fassinou

15PARTAGES

10  0 
La Russie serait aux prises avec une vague de piratage sans précédent qui mêle activité gouvernementale, volontarisme politique et action criminelle. Plusieurs sources indiquent que les assaillants numériques auraient volé les données financières du pays, défiguré des sites Web et transmis des décennies d'emails gouvernementaux à des militants anti-secrets à l'étranger. Une étude récente a montré que le nombre de mots de passe et d'autres données sensibles provenant de Russie qui ont été déversés sur le Web ouvert en mars était supérieur à celui des informations provenant de tout autre pays.

Pendant des années, Dmitriy Sergeyevich Badin a trôné au sommet de la liste des personnes les plus recherchées par le FBI. Le hacker soutenu par le gouvernement russe a été soupçonné de cyberattaques contre le Bundestag allemand et les Jeux olympiques de 2016, qui ont eu lieu à Rio de Janeiro. Mais quelques semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ses informations personnelles - y compris ses comptes et mots de passe de messagerie et de Facebook, son numéro de téléphone portable et même les détails de son passeport - ont été divulguées en ligne. Dmitriy Badin n'était qu'une cible parmi des milliers qui vont suivre.

Depuis le début de l'invasion, il y a deux mois, une autre cible a été la Société nationale russe de télévision et de radiodiffusion, connue pour être la voix du Kremlin et le siège de Vladimir Solovyov, dont l'émission quotidienne amplifie la propagande la plus extrême du gouvernement russe. Le 30 mars, près d'un million d'emails couvrant 20 ans d'histoire du radiodiffuseur ont été divulgués sur Internet. La divulgation de leurs secrets s'inscrivait dans le cadre d'une attaque généralisée menée dans le cyberespace, les entreprises et les organismes gouvernementaux russes ayant été assaillis par des hordes de pirates informatiques pro-ukrainiens.



Selon plusieurs rapports sur le sujet, beaucoup d'entre eux étaient des acteurs nouveaux et inconnus des experts en cybersécurité. Les données publiées comprennent également un cache d'un bureau régional de l'autorité russe de régulation des médias Roskomnadzor. Elle a révélé les sujets qui préoccupent le plus ses analystes sur les médias sociaux - notamment l'antimilitarisme et la légalisation des drogues. Elle a indiqué qu'il transmettait des rapports au service de renseignement fédéral FSB, qui a arrêté certaines personnes qui se plaignent des politiques gouvernementales. Ces attaques se seraient amplifiées au cours du mois d'avril.

Les rapports indiquent que le cache et certains autres renseignements notables ont été obtenus par un petit groupe d'hacktivistes formé alors que la guerre commençait à sembler inévitable. Le groupe est connu sous le nom de "Network Battalion 65". Des experts en cybersécurité ont fait remarquer qu'il s'agit de la première fois que Russie est attaquée de la sorte. « La Russie est piratée à une échelle sans précédent par un niveau inférieur d'attaquants, et des dizaines de téraoctets de données tombent du ciel », a déclaré Juan Andres Guerrero-Saade, chercheur principal sur les menaces chez SentinelOne, un groupe de cybersécurité.

« Par le passé, la Russie était systématiquement prise à partie par un niveau supérieur - les Five Eyes [alliance du renseignement comprenant l'Australie, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, et la Nouvelle-Zélande] et le gouvernement chinois - mais aujourd'hui, l'ampleur des fuites est tout simplement stupéfiante », a ajouté Guerrero-Saade. Des centaines de millions de documents se sont ainsi échappés de cibles aussi variées que Transneft, un grand opérateur d'oléoducs proche du Kremlin, le ministère russe de la Culture et une branche de l'Église orthodoxe russe qui a soutenu la guerre en Ukraine.

Certains des hacktivistes se conteraient de lancer des "attaques par déni de service" relativement simples, qui inondent les sites Web russes de trafic afin de les faire tomber. En réaction, les entreprises russes, des banques aux téléscripteurs des chemins de fer en passant par les médias, se sont temporairement isolées de l'Internet mondial, s'assurant que leurs sites ne pouvaient être consultés que depuis la Russie. « Nous payons notre propre infrastructure et y consacrons notre temps en dehors de nos emplois et de nos obligations familiales », a déclaré en anglais un porte-parole anonyme d'un groupe de pirates pro-ukrainiens.

« Nous ne demandons rien en retour. C'est tout simplement la bonne chose à faire », a-t-il ajouté. Christopher Painter, anciennement le plus haut diplomate américain sur les questions cybernétiques, a déclaré que la recrudescence de ces activités risquait de s'intensifier et d'interférer avec les opérations secrètes du gouvernement. Mais jusqu'à présent, elle semble aider les objectifs des États-Unis en Russie. « Les cibles sont-elles dignes d'intérêt ? Bien sûr. C'est une tendance intéressante qu'ils soient maintenant la cible de tout cela », a déclaré Painter. Ce dernier a tout de même averti qu'une riposte russe pourrait être dévastatrice.

En outre, des experts pensent que la victime la plus importante de cette vague d'attaques est sans doute le mythe de la cybersupériorité de la Russie, qui a contribué pendant des décennies à effrayer les pirates informatiques d'autres pays - ainsi que les criminels à l'intérieur de ses frontières - et à les dissuader de s'attaquer à une nation dotée d'une opération aussi redoutable. Selon Guy Golan, ancien officier du renseignement militaire israélien, l'attaque généralisée contre les cibles russes a eu pour conséquence involontaire de perturber l'équilibre soigneusement maintenu entre les principales cyberpuissances mondiales (États-Unis, Chine et Russie).

Golan, qui dirige aujourd'hui Performanta, une société de cybersécurité, a déclaré que les trois pays pénètrent depuis des décennies dans les réseaux informatiques de leurs infrastructures civiles respectives, mais qu'ils n'ont pas tenté de les perturber à plus grande échelle. Il a averti que la situation actuelle menace cette entente. « Ces armées de hackers seront une belle histoire à raconter à nos enfants dans des années, mais c'est dangereux comme l'enfer. Ils peuvent penser qu'ils font quelque chose d'héroïque, mais imaginez un général en Russie qui doit réagir à la perte de l'approvisionnement en eau de Moscou ? », a déclaré Golan.

« Soudain, ce niveau d'équilibre peut être perturbé de manière désastreuse », a-t-il ajouté. Les pirates volontaires ont reçu un coup de pouce inédit du gouvernement ukrainien, qui a soutenu leurs efforts et suggéré des cibles par le biais de son canal IT Army sur Telegram. Les pirates du gouvernement ukrainien sont supposés agir directement contre d'autres cibles russes, et les responsables ont distribué des données piratées comprenant les noms de troupes et de centaines d'agents du FSB. Des criminels ordinaires n'ayant aucun intérêt idéologique dans le conflit ont également pris part à l'opération.

En avril dernier, une enquête trimestrielle sur les adresses électroniques, les mots de passe et d'autres données sensibles diffusées sur le Web a révélé que les comptes victimes susceptibles d'être russes étaient plus nombreux que ceux de tout autre pays. La Russie est arrivée en tête de l'enquête pour la première fois, selon la société lituanienne SurfShark, spécialisée dans les réseaux privés virtuels et la sécurité, qui utilise les informations sous-jacentes pour avertir les clients concernés. Le nombre d'identifiants présumés russes, tels que ceux des adresses électroniques se terminant par .ru, a bondi en mars pour représenter 50 % du total mondial.

Cela représente le double du mois précédent et plus de cinq fois le nombre publié en janvier. Painter a déclaré qu'il craignait que certains des pirates volontaires aillent trop loin et portent atteinte à des infrastructures civiles ou déclenchent une réaction majeure, et il a mis en garde contre le fait que certains pourraient cacher d'autres motifs. « Dans le cours normal des choses, vous ne voulez pas encourager les "pirates justiciers" », a déclaré Painter. Mais il a ensuite convenu que l'on n'est pas dans un cours normal des événements.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du niveau élevé des cyberattaques contre la Russie ?
Pensez-vous que cette guerre cybernétique va rompre l'équilibre des forces du cyberspace comme certains le disent ?
Pensez-vous que les gouvernements peuvent soutenir ouvertement les pirates informatiques comme c'est le cas actuellement ?
Quels pourraient être les impacts des événements actuels après la guerre en Ukraine ? Les choses reviendront-elles à la normale ?

Voir aussi

300 000 hackers volontaires se réunissent pour combattre la Russie, dans un groupe Telegram appelé « IT Army of Ukraine »

Le collectif de pirates informatiques Anonymous déclare une "cyberguerre" contre la Russie, et désactive le site d'information de l'État

Un groupe de pirates informatiques lié à la Russie se serait introduit dans des comptes Facebook et aurait publié de fausses vidéos de soldats ukrainiens se rendant, selon Meta

L'Ukraine affirme que son "armée informatique" a mis hors service des sites Web clefs de la Russie, ce qui montre que la ligne de front cybernétique entre les deux pays s'intensifie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 12:48
par contre, ces mêmes entreprises n'ont jamais laissé tomber la propagande ukrainienne. Bah ouais, le camp soi-disant du bien fait aussi de la propagande
11  4 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 14:18
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Concrètement actuellement l'Europe va acheter du pétrole et gaz US (plus cher que le russe forcément) et l'Allemagne (et d'autres pays) vont acheter des avions de combat américain pour se "protéger de la menace rouge".
Et nous Français double peine on peut plus vendre des armes à la Russie, eux au moins ils nous respectaient et l'oncle sam ne pouvait pas faire le coup des sous marin...

Si cette guerre avait le mérite de nous rendre plus indépendant j'applaudirais mais la c'est juste nous rendre encore plus prisonnier des américains.
L'Europe veut désormais acheter aussi du gaz à l'Azerbaïdjan. Pays très démocratique qui à envahi le Haut-Karabagh, puis expulsé les Arméniens, avec le soutien de la Turquie, des armes d’Israël et le silence complice de l'Europe, l’Allemagne en tête.

Donc rien de moral dans ces histoires de boycott du gaz russe.
9  2 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 14:35
Anonymous de toute façon c'est une blague.

C'est un amas de tout et n'importe quoi qui font n'importe quoi parce qu'ils sont n'importe qui

Apres on verras mais si c'est encore comme des ONG genre greenpeace qui ne cible que des entreprise européenne pour ne jamais cibler les entreprise US, on sait ce que ca donnera
8  1 
Avatar de Hanoi85
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/07/2022 à 2:59
Depuis le début du conflit, l'occident, et particulièrement les Etats-Unis, semble vouloir considérer (ou plutôt nous faire considérer) que cette guerre doit se résumer à ceci :

> Il y a les "gentils", les Ukrainiens, associés au monde occidental et libéral ,

> Il y a les "méchants", les Russes, associés au monde communiste totalitaire.

Toute personne émettant un doute sur ces affirmations étant considérée comme malhonnête, inhumaine, voire "traître à la cause".

Bien sûr, les GAFA's, les médiats occidentaux (dont l'immense majorité appartient à des industriels de renom) ont collaboré activement à cette présentation "bipolaire" de l'évènement : Le "bien", du coté des occidentaux, le "mal", du coté des Russes.

Cette présentation simpliste, presque biblique, du conflit semble satisfaire une grande partie des populations, particulièrement en France.

Personnellement, cette présentation des évènements ne me satisfait pas. L'explication simpliste des origines d'une guerre, de son déroulement, quelque soit la guerre (Ukraine, Syrie, Yémen...), ne correspond jamais à la réalité et à la recherche de la vérité.
8  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/07/2022 à 10:00
xxx
2022 Boulevard de la liberté
99999 Victoireville

Victoireville, le 30 Juillet 2022

Monsieur le député Sauveur de L'Ukraine

Je vous écris aujourd'hui pour vous faire part de mon extrême inquiétude au sujet des récents évènements en Ukraine.

Des prisonniers de guerre se font torturer puis exécuter sommairement, d'autres voient leurs geôliers les faire exploser, et l'ambassade Russe au Royaume Uni justifie officiellement les exécutions extra-judiciaires, ainsi qu'un maximum de cruauté, appelant à pendre les prisonniers.
Ce n'est pas la première fois, et de loin, dans l'histoire qu'un gouvernement perd le contrôle de lui même et se lance dans une fuite en avant toujours plus meurtrière. Le 21 Juin 1933, votre lointain prédécesseur Gaston Monnerville, alors député, dressait un parallèle entre le sort passé des Hereros et le sort à venir des juifs. Il avait, neuf ans avant la mise en œuvre de la solution finale, détecté suffisamment d'indices pour l'anticiper.

L'appareil d'état Russe, à ne pas confondre avec son peuple, laisse depuis la bataille de Grozny en 1999, échapper le même genre d'indices. Leur augmentation massive ces derniers mois a atteint un rythme effrayant. Déportations par millions, encouragement systématique des crimes de guerre, théorisation, mise en place, et justification de stratégies de famine, bombardements de terreur, éradication culturelle, en sont quelques exemples, abondamment documentés, y compris par des sources neutres hors occident. Et c'est cela la liberté que monsieur Medvedev, personnage clef du conseil de sécurité russe, promet d'étendre jusqu'à Lisbonne. Ce qui inclus la France, qui est sur le chemin. Nous sommes visés, nous aussi, juste un peu plus bas sur la liste.

Dans ces conditions, alors que le peuple Ukrainien lutte pour sa survie contre cette menace, nous nous devons, nous, Français, de les aider de tout notre possible.

Je peux comprendre que certains armements modernes, en raison de la faiblesse de leur approvisionnement en munitions, puissent être gardés en réserve par l'armée Française.
Je ne peux pas comprendre que des équipements plus anciens, placés en réserve, spécifiquement conçus à l'époque pour contrer les équipements aujourd'hui alignés par la Russie face à l'Ukraine ne soient pas déjà en cours de convoyage pour équiper les forces de la liberté actuellement déployées par l'Ukraine ainsi que ses courageux volontaires étrangers

J'ai pu voir récemment quelques VAB qui viennent d'être livrés par la France. C'est qualitativement excellent, ces équipements, conçus à leur époque pour contrer la menace soviétique, et éprouvés dans de nombreuses opérations, feront une nouvelle fois la preuve de leur valeur. Mais c'est quantitativement insuffisant.
La France n'a pas sur ses épaules de menace militaire de la taille de la Russie. C'est maintenant, voire hier sans faute, que notre équipement militaire en réserve doit être déployé pour stopper cette menace qui pèse sur nos épaules depuis des décennies, et atteint chaque jour un nouveau sommet.

Je vous demande donc, monsieur le député Sauveur de L'Ukraine, d'user de votre influence à l'assemblée, et auprès du président, pour pousser dans le sens d'une intensification du soutien militaire aux forces ukrainiennes. Il y va de la survie à long terme de la France, de son image, de son intérêt, et bien évidemment de son honneur.

Veuillez agréer, monsieur le député, l'expression de mes sentiments distingués.

xxx.
Envoyez les pouces rouges à la rédaction qui transmettra.
6  1 
Avatar de dukoid
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 15:59
conclusion : l'occident est un donneur de leçon qui a du sang sur les mains !
6  2 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 20:11
Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme les américains, les russes sont très forts en attaque mais nuls en défense. Je rappelle qu'au concours de l'OTAN, organisé tous les ans entre une red team et des blue teams de chaque pays de l'organisation, les mieux placés sont les tchèques détrônés en 2018 par la France. Ce qui ne veut pas dire que nous soyons excellemment bien protégés mais les américains sont loin au classement. Comme les russes apparemment.
4  0 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/10/2022 à 21:34
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message

Pour ma part, j'ai de nombreuses expériences de réussite, mais aussi d'échec de l’homéopathie, et cela est totalement corrélé par les dilutions utilisées ; il m'ait déjà arrivé de me tromper de produit par hasard (donc, sans m'en rendre compte), et de constater une inefficacité complète AVANT de me rendre compte de l'erreur. L'effet contextuel est vraiment puissant.
J'ai l'impression que tu comprends pas ce qu'on dit quand on dit que l'homéopathie n'est pas un traitement : tu le dis toi même il y a des fois où le fait d'en avoir pris fonctionne et d'autre fois non.
Ce qui a été testé c'est le taux de réussite de l'homéopathie (donc le rapport fonctionne/fonctionne pas) avec celui d'un placebo, et ce taux de réussite n'est pas meilleur. Parce que les patients à qui ont donne un placebo (un produit qu'on leur dit être un médicament mais qui ne contient aucun actif) se remettent parfois de leur maladie.
Pour qu'un traitement soit considéré comme efficace il faut qu'il est un meilleur taux de réussite qu'un placebo.
Ce n'est pas le cas de l'homéopathie.
Quand on dit que l'homéopathie ne soigne pas, ça veut pas dire que personne ne sera jamais guérit par l’homéopathie, c'est juste qu'on sous entends la suite de la phrase : "l'homéopathie ne soigne pas PLUS QU'UN AUTRE PLACEBO"

C'est comme si tu lances un dé en disant "je veux qu'un nombre pair sorte" et que tu arrives à avoir un nombre pair, ça veut pas dire que tu as lancé une formule magique
4  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 14:09
Donc maintenant c'est à l'Ukraine de décider des règles de modérations de plates-formes privées non ukrainiennes ?

Même en passant au-dessus de l'ingérence de l'Ukraine dans des entreprises privées, cela signifie que les très grandes plates-formes auraient un "devoir moral" de supprimer certains contenus. Devoir moral qui ne repose sur aucune règle légale. Comme pour les images de nudité et érotiques impliquant des "mineurs" (pas forcément illégal dans la plupart des pays européens, à dissocier de la pornographie), les images de blessures, les contenus anti-vaccins, les contenus parlant de la politique sanitaire covid de l'Inde, du Sénégal ou du Madagascar, les contenus climatosceptique...
Donc si les très grandes plates-formes finissent par censurer à tout va, les contenus censurés vont se retrouver exclusivement au-dehors des très grandes plates-formes.
Si cela arrive, la tentation des états de censurer directement internet sera très forte.
Pour ce faire, il faudra rendre les lois sur la censure du contenu beaucoup moins permissives.
Ce qui risque de rendre illégale la propagande pro-Kremlin.
Justement, il me semble que en Russie, la propagande pro-Atlantiste (concernant la guerre en Ukraine), est maintenant punie de 15 de prison.
L'occident se sera donc considérablement rapproché de la Russie sur le plan de la censure .
Mais bon, ce sera encore et toujours pour préserver la démocratie et éloigner les dictatures. À peu près le principe du parti unique communiste (le seul autorisé, car le seul démocratique) .
6  3 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/07/2022 à 9:09
Oui c'est comme ce que je viens d'entendre à la radio aux infos :
"Moscou a bloqué temporairement les gazoduc pour faire des opérations de maintenance. Le ministre allemand dénonce une tentative de faire pression sur l'Europe"

Mais toutes les sanctions qu'on impose à la Russie depuis le début de l'année c'est pas justement pour faire pression sur Moscou ? (et avec le succès qu'on sait )
4  1