IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les autorités iraniennes utiliseraient le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants,
Il permet de retirer un téléphone des réseaux 3G et 4G pour le faire passer en 2G

Le , par Bruno

11PARTAGES

9  0 
Mi-septembre, l'Iran a coupé de façon intermittente l'Internet mobile, notamment l'accès à des applications de messagerie telles que WhatsApp et Instagram. Aujourd'hui, les internautes iraniens font face à des coupures de réseau, de restrictions des applications mobiles et d'autres perturbations. Alors que des manifestations antigouvernementales enflammées ont balayé l'Iran, les autorités ont riposté par la force brute et la répression numérique. Beaucoup craignent que le gouvernement ne puisse suivre leurs activités grâce à leurs indispensables smartphones.

« Instagram et WhatsApp, deux des dernières plateformes internationales en Iran, ont fait l'objet de restrictions nationales à partir du mercredi 21 septembre, suivies d'une fermeture des réseaux mobiles à l'échelle nationale. Malgré le rétablissement temporaire du service Internet mobile depuis jeudi matin, les plateformes en ligne sont restées restreintes et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs. L'Internet mobile a été perturbé pour un troisième jour vendredi », a déclaré NetBlocks dans un rapport. Selon ce dernier, cette catégorie de perturbation d'Internet affecte la connectivité au niveau de la couche réseau.

Muni d'une liste de numéros de téléphone en infraction, SIAM permettrait au gouvernement iranien de descendre rapidement au niveau individuel et d'extraire une grande quantité d'informations personnelles sur un client mobile donné, y compris où il a été et avec qui il a communiqué. SIAM un système informatique qui fonctionne dans les coulisses des réseaux cellulaires iraniens, fournissant à ses opérateurs un large menu de commandes à distance pour modifier, perturber et surveiller la façon dont les clients utilisent leurs téléphones.


En Iran, des femmes ont protesté contre les règles strictes du pays en matière de hijab en retirant leur foulard en public et en publiant les images sur les médias sociaux. Le soulèvement a commencé à la mi-septembre après l'arrestation d'une Iranienne de 22 ans qui aurait été battue à mort pour ne pas avoir porté de hijab (un vêtement porté par des femmes musulmanes et qui couvre leur tête en laissant le visage apparent). Les troubles civils qui ont suivi ont été suivis d'une répression brutale de Téhéran contre sa propre population, qui a fait plus de 200 morts.

Le gouvernement iranien prévoit d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale dans les transports publics pour identifier les femmes qui ne respectent pas la nouvelle loi stricte sur le port du hijab. La reconnaissance faciale est le processus qui consiste à identifier ou à vérifier l'identité d'une personne en utilisant son visage. Elle permet de saisir, d'analyser et de comparer des modèles basés sur les détails du visage de la personne. Elle se déroule en trois étapes.

La mainmise de l'Iran sur la connexion du pays à l'internet mondial s'est avérée un outil efficace pour réprimer l'agitation. Le manque de clarté quant aux pouvoirs technologiques détenus par le gouvernement iranien - l'un des plus opaques et des plus isolés au monde - a engendré sa propre forme de terreur tranquille pour les éventuels dissidents. Les manifestants se sont souvent demandés comment le gouvernement était capable de les localiser ou d'accéder à leurs communications privées - des tactiques qui sont effroyablement répandues mais dont les mécanismes sont pratiquement inconnus.

Si le fait de déconnecter sa population de l’Internet reste un instrument émoussé privilégié de la censure d'État iranienne, le gouvernement disposerait également d'outils beaucoup plus précis et sophistiqués. Une partie de la répression iranienne en matière de données peut s'expliquer par l'utilisation d'un système appelé "SIAM", un programme Web permettant de manipuler à distance les connexions cellulaires, mis à la disposition de l'Autorité iranienne de régulation des communications. L'existence de SIAM et les détails du fonctionnement du système seraient exposés dans une série de documents internes d'un opérateur cellulaire iranien.

Selon ces documents internes, SIAM est un système informatique qui fonctionne dans les coulisses des réseaux cellulaires iraniens, fournissant à ses opérateurs un large menu de commandes à distance pour modifier, perturber et surveiller la façon dont les clients utilisent leurs téléphones. Les outils peuvent ralentir les connexions de données, casser le chiffrement des appels téléphoniques, suivre les mouvements d'individus ou de groupes importants et produire des résumés détaillés de métadonnées indiquant qui a parlé à qui, quand et où. Un tel système pourrait aider le gouvernement à mieux réprimer les manifestations en cours.

« SIAM peut contrôler si, où, quand et comment les utilisateurs peuvent communiquer, a expliqué Gary Miller, chercheur en sécurité mobile et fellow du Citizen Lab de l'Université de Toronto. À cet égard, il ne s'agit pas d'un système de surveillance, mais plutôt d'un système de répression et de contrôle visant à limiter la capacité des utilisateurs à faire preuve de dissidence ou à protester. »

SIAM donne à l'Autorité de régulation des communications (ARC) en Iran un accès clé en main aux activités et aux capacités des utilisateurs mobiles du pays. « Sur la base des règles et réglementations de l'ARC, tous les opérateurs de télécommunications doivent fournir à l'ARC un accès direct à leur système pour demander des informations sur les clients et modifier leurs services par le biais d'un service Web », peut-on lire dans le document.

Secours de la maison blanche au peuple iranien

La Maison Blanche aurait initié des pourparlers avec le milliardaire Elon Musk pour installer le service d'Internet par satellite Starlink de SpaceX en Iran. Par cette initiative, l'administration Biden souhaiterait apparemment que SpaceX soutienne les manifestations antigouvernementales en Iran, après que ses dirigeants aient restreint l'accès à Internet.

En août, le département du Trésor américain a déclaré que certains équipements Internet par satellite pouvaient être exportés en Iran, ce qui laisse penser que SpaceX pourrait ne pas avoir besoin d'une licence pour fournir un service haut débit par satellite dans à l’Iran. En réponse au tweet du secrétaire d'État américain Antony Blinken selon lequel les États-Unis ont pris des mesures « pour faire progresser la liberté d'Internet et la libre circulation de l'information », Musk a déclaré qu'il activerait Starlink aux Iraniens.

Les iraniens se plaignent régulièrement du ralentissement de l'accès à l'internet sur les appareils mobiles pendant les périodes de protestation - une baisse brutale du service qui rend l'utilisation des smartphones difficile, voire impossible, à des moments où cet appareil pourrait être crucial. D'après les manuels, SIAM offre un moyen simple de réduire la vitesse de transmission des données d'un téléphone, l'une des quelque 40 fonctions incluses dans le programme.

Cette capacité à réduire la vitesse et la qualité du réseau des utilisateurs est particulièrement pernicieuse car elle peut non seulement empêcher les utilisateurs d'utiliser leur téléphone, mais aussi rendre toute communication encore possible vulnérable à l'interception.

Le Département d'État américain et la Freedom Online Coalition, un groupe de défense composé de différents pays et axé sur l'accès à Internet, ont exhorté Téhéran à lever sa censure de l'Internet. « Des millions d'Iraniens comptent sur ces outils et d'autres pour se connecter les uns aux autres et au monde extérieur », ont-ils déclaré dans un communiqué commun.

La technologie cellulaire, qui a évolué entre la 2G, la 3G, la 4G/LTE et maintenant la 5G, est l'un des principaux piliers des réseaux de communication. Elle permet la connectivité avec des milliers d'appareils distants déployés sur le terrain, dans tous les secteurs et cas d'utilisation.

Comme toute technologie, la technologie cellulaire évolue au fil du temps, à mesure que de nouvelles versions des spécifications 3GPP sont développées, mises en œuvre par les fournisseurs et adoptées par les fournisseurs de services ou les opérateurs de réseaux privés. Aujourd'hui, la principale tendance du marché est celle des services 4G/LTE, tandis que de nouveaux services 5G font leur apparition dans le monde entier.

La réaffectation du spectre précédemment utilisé sur les réseaux 2G et 3G pour l'utiliser avec des services 4G/LTE et 5G plus rapides et plus efficaces fait partie de la planification de tous les opérateurs de réseaux mobiles.

Aperçu de la migration vers les réseaux 2G et 3G

Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle peut aider à planifier l'impact sur le réseau.

  • AT&T - Les services 3G se sont arrêtés le 22 février 2022, tandis que le réseau 2G a été arrêté en 2017.
  • Bell Canada - Le réseau 3G CDMA a été abandonné le 30 avril 2019.
  • Orange France - Les services 2G cesseront d'exister à la fin de 2025.
  • Rogers Canada - Fermeture des réseaux 2G et 3G 1900MHz le 7 juin 2021, et 2G sur 850MHz le 31 décembre 2021.
  • Sprint - Extinction des services 3G le 31 mars 2022.
  • Telefonica Germany - Arrêt des services 3G en décembre 2021.
  • Telstra Australia - Les services 3G disparaîtront en juin 2024.
  • T-Mobile - Les services 3G prendront fin le 1er juillet 2022.
  • Verizon - Les services 3G prendront fin le 31 décembre 2022.
  • Vodafone UK - Les services 3G prendront fin en 2023.

Toutefois, avec SIAM, le gouvernement iranien dispose d’une fonctionnalité connue sous le nom de "Force2GNumber". Elle permet à un opérateur de téléphonie mobile d'expulser un téléphone donné des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G.

Bien que cela ne soit pas directement mentionné dans les manuels, le fait de rétablir une connexion 2G pourrait également exposer les codes d'authentification à deux facteurs transmis aux utilisateurs par SMS. Le gouvernement iranien a déjà tenté de saper l'authentification à deux facteurs, notamment par des campagnes de logiciels malveillants visant les dissidents.

« En règle générale, forcer un téléphone à utiliser le réseau 2G lui permettrait toujours de recevoir un message d'authentification à double facteur par SMS, car les SMS sont envoyés sur le réseau de signalisation mobile », explique Miller. « Cependant, l'effet de forcer un utilisateur à rester sur le réseau 2G rendrait essentiellement inutilisables les services d'application en temps réel correspondants, tels que la communication P2P, les médias sociaux et Internet. »

Alors que les connexions cellulaires 5G et 4G actuelles disposent de systèmes de chiffrement intégrés plus robustes pour déjouer les écoutes, la norme cellulaire 2G, introduite pour la première fois en 1991, ne chiffre généralement pas les données ou utilise des méthodes de chiffrement obsolètes faciles à craquer.

Bien qu'il soit beaucoup moins subtil que d'être forcé de se connecter à un réseau 2G, SIAM peut également être utilisé pour débrancher complètement l'appareil d'un client à volonté. Grâce à la commande "ApplySuspIp", le système peut déconnecter entièrement d'Internet n'importe quel téléphone mobile du réseau pour une durée déterminée ou de manière permanente. Des commandes similaires permettraient à SIAM d'empêcher un utilisateur de passer ou de recevoir des appels.

Source : The Intercept

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Pensez-vous que les gouvernements des pays prônant la liberté d'expression pourraient utiliser des systèmes tels que SIAM ?

Voir aussi :

Biden veut que SpaceX transmette Internet à l'Iran en pleine révolte, le service haut débit par satellite pourrait aider les Iraniens à contourner les restrictions du régime

Les autorités iraniennes prévoient d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab, alors que des critiques craignent son utilisation à des fins d'espionnage

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 01/11/2022 à 14:17
Bonjour

Les autorités iraniennes utiliseraient le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants, il permet de retirer un téléphone des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G

Quel est votre avis sur le sujet ?
Un pays comme l'Iran , c'est comme la Chine . Tout est bon pour lutter "contre la population" . Répression, censure , chasse aux sorcières si il y a des "mauvais pensant" , muselage de la population .

Pensez-vous que les gouvernements des pays prônant la liberté d'expression pourraient utiliser des systèmes tels que SIAM ?
Vu que les chinois sont progressivement en train de prendre le contrôle matériel et télécom des réseaux gsm avec toute la m***e qu'ils nous vendent, je ne serai pas étonné de la possibilité technique . Même à petite échelle.

Xiaomi, Oppo, Huawei ... Combien de marques Chinoises ? Sans Parler de China Telecom qui est le plus opérateur du monde et aussi le premier opérateur télécom chinois. Ce même opérateur fait des yeux doux pour racheter de le géant indien Bharti (Airtel - Vodafone) ...
2  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/11/2022 à 12:58
Le business plan de starlink ressemble de moins en moins à un projet civil malgré le maquillage...

Sinon, il y a les réseau Mesh.
Bridgefy avait été utilisée à Hong Kong, mais sa page wikipedia cite des audits de sécurité désastreux.
J'ai installé Briar il y a peu, juste pour avoir un service minimum en zone blanche, et je découvre agréablement suite à ce billet que l'appli a passé un audit de sécurité indépendant (et que c'est financé par nos amis américains, comme signal...). Je ne sais pas ce que ça vaut dans une foule et l'usage est assez contraignant (Alice et Bob doivent être en ligne en même temps pour s'écrire).
2  1