IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Scanner les téléphones pour détecter les preuves de maltraitance d'enfants conduit à une pensée de la « solution » logicielle magique
Et à des politiques malsaines, selon un professeur

Le , par Stéphane le calme

9PARTAGES

10  0 
Des lois au Royaume-Uni et en Europe ont été proposées qui donneraient aux autorités le pouvoir de saper le chiffrement fort de bout en bout au prétexte de la poursuite de la justice. Si elles étaient adoptées, ces règles autoriseraient, selon un expert britannique en sécurité informatique, la lecture et l'analyse des communications précédemment privées des personnes dans le but d'empêcher potentiellement la propagation de matériel pédopornographique et de communications terroristes.

Des propositions similaires, telles que le projet de loi EARN IT, continuent de faire surface aux États-Unis.

Ross Anderson, professeur d'ingénierie de la sécurité au Département d'informatique et de technologie de l'Université de Cambridge au Royaume-Uni, affirme que ces réglementations proposées (qui reposent sur des solutions techniques telles que l'analyse des messages côté appareil et l'apprentissage automatique pour les algorithmes de chasse au crime à la place de la police, des travailleurs sociaux et des enseignants) conduisent à une pensée magique et à des politiques malsaines.


La position de l'Europe...

Une proposition de la Commission européenne pourrait obliger les entreprises technologiques à analyser les messages privés à la recherche de matériel d'abus sexuel d'enfants (CSAM) et de preuves de pédopiégeage, même lorsque ces messages sont censés être protégés par un chiffrement de bout en bout. La sollicitation d’enfants à des fins sexuelles, ou pédopiégeage, est « une pratique où un adulte se "lie d’amitié" avec un enfant (de manière générale en ligne, mais le pédopiégeage hors ligne existe également) dans le but de commettre des abus sexuels à son encontre ». L'adulte cherche à se rapprocher d'un enfant et à instaurer avec lui une relation affective, voire parfois aussi avec sa famille, pour lever les inhibitions de la victime dans l'intention de perpétrer des abus sexuels.

Les services en ligne qui reçoivent des « ordres de détection » en vertu de la législation en cours de l'Union européenne auraient « des obligations concernant la détection, le signalement, la suppression et le blocage du matériel d'abus sexuel d'enfants connus et nouveaux, ainsi que la sollicitation d'enfants, quelle que soit la technologie utilisée dans les échanges en ligne », indique la proposition. La proposition reconnait que le chiffrement de bout en bout est un outil de sécurité important, mais ordonne essentiellement aux entreprises de casser ce chiffrement de bout en bout par tous les moyens technologiques nécessaires :

« Afin de garantir l'efficacité de ces mesures, de permettre des solutions sur mesure, de rester technologiquement neutres et d'éviter le contournement des obligations de détection, ces mesures devraient être prises quelles que soient les technologies utilisées par les prestataires concernés dans le cadre de la fourniture de leurs services. Par conséquent, le présent règlement laisse au fournisseur concerné le choix des technologies à exploiter pour se conformer efficacement aux ordres de détection et ne devrait pas être compris comme incitant ou décourageant l'utilisation d'une technologie donnée, à condition que les technologies et les mesures d'accompagnement répondent aux exigences de présent règlement.

« Cela inclut l'utilisation de la technologie de cryptage de bout en bout, qui est un outil important pour garantir la sécurité et la confidentialité des communications des utilisateurs, y compris celles des enfants. Lors de l'exécution de l'ordre de détection, les fournisseurs devraient prendre toutes les mesures de sauvegarde disponibles pour s'assurer que les technologies qu'ils emploient ne peuvent pas être utilisées par eux ou leurs employés à des fins autres que le respect du présent règlement, ni par des tiers, et pour éviter ainsi de porter atteinte à la sécurité et la confidentialité des communications des utilisateurs ».

Un document de questions-réponses décrivant la proposition souligne l'importance d'analyser les messages chiffrés de bout en bout : « Le NCMEC [National Center for Missing and Exploited Children] estime que plus de la moitié de ses rapports CyberTipline disparaîtront avec le chiffrement de bout en bout, laissant les abus non détectés, à moins que les fournisseurs ne prennent des mesures pour protéger les enfants et leur vie privée également sur les services chiffrés de bout en bout ».

...et du Royaume-Uni

Le gouvernement britannique propose de donner au régulateur de l'Internet Ofcom de nouveaux pouvoirs pour forcer les plateformes de messagerie et d'autres types de services en ligne à mettre en œuvre des technologies d'analyse du contenu, même si leur plateforme est chiffrée de bout en bout. Ainsi, la mise à jour du projet de loi sur la sécurité en ligne, qui est en cours d'examen au Parlement britannique, stipule que les fournisseurs locaux et étrangers d'un « service réglementé d'utilisateur à utilisateur » doivent signaler tout contenu partagé d'exploitation et d'abus sexuels d'enfants à la National Crime Agency du pays.

Un fabricant d'applications pourrait également concevoir son service et son code de manière à intercepter et à inspecter les messages pendant qu'ils circulent entre les participants d'une conversation. La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, a déclaré dans un communiqué que le projet de loi permettra ainsi de lutter contre les abus sexuels sur les enfants. « L'abus sexuel d'enfants est un crime répugnant. Nous devons tous veiller à ce que les criminels ne soient pas autorisés à se déchaîner en ligne et les entreprises technologiques doivent jouer leur rôle et assumer la responsabilité de la sécurité de nos enfants », a-t-elle déclaré.

« Des éléments tels que le chiffrement de bout en bout réduisent considérablement la capacité des plateformes à détecter les abus sexuels sur les enfants. Le projet de loi sur la sécurité en ligne établit une obligation légale claire de prévenir, d'identifier et de supprimer les contenus pédopornographiques, quelles que soient les technologies utilisées. Personne ne peut raisonnablement nier qu'il s'agit d'un impératif moral », a-t-elle ajouté. Le communiqué affirme également : « la vie privée et la sécurité ne s'excluent pas mutuellement. Nous avons besoin des deux, et nous pouvons avoir les deux et c'est ce que cet amendement offre ».

Cependant, l'amendement compromettrait la nature même du chiffrement de bout en bout. Et ce qui n'est pas chiffré de bout en bout peut être surveillé au choix de l'application ou du fournisseur de services. Si la législation est adoptée par le Parlement, l'Ofcom aura le pouvoir de contraindre les entreprises technologiques à payer des pénalités si ce système d'inspection n'est pas mis en œuvre. « Il incombe aux entreprises technologiques de développer ou de se procurer des technologies permettant d'atténuer les risques, quels que soient leurs choix de conception », a expliqué la ministre britannique de l'Intérieur.


Mais un professeur d'ingénierie de la sécurité s'inquiète

Dans un article intitulé Chat Control or Child Protection?, Anderson réfute des arguments avancés par Ian Levy, directeur technique du UK National Cyber ​​Security Centre, et Crispin Robinson, directeur technique de la cryptanalyse au Government Communications Headquarters (GCHQ), l'équivalent britannique de la NSA.

Le document pro-surveillance, rédigé par Levy et Robinson et intitulé Thoughts on Child Safety on Commodity Platforms, a été évoqué plus tôt ce mois-ci par la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, devant la commission des libertés civiles du Parlement européen en soutien au règlement similaire de l'UE.


L'article de Levy et Robinson, étant lui-même une réponse à un article s'opposant à l'analyse côté appareil qu'Anderson a coécrit avec 13 autres experts en sécurité en 2021, décrit les différents types de préjudices que les enfants peuvent rencontrer en ligne : partage d'image indécente; partage d'images virales; partage d'images/vidéos indécentes entre délinquants; préparation d'une future victime par un délinquant; communication entre délinquants; et le streaming d'abus à la demande.

Anderson soutient que cette taxonomie des préjudices reflète les intérêts des enquêteurs criminels plutôt que le bien-être des enfants. « Du point de vue de la protection de l'enfance et des droits de l'enfant, nous devons examiner les préjudices réels, puis les priorités pratiques des interventions policières et de travail social qui peuvent les minimiser », estime-t-il.

Anderson remet en question les données utilisées pour alimenter l'indignation des médias et les inquiétudes politiques concernant les préjudices causés aux enfants. Citant les 102 842 rapports du Centre national pour les enfants disparus et exploités (NCMEC pour National Center for Missing and Exploited Children), l'organisation américaine à but non lucratif coordonnant les rapports sur la maltraitance des enfants des entreprises technologiques, à la National Crime Agency (NCA) du Royaume-Uni, il estime que cela a conduit à 750 poursuites pour images indécentes, « bien moins de 3% du total de 2019 de 27 233 poursuites pour délits d'image indécente, dont 26 124 concernaient des images d'enfants ». Et le nombre de ces poursuites a culminé en 2016 et a depuis diminué, dit-il.

« En bref, les données ne corroborent pas les allégations de dommages croissants à grande échelle initiés en ligne et évitables par la numérisation d'images », déclare Anderson.

Le danger de s'appuyer sur des preuves douteuses

Cependant, le vrai mal est causé par les faux positifs, observe-t-il, en désignant Operation Ore, une répression de la maltraitance des enfants sur Internet qui a commencé il y a deux décennies et a conduit à de fausses accusations.

Levy et Robinson proposent « d'avoir des modèles de langage exécutés entièrement localement sur le client pour détecter le langage associé au toilettage ». Ils comparent cette approche à l'analyse CSAM sur l'appareil proposée par Apple (et par la suite abandonnée, du moins pour le moment) aux États-Unis. Bien qu'ils reconnaissent les problèmes soulevés à l'époque - faux positifs, dérive de la mission, vulnérabilité à la falsification - ils affirment : « Grâce à nos recherches, nous n'avons trouvé aucune raison pour laquelle les techniques de numérisation côté client ne peuvent pas être mises en œuvre en toute sécurité dans de nombreuses situations rencontrées ».

Anderson affirme que les forces de l'ordre ont depuis longtemps renoncé à analyser les e-mails à la recherche de mots-clés tels que « bombe », car cela ne fonctionne pas et parce que l'analyse du trafic, pour laquelle l'accès au contenu n'est pas requis, est plus efficace. Et il ne s'attend pas à ce que les modèles de traitement du langage naturel (NLP) fonctionnent mieux.

« L'utilisation de modèles NLP modernes pour détecter les discours illégaux - qu'il s'agisse de toilettage sexuel, de recrutement terroriste ou de discours de haine - est très sujette aux erreurs », affirme-t-il. « Notre groupe de recherche a une longue expérience de la recherche d'extrémisme politique violent en ligne, ainsi que de fraude et de spam. En se basant uniquement sur le contenu textuel, il peut être difficile d'obtenir des taux d'erreur nettement inférieurs à 5 à 10%, selon la nature du matériel recherché ».

Avec 5% de faux positifs, Anderson suggère que chacun des 1,6 million de policiers européens aurait 625 alarmes sur des dommages potentiels à gérer quotidiennement – ce qui n'est pas exactement un scénario pratique. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'options, juste que les correctifs techniques brisant le chiffrement ne sont pas adaptés.

Les recommandations du professeur

Anderson a indiqué que le secteur privé s'est montré intéressé à aider les gouvernements à se lancer dans l'analyse du contenu.

« Il y a une société appelée Thorn qui fait pression pour le contrat de numérisation et aimerait obtenir un mandat du gouvernement pour que son logiciel soit installé dans vos clients de chat », a-t-il déclaré.

« Les opérateurs de services de chat détesteraient cela, ce qui pourrait expliquer pourquoi Apple a produit son propre logiciel de numérisation côté client qui a provoqué un cataclysme l'année dernière avant qu'une partie de celui-ci ne soit retirée. Il existe également des startups britanniques financées par le GCHQ et le Home Office pour produire des prototypes. Peut-être que cela serait simplement utilisé comme un moyen d'intimider les Big Tech pour qu'ils fassent le travail eux-mêmes.

« Cependant, le gros point faible est la façon dont Big Tech gère les rapports des utilisateurs, qui vont de mauvais (Facebook) à presque pas du tout (Twitter). Il y a un réel cas pour que les gouvernements imposent de meilleures performances ici, comme l'indique le document et comme j'en parle également dans mon article sur le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne ».

Anderson, dans son article sur le contrôle du chat, suggère que les militants de la sécurité des enfants et de la confidentialité pourraient faire cause commune pour faire avancer les règles qui obligent les fournisseurs de services en ligne à supprimer les contenus illégaux lorsqu'ils sont signalés.

« À l'heure actuelle, les entreprises technologiques prêtent attention aux demandes de retrait de la police et des avocats du droit d'auteur, car les ignorer peut coûter cher - mais ignorent les utilisateurs ordinaires, y compris les femmes et les enfants », dit-il. « Cela doit être corrigé, que ce soit par des sanctions pénales ou par des sanctions financières importantes ».

Les recommandations d'Anderson pour faire face à la maltraitance des enfants se concentrent sur des approches traditionnelles et relativement compliquées : une police communautaire de qualité plutôt que des solutions à bouton-poussoir ; engagement social; responsabiliser les jeunes; et le respect des droits de l'homme.

« L'idée que les problèmes sociaux complexes peuvent être résolus par des solutions techniques bon marché est le chant des sirènes du vendeur de logiciels et a attiré de nombreux ministères crédules sur les rochers », a déclaré Anderson. « Là où les ministres achètent l'idée d'une 'solution' logicielle magique, comme l'industrie aime appeler ses produits, les résultats sont souvent décevants et parfois désastreux ».

Au-delà de cela, Anderson dit que la surveillance omniprésente, sans motif, viole le droit des droits de l'homme. « L'état de droit doit primer sur la 'sécurité nationale' », conclut-il. « Nous devons conserver un avantage moral sur les États autoritaires concurrents, et pas seulement un avantage militaire et technologique. Le chiffrement de bout en bout doit donc rester disponible pour des raisons morales ».

Et, dit-il, le chiffrement doit rester pour des raisons de cybersécurité valables, comme Levy et Robinson l'ont reconnu précédemment, et lui et ses collègues technologues l'ont soutenu dans leur article précédent.

Source : Ross Anderson

Et vous ?

Pour ou contre la surveillance des communications au nom de la protection des enfants ?
Que pensez-vous de l'argumentaire de Ross Anderson ?
Que pensez-vous de ses propositions pour s'attaquer au contenu pédopornographique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 03/02/2023 à 9:23
"Cher Ahmed, je suis très triste car je ne peux pas planter de pommes de terre dans mon jardin. Je suis sûr que si tu étais ici avec moi, tu aurais pu m’aider à retourner la terre. Je t’aime, ton Père."
Quelques jours plus tard, le vieil homme reçoit la réponse de son fils : "Cher Père, s’il te plaît, ne touche surtout pas au jardin ! J’y ai caché des armes. Moi aussi je t’aime, ton fils Ahmed."
A 4 heures du matin, arrivent chez le vieillard les services antiterroristes, le RAID. Ils fouillent tout le jardin, millimètre par millimètre et repartent déçus car ils n’ont rien trouvé.
Le lendemain, le vieil homme reçoit une nouveau lettre de son fils : "Cher Père, je suis certain que la terre de tout le jardin est désormais retournée et que tu peux planter tes pommes de terre. Je ne pouvais pas faire mieux. Je t’aime, Ahmed."
32  1 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/02/2023 à 15:32
Citation Envoyé par Math71 Voir le message
On va surement me reprocher de dire ça, mais je vais le dire ! Je n'ai rien a cacher !
C'est pas parce que toi, tu n'as rien à cacher qu'il faut laisser la qualité de la vie privée se dégrader.

C'est comme si tu disais que parce toi, tu n'as rien à dire, la liberté d'expression et la liberté de la presse n'ont plus besoin d'exister ni d'être protégés.

Pour les libertés fondamentales, il ne faut absolument pas faire de son cas une généralité, et surtout surtout, être systématiquement solidaire de la démarche la plus protectrice de la liberté fondamentale.
22  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/02/2023 à 10:01
Absolument d'accord avec les commentaires. C'est de l'enfumage, on se fout de nous car en vrai ce n'est absolument pas une lutte et l'impunité règne plus ou moins dans ce domaine. D'autant qu'on sait déjà que comme les terroristes, les dealers et autres génies du mal ne communiquent plus en clair sur internet...

Donc à moins que leur super trucs soit en fait un ordinateur quantique qui casse le chiffrement de nos horribles compatriotes... c'est gravé dans le marbre que ce sera uniquement un outil de surveillance de masse !

Outil qui servira de réservoir de preuve pour attaquer en justice des lanceurs d'alertes, des écolos activistes, des gamins qui vendent des barettes de shit au lycée et tout autre trucs que ces minables du gouvernement voudrait voir cesser.

Donc ça va être procédure baillons sur procédure baillons à gogo pour que les français sachent encore moins ce qui se magouille dans leurs dos...
17  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2023 à 9:41
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Scanner toutes les conversations privées pour lutter contre la pédopornographie : pour ou contre ? De quel bord êtes-vous ?
Pour faire passer des lois liberticides il faut un bon prétexte, c'est souvent la sécurité (par exemple quand il y a des terroristes), mais là c'est la lutte contre la pédopornographie, qui est un excellent prétexte, parce que tout le monde est pour la lutte contre la pédopornographie.

Après quand on se regarde ce qu'il se passe réellement au niveau de la pédophilie et de la justice en Europe, on voit qu'on se fout de notre gueule.
Karl Zero propose des documentaires à ce sujet, il faudrait peut-être que je m'abonne à son service vidéo pour voir.

Là par exemple il y a un magistrat qui proposait à des gens de violer sa fille, il ne fera pas de prison ferme.
JUGÉ POUR AVOIR PROPOSÉ SA FILLE MINEURE SUR UN SITE LIBERTIN, UN MAGISTRAT VOIT SA PEINE ALLÉGÉE EN APPEL
Condamné en première instance à deux ans de prison, dont un avec sursis, le magistrat a interjeté appel. Il a finalement écopé d'une peine entièrement assortie d'un sursis.
====
Bref, il ne faut pas accepter de perdre nos libertés même si le projet semble intéressant, parce qu'à la fin l'outils de surveillance sera utilisé pour contrôler le peuple.
11  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/02/2023 à 10:12
Loi liberticide s'il en est. Gérer la masse d'informations nécessite des machines et aucune n'est infaillible. De plus, il s'agit d'une atteinte énorme à la vie privée. Qui peut dire que la surveillance ne sera pas étendue dans la loi ou dans les faits à d'autres domaines.
Les forces de l'ordre ont toujours utilisé d'autres moyens que la surveillance de masse pour lutter contre la criminalité. Comment faisait-on avant l'outil informatique. Pour attraper un infime pourcentage de pédophiles, les autorités proposent de mettre en place un énorme filet dérivant sur toute la population qui va retourner, comme en Suisse, 86% de faux positifs qui devront être scannés donc exposés au regard indiscret de la police.
En France, la loi sur la confidentialité des communications doit être en place depuis la Libération environ. Pour de très bonnes raisons. L'être humain est amnésique et oublie les leçons du passé. Curieux de voir ce qu'en disent les CNIL européennes.

Il n'existe pas de justificatif assez fort pour mettre en place une telle surveillance.
10  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/02/2023 à 14:33
<troll>
à tous ceux qui n'ont rien a cacher :
- partagez-moi les photos de vos enfants en vacances
- votre adresse
- le n° de téléphone de votre femme
- l'accès à vos caméra de surveillance
- la visibilité sur vos compte en banque
- un doubles de l'ensemble des contrats que vous avez souscrit
- l'accès à votre dossier médical
- votre historique de navigation
- et pourquoi pas : un double de vos clefs
>> je jure que ce n'est que par pure "curiosité" !
</troll>

Ne rien avoir à se reprocher et ne rien avoir à cacher sont 2 concepts radicalement différents.
Moi j'ai très peu de choses à me reprocher, mais j'ai quelque chose de très important à cacher, c'est mon intimité.
La "vie privée" est un terme maladroit en numérique ..."intimité" est bien plus révélateur des tenants et aboutissants que ça implique.
Plus qu'un droit, c'est une nécessité sociale, qui lorsqu'elle n'est pas effective, présente de nombreux effets insidieux secondaires ...à commencer par l'auto-censure puis la perte du sens critique ...sans parler des changements sociétaux qui en découles et des abus croissants toujours plus vite.

Les professionnels de l'informatique qui ont une vraie base de connaissance en sécurité, commencent déjà par cloisonner les usages en fonction de la dimension du risque et de la surface d'attaque.
Et ce n'est pas parce que tu communiques via Enigmail sur le réseau Oxen que tu dois t'abstenir de dialoguer avec ta famille qui utilise Gmail. ^^'
Donc oui, la plupart des informaticiens utilisent rarement GnuPG, car c'est un emploi qui est peu démocratisé.
En revanche ils sont bien plus nombreux à avoir une messagerie principale sur un acteur type ProtonMail plutôt que Gmail.

Personnellement, j'utilise des adresses que je jette à la poubelle tous les 1-2 ans pour certains usages (notamment le boulot, rh, etc.), ensuite lorsque nécessaire ...et c'est vrai que c'est rare, je met en place un canal sécurisé pour des contacts spécifiques, lorsque nécessaire uniquement.

J'ai mis assez longtemps à procéder ainsi, mais la lourdeur supplémentaire de la gestion des adresses poubelles et des clés compense largement le spam et la compromission que certains contacts génèrent (ex : l'alternant RH qui fait fuiter tes données personnelles sur un dossier réseau de l'entreprise "parce que c'est plus pratique". ^^'
10  0 
Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/03/2023 à 18:04

Comme je dis toujours, tous les dictateurs suppriment (progressivement) tous les droits de leurs administrés soi-disant pour des raisons de
  • sûreté nationale (y a des ennemis partout)
  • lutte contre la désinformation (due aux factieux, aux ennemis [intérieurs ou extérieurs = étrangers] ; ce qui vient du pouvoir n'est évidemment que vérité)
  • protection de la société (contre quoi ?)
  • « anti-terrorisme »
  • maintien de l'ordre
  • chasse aux opposants ennemis du peuple | saboteurs | agents infiltrés | espions... (garder toutes les mentions utiles)
  • etc.

D'ailleurs, c'est bien la rhétorique utilisée en Chine, en Russie, en Turquie, au Vénézuéla, en Corée du Nord &c. Il n'y a qu'à écouter Xi, Poutine, Kim ou Erdogan.
Mais, hélas, de plus en plus dans les démocraties. C'est presque indolore car très progressif & fort peu médiatisé, mais il n'y a qu'à observer l'épaisseur croissante de nos différents codes (civil, pénal, général des impôts, rural, de l'urbanisme...) ainsi que leur multiplication (78 à ce jour) !
Bref, c'est imbitable, même pour les spécialistes ! Pourtant, nul n'est sensé ignorer la loi&#8203;.
Mais l'imagination des politiciens est illimitée. Hélas. Surtout pour assurer notre bien-être.
10  0 
Avatar de maxtal
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2023 à 9:19
J'espère que les autres gouvernements européens réagiront comme l'Allemagne et surtout que les experts seront écoutés.
Aussi j'aimerais croire que personne n'est dupe quant au fait que la lutte contre la pédopornographie n'est qu'un prétexte pour plus de flicage, mais j'entend des collègues être très heureux à l'idée de donner leurs titres d'identité sur les plateforme sociales par exemple.
On assiste peut être à un tournant majeur.
9  0 
Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 11:25
Ouiiii ouiiii, évidemment. C'est pour les enfants, c'est ça? Comme les fois d'avant? Ils nous prennent vraiment pour des bons.
9  0 
Avatar de virginieh
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/02/2023 à 7:40
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message

Je suis prêt à prendre le parie, que tout ceux lisant ceci, ont eu, dans leur famille, quelqu'un qui a eu un cancer (en espérant qu'il ou elle n'en est pas mort), après s'être vacciné, sur une période de 6 mois à 1 an après.
J'ai 4 personnes qui ont attrapées un cancer dans ma famille. Tous avant le début du covid. Aucun depuis. Tu as perdu ton pari.
9  1