Virtualiser les serveurs
Est-ce un risque pour la sécurité des données ?

Le , par Jean-Philippe Dubé, Membre émérite
Citation Envoyé par Acronis
Virtualiser, c’est encore plus exposer ses données aux risques !
Ne perdez jamais de vue votre stratégie de sauvegarde et de restauration lorsque vous virtualisez vos serveurs !


Une solution adaptée à un serveur physique ne convient pas forcément à un serveur virtuel qui, en outre, est beaucoup plus exposé aux risques.

Paris, le 25 mai 2009 - IDC, l’entreprise renommée d’analyse et d’étude de marché, a récemment publié un rapport postulant qu’en 2009, les entreprises s’équiperont de 10 % de machines virtuelles de plus que de machines physiques. C’est la première fois que cette tendance s’inverse.
Mais avant que les directeurs informatiques et les dirigeants ne se lancent tous dans la virtualisation de leurs serveurs, solution efficace, écologique et économique par excellence, mieux vaut il être prudent. En effet, nombre d’entre eux passent tant de temps à chercher la plate-forme de virtualisation idéale, qu’ils perdent de vue la façon dont ils devront protéger leurs données et effectuer des sauvegardes une fois leur projet terminé. Mettre sur pied de façon proactive un plan de récupération sur sinistre doit être l’une des priorités des entreprises qui installent un serveur, qu’il soit physique ou virtuel.

Les serveurs virtuels sont, en effet, aussi vulnérables aux catastrophes naturelles, aux virus et aux problèmes de disque dur que leurs concurrents physiques. Voire même ; un serveur virtuel est, en fait, l’émulation d’une machine hardware qui, par définition, peut être plus ou moins facilement réparée en cas de panne, ce qui est loin d’être le cas d’une solution logicielle. En outre, les serveurs virtuels sont sensibles à certains événements qui ne touchent pas les serveurs physiques. Enfin, si on ajoute à cela le fait que les serveurs virtuels sont souvent « superposés » au sein d’une seule et même machine physique, on prend rapidement conscience des risques qui se démultiplient. C’est pourquoi il faut absolument repenser la stratégie de sauvegarde et de restauration lorsque l’on s’aventure dans le monde virtuel, ce qu’il n’est possible de faire qu’avec une solution efficace. Par ailleurs, certaines solutions de sauvegarde et de restauration ne peuvent pas protéger un serveur virtuel, même si elles s’acquittent extrêmement bien de leur mission avec une plate-forme physique.

La virtualisation peut rendre l’administration d’un système bien plus aisée, mais il faut prendre conscience qu’elle rend une série de points plus complexes. Il existe toutefois des solutions qui facilitent les processus de sauvegarde et de restauration dans les environnements physiques et virtuels et permettent d’éviter de nombreux coûts liés à l’implémentation et la gestion. Les entreprises qui optent pour un logiciel de ce type peuvent améliorer significativement le ROI de la virtualisation.
Il ne faut certainement pas négliger le fait – qui ne va pas du tout de soi – que certaines solutions permettent de transférer des données entre des environnements virtuels et physiques et inversement. Elles peuvent donner aux administrateurs informatiques – qui ne maîtrisent pas immédiatement les environnements virtuels – la tranquillité, le sentiment de contrôle et la confiance nécessaires a cette migration vers une toute nouvelle dimension

pensez-vous que virtualiser les serveurs est un risque pour la sécurité des données ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Jean-Philippe Dubé Jean-Philippe Dubé - Membre émérite https://www.developpez.com
le 02/06/2009 à 22:56
Selon moi, mettre plusieurs serveurs sur une même machine est un risque évident. Si une panne matérielle survient, c’est plusieurs systèmes qui sont affectés et donc plusieurs services qui sont touchés. Mais encore là, cela dépend de la configuration de l'entreprise et des serveurs d'urgence qu'elle possède.
Avatar de kOrt3x kOrt3x - Modérateur https://www.developpez.com
le 02/06/2009 à 23:49
C'est sûr que c'est risque, car si la machine réelle est hors service, c'est plusieurs serveurs qui sont dans les choux.
Après il faut aussi penser au Backup.
Je vais par exemple prendre un exemple (pour mon cas) :

On prend un Mac avec un VMware Fusion qui permet de faire tourner plusieurs serveurs de messagerie ou autres, sous Mac OS X Server. C'est un avantage d'avoir sur une même machine plusieurs serveurs et en cas de panne matérielle, si des backups sont fait régulièrement, il suffira de remettre les machines virtuelles sur le Mac et c'est reparti.
Avatar de Qwert Qwert - Membre actif https://www.developpez.com
le 03/06/2009 à 15:00
Citation Envoyé par Jean-Philippe Dubé  Voir le message
Selon moi, mettre plusieurs serveurs sur une même machine est un risque évident. Si une panne matérielle survient, c’est plusieurs systèmes qui sont affectés et donc plusieurs services qui sont touchés. Mais encore là, cela dépend de la configuration de l'entreprise et des serveurs d'urgence qu'elle possède.

Comme tu dis, tout dépend de la configuration, parce que la virtualisation, c'est aussi une source de redondance matérielle !

Une VM, ce n'est qu'un objet qu'on peut déplacer sur différents matériels !

Dans le projet que je viens de boucler, on utilise la solution de Zones solaris sur plusieurs serveurs physiques. En cas d'arrêt matériel, ces zones sont basculées en 7 min chrono (temps de redémarrage d'Oracle surtout long )
Une ferme ESX, c'est le basculement aussi des VM...

La Virtualisation apporte différents plus qu'il faut mettre en place sans oublier l'existant : les sauvegardes sont toujours d'une importance cruciale.
Offres d'emploi IT
SOC cybersécurité (H/F)
Atos - Ile de France - Les Clayes-sous-Bois (78340)
Ingénieur réseau et sécurité h/f
ACENSI - Ile de France - Paris (75000)
Consultant sécurité technique H/F
NEXTGEN RH - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Sécurité