IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Lituanie est le pays qui a espionné le monde pour le FBI. Le pays a hébergé le serveur d'interception d'Anom
L'entreprise de téléphonie chiffrée contrôlée secrètement par le FBI

Le , par Stéphane le calme

12PARTAGES

14  0 
La Lituanie a joué un rôle clé dans l’une des plus grandes opérations de surveillance secrète menées par le FBI, selon une enquête. Le pays balte a hébergé le serveur d’interception d’Anom, une entreprise de téléphonie chiffrée qui était en fait contrôlée par le FBI et qui contenait une porte dérobée permettant d’accéder aux messages des utilisateurs. Anom était utilisé par des criminels organisés du monde entier, qui pensaient communiquer de manière sécurisée. Le FBI a ainsi pu collecter des millions de messages et de photos, qui ont conduit à l’arrestation de plus de 800 suspects en juin 2021.

En 2018, le FBI a démantelé un service de chiffrement basé au Canada appelé Phantom Secure. Cette société, selon les responsables, fournissait des téléphones portables chiffrés à des cartels de la drogue et à d'autres groupes criminels.

Voyant un vide sur le marché clandestin, le FBI a recruté un ancien distributeur de Phantom Secure qui avait développé un nouveau système de communications chiffrées appelé Anom. Selon les documents judiciaires, l'informateur a accepté de travailler pour le FBI et de laisser le bureau contrôler le réseau en échange de la possibilité d'une réduction de peine de prison. Le FBI a payé l'informateur à hauteur de 120 000 $, selon les documents.

Les appareils Anom sont des téléphones portables dépourvus de toute fonction normale. Leur seule application fonctionnelle était déguisée en fonction de calculatrice : après avoir entré un code, les utilisateurs pouvaient envoyer des messages et des photos avec un chiffrement de bout en bout. En trois ans, plus de 11 800 appareils Anom ont été vendus à plus de 300 syndicats du crime opérant dans plus de 100 pays, selon Europol.

En collaboration avec les autorités australiennes, le FBI et l'informateur ont mis au point une « clé passe-partout » qui leur a permis de réacheminer les messages vers un pays tiers et de les déchiffrer.

Les autorités se sont également appuyées sur l'informateur pour faire entrer les appareils modifiés dans les réseaux criminels très insulaires. L'informateur a commencé en octobre 2018 par proposer les appareils à trois autres distributeurs ayant des liens avec le crime organisé en Australie. Une grande percée, selon les représentants des forces de l'ordre, a eu lieu lorsqu'ils ont pu mettre l'un des appareils entre les mains de Hakan Ayik, un Australien qui a fui le pays il y a dix ans et dont la police pense qu'il a dirigé des importations de drogue depuis la Turquie.

Ce qui a attiré les gangs de criminels vers Anom, c’est sa promesse de sécurité et de confidentialité. Un message de la société sur un site de média social avant d’être supprimé présentait Anom en ces termes : « Présentation d'Anom : une application de messagerie ultra-sécurisée pour téléphones portables sous Android », disait l'annonce. « Votre confidentialité, assurée. Un logiciel renforcé contre la surveillance ciblée et les intrusions – Anom Secure. Gardez vos secrets en sécurité ! »

À leur insu, l'ensemble du réseau était géré par le FBI, en coordination avec la police australienne. Puis, en juin, les responsables mondiaux des forces de l'ordre ont révélé l'opération qui a duré trois ans, au cours de laquelle ils ont déclaré avoir intercepté plus de 20 millions de messages et arrêté au moins 800 personnes dans plus d'une douzaine de pays.


La Lituanie serait ce pays tiers

L’opération Anom, également connue sous le nom de Trojan Shield, a été révélée au public en juin 2021, mais l’identité du pays qui a hébergé le serveur d’interception est restée secrète jusqu’à présent. Le FBI avait demandé à ce pays de garder sa participation confidentielle, et avait refusé de la divulguer même aux autorités judiciaires américaines. Selon une source proche de l’opération, ce pays était la Lituanie. La source a déclaré que la Lituanie avait accepté de coopérer avec le FBI pour des raisons de sécurité nationale, et qu’elle avait fourni au FBI les messages d’Anom tous les lundis, mercredis et vendredis.

La Lituanie n’est pas le seul pays à avoir participé à l’opération Anom. L’Australie a été le premier pays à tester Anom en 2019, en distribuant des téléphones Anom à des criminels ciblés. D’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande, la Suède, les Pays-Bas, l’Allemagne et la France, ont également collaboré avec le FBI pour arrêter les utilisateurs d’Anom dans leurs territoires. L’opération Anom a été saluée comme un succès par les autorités américaines et internationales, qui ont affirmé avoir saisi des tonnes de drogue, d’armes à feu et d’argent sale, ainsi que prévenu des meurtres et des attentats.

Jean-Philippe Lecouffe, directeur exécutif adjoint d'Europol, a déclaré que l'opération avait donné aux forces de l'ordre « un aperçu exceptionnel du paysage criminel ». Grâce aux téléphones portables chiffrés, les criminels ont organisé l'expédition de cocaïne dissimulée dans des boîtes de thon de l'Équateur vers la Belgique dans un conteneur, selon des documents judiciaires américains. La cocaïne a également fait l'objet d'un trafic dans des enveloppes diplomatiques françaises scellées à partir de Bogota, la capitale de la Colombie.


Pourquoi faire appel à un pays tiers ?

Le FBI avait un problème. En 2019, l’agence dirigeait secrètement la compagnie de téléphone Anom. Des criminels en bandes organisées se servaient des téléphones et Anom gagnait en popularité. Mais même si Anom contenait une porte dérobée, le FBI était incapable de lire réellement les messages d'Anom. Le FBI n’avait pas obtenu l’autorisation légale de fouiller dans ce trésor de renseignements.

L'agence s'est donc tournée vers ce que les archives judiciaires ont décrit comme un « pays tiers », le premier pays étant l'Amérique et le second étant l'Australie, qui a effectué un test bêta de l'opération de surveillance Anom. Le pays tiers a permis au FBI de surmonter cet obstacle juridique. Le pays a hébergé le serveur d'interception Anom pour le FBI, puis a fourni les messages d'Anom aux autorités américaines tous les lundis, mercredis et vendredis. Ce pays « a demandé que sa participation reste confidentielle », selon un document. Le document indiquait déjà que le pays tiers est membre de l'Union européenne, mais ne nommait pas le pays lui-même. « Le FBI n'est ni aujourd'hui ni dans le futur en mesure de divulguer l'identité du pays tiers susmentionné », ajoute le document. Ce pays était la Lituanie, a appris 404 Media d’une source informée de l’opération, mais qui n’y a pas travaillé du côté américain.

La révélation fournit des éclaircissements importants sur les arrangements technologiques et juridiques complexes qui ont facilité la plus grande opération d'infiltration des forces de l'ordre de l'histoire, au cours de laquelle plus de 9 000 agents des forces de l'ordre sont entrés en action le 7 juin 2021 dans le cadre des arrestations coordonnées à l'échelle mondiale de nombreux utilisateurs criminels d'Anom. Récemment, des avocats de la défense aux États-Unis ont fait valoir qu'ils avaient besoin de connaître l'identité du pays tiers afin de contrôler la légalité des preuves recueillies contre leurs clients. Le gouvernement n'a pas encore fourni ces informations aux équipes de défense.

Source : rapport de 404 Media

Et vous ?

Que pensez-vous de la coopération entre la Lituanie et le FBI dans l’opération Anom ? Est-ce une preuve de confiance ou une violation de souveraineté ?
Quelles pourraient être les conséquences d'une telle surveillance à cette échelle ? Les preuves obtenues par Anom sont-elles recevables devant les tribunaux ? Le FBI a-t-il le droit de créer et de gérer une entreprise de téléphonie cryptée ?
Quels sont les risques géopolitiques de l’opération Anom ? Comment la Lituanie va-t-elle gérer ses relations avec ses partenaires européens, qui ont peut-être été mis sur écoute sans leur consentement ? Comment la Lituanie va-t-elle se protéger des représailles des criminels qui ont été exposés par le FBI ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de cdubet
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/09/2023 à 20:19
Citation Envoyé par Invité Voir le message
Pour perdurer dans la profession, les cybercriminels doivent bien comprendre que les méthodes qu'ils utilisent sont aussi à la portée des forces de police.
ce qui m etonne c est pourquoi ils continuent a utiliser ce type de messagerie.
C est sur que la methode mafieuse avec des messages papier c etait lent mais au moins c etait securisé. un systeme informatqiue c est par definition piratable
En plus une messagerie de ce type, 100% dediée aux criminels c est attirer la police. Si j etais un criminel, j utiliserai un truc basique et pourri (genre whatsapp) mais en envoyant des messages codés (genre les message personnels de la BBC en 40-45)
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/05/2024 à 0:01
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La fin justifie-t-elle les moyens ? Est-il acceptable que les forces de l’ordre créent de fausses entreprises pour infiltrer des réseaux criminels ?
Absolument pas, aucun espionnage n'est acceptable.

Quel impact cette opération a-t-elle sur la confiance envers les technologies de communication sécurisées ?
Quelles mesures de sécurité supplémentaires les utilisateurs légitimes de services de communication chiffrés devraient-ils envisager ?
Un impact assez mauvais. Après, plus la société sera transparente, plus elle sera digne de confiance. Les outils open-sources de chiffrement reste les plus fiables ; on peu vérifier plus facilement l'intégrité du chiffrement, ainsi que détecter d'éventuels vulnérabilités.

Quelles implications éthiques l’opération Trojan Shield soulève-t-elle en termes de vie privée et de surveillance gouvernementale ?
Comment les organisations criminelles pourraient-elles réagir ou s’adapter à de telles tactiques d’infiltration à l’avenir ?
Le problème en ce moment, c'est qu'il y a un jeu du chat de la souris non pas entre des gentils et des méchants, mais entre des techniques d'attaques et de protection.

Cependant, le citoyen lambda est presque exclusivement victime de techniques d'attaques, sur le plan éthique, je pense donc qu'il vaut mieux partir du principe que toute attaque est néfaste, et que toute protection est bonne. Ce qui compte est la majorité des personnes sur Terre, pas le FBI ou Europol qui se fait justice.
Surtout que le crime organisé est assez bien intégré à la mondialisation économique, il en est juste une des pire face ; lutter contre cette mondialisation est le meilleurs moyen citoyen de lutter contre le crime organisé. Et si ce n'était pas lucratif, il n'y aurai pas de crime organisé, les acteurs y participent par intérêt, pas par je ne sais quel "perversité", contrairement à ce que certains médias laissent parfois penser...
0  0