IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meredith Whittaker réaffirme que Signal quitterait le Royaume-Uni si elle y était contrainte par le projet de loi sur la sécurité en ligne,
Elle refuse de saper le chiffrement de l'application

Le , par Mathis Lucas

4PARTAGES

6  0 
Meredith Whittaker, présidente de la Fondation Signal qui supervise l'application de messagerie chiffrée du même nom, et ses collaborateurs restent intransigeants sur la question de la vie privée. Elle a réaffirmé la semaine dernière qu'ils cesseraient toute activité au Royaume-Uni si le projet de loi sur la sécurité en ligne (Online Safety Bill) adopté par le pays tente d'obliger Signal à intégrer des portes dérobées à son chiffrement de bout en bout. Signal refuse de compromettre sa sécurité en faveur d'une "prétendue protection des enfants en ligne" et s'est engagée à réduire le plus possible la collecte de données afin de protéger la confidentialité et la vie privée des utilisateurs.

Le Parlement britannique a adopté le 19 septembre le projet de loi sur la sécurité en ligne (Online Safety Bill) qui, selon les législateurs, vise principalement à protéger les enfants en ligne. La nouvelle législation devrait obliger les fournisseurs de services de messagerie chiffrée comme Signal et WhatsApp à intégrer à leurs applications un système de balayage du côté de l'appareil pour rechercher dans les messages des utilisateurs le matériel pédopornographique (Child sexual abuse material - CSAM) et le signaler aux autorités. En outre, la législation imposerait également aux plateformes numériques de supprimer rapidement les contenus illégaux ou nuisibles.

La loi sur la sécurité en ligne sera appliquée par l’Ofcom, le régulateur britannique des télécommunications, qui pourra infliger des amendes pouvant atteindre 10 % du chiffre d’affaires annuel ou 18 millions de livres (21 millions d’euros), selon le montant le plus élevé, aux entreprises contrevenantes. Dans certains cas, les dirigeants des plateformes pourront même être poursuivis pénalement. Cependant, la législation britannique fait l'objet de controverses et est considérée par les fournisseurs de services de messagerie chiffrée comme un recul vis-à-vis des acquis en matière de protection de la vie prie en ligne. Signal, par exemple, refuse de s'exécuter.


S'exprimant sur la scène de TechCrunch Disrupt 2023 la semaine dernière, Meredith Whittaker, présidente de la Fondation Signal, a réitéré la menace selon laquelle Signal quittera n'importe quel pays à l'instant où les autorités locales exigent qu'elle compromette son chiffrement. Elle affirme que Signal refusera de le faire, peu importe la raison. « Nous quitterions le Royaume-Uni ou toute autre juridiction si nous devions choisir entre l'introduction de portes dérobées dans notre chiffrement et la trahison des personnes qui comptent sur nous pour protéger leur vie privée, ou partir. Et cela n'a jamais été faux », a déclaré Whittaker lors de son intervention.

Whittaker, chercheuse spécialisée en éthique de l'IA, n'a pas mâché ses mots pour exprimer ses préoccupations quant aux implications de la loi sur la sécurité en ligne. « Nous n'avons pas l'intention de faire de la politique, nous n'allons donc pas ramasser nos jouets et rentrer chez nous pour, par exemple, montrer aux méchants Britanniques qu'ils sont méchants. Nous sommes vraiment inquiets pour les citoyens britanniques qui vivraient sous un régime de surveillance tel que celui qui semble être envisagé par le ministère de l'Intérieur et d'autres au Royaume-Uni », a-t-elle déclaré. Selon Whittaker, le chiffrement est marque de fabrique de Signal.

L'engagement inébranlable de Signal en faveur de la protection de la vie privée a joué un rôle déterminant dans son succès. Selon de récentes statistiques, en janvier 2022, l'application comptait environ 40 millions d'utilisateurs actifs mensuels et plus de 100 millions de téléchargements. Sa popularité découle d'une politique stricte de conservation des données, la plateforme collectant un minimum de données sur les utilisateurs pour garantir une confidentialité maximale. Cette approche a trouvé un écho auprès des utilisateurs à la recherche d'une application de messagerie qui privilégie la vie privée. Selon Whittaker, Signal ne trahira pas ses utilisateurs.

Elle a fait remarquer que Signal prend un certain nombre de mesures pour garantir l'anonymat de ses utilisateurs, quelles que soient les lois et les réglementations en vigueur dans leur pays. Interrogé sur scène sur les données que Signal a communiquées lorsqu'elle a reçu des mandats de perquisition, Whittaker a indiqué qu'elles se limitaient au numéro de téléphone enregistré sur un compte Signal et à la dernière fois qu'un utilisateur a accédé à son compte. « Nous n'avons pas d'autres données. Nous avons très, très peu de données, et c'est le seul moyen de garantir la protection de la vie privée », a déclaré Whittaker à l'assemblée, avant d'ajouter :

« Si vous les collectez, elles peuvent être violées, elles peuvent être citées à comparaître. Nous procédons donc selon une éthique très stricte : nous voulons le moins de [données] possibles et nous ferons tout notre possible pour ne pas les collecter ». Whittaker s'est montrée malgré tout optimiste quant à l'avenir des applications de messagerie et a insisté sur le fait que le chiffrement devait devenir la norme pour les communications quotidiennes. Elle a cité des raisons d'être optimiste, comme Meta qui prévoit de déployer le chiffrement de bout en bout sur Facebook Messenger et Instagram en dépit du projet de loi britannique sur la sécurité en ligne.

Par ailleurs, Whittaker a insisté sur la préservation des normes de communication qui existent depuis des siècles, où les conversations restent à l'abri de la surveillance et du risque de futures citations à comparaître. « Nous devons reconnaître que les communications dans l'espace numérique doivent respecter les normes de communication en vigueur depuis des centaines et des centaines de milliers d'années, à savoir que si je parle à mon patron [ou] à mon employeur potentiel, cette conversation n'est pas surveillée. Personne n'en garde une copie qui pourrait être citée à comparaître plus tard », a déclaré Whittaker.

Rappelons que Signal n'est pas le seul fournisseur de services de messagerie à avoir formulé une telle menace. Will Cathcart, le directeur de WhatsApp, a également critiqué le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne. Il a qualifié le projet de loi de "problématique" et le considère comme étant "l'ensemble de règlements sur la sécurité en ligne le plus préoccupant du monde occidental". Il a assuré que WhatsApp fermerait ses portes au Royaume-Uni plutôt que d'affaiblir son chiffrement de bout en bout. Selon Whittaker, Cathcart et d'autres critiques, le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne contient une "clause d'espionnage".

Apple s'est également jointe à l'opposition au projet de loi britannique sur la sécurité en ligne. Le fabricant de l'iPhone a aussi menacé de fermer l'accès à ses services de messagerie chiffrés de bout en bout, notamment FaceTime et iMessage, en Grande-Bretagne si le projet de loi est adopté. Une initiative semblable au projet de loi britannique existe en UE. L'initiative de l'UE exigerait des fournisseurs de services en ligne qu'ils scannent automatiquement les contenus suspects dans les chats, messages et courriels privés, et ce, de manière générale et sans distinction. L'objectif : lutter contre les abus sexuels des enfants en ligne. L'initiative est controversée.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des propos de la présidente de la Fondation Signal ?
Signal et WhatsApp pourraient-ils réellement abandonner le marché britannique ?
Récolter le moins de données possibles est-il le seul moyen de garantir la protection de la vie privée ?

Voir aussi

Apple se joint à l'opposition contre le projet de loi britannique visant à affaiblir le chiffrement pour permettre aux forces de l'ordre de lutter contre la pédopornographie

Le PDG de Signal : « nous sommes à 1 000 % opposés à la loi britannique visant à affaiblir le chiffrement », la société annonce qu'elle fermera ses portes au Royaume-Uni si le projet de loi est voté

Le directeur de WhatsApp déclare qu'il ne supprimera pas le chiffrement de bout en bout au profit de la loi britannique sur la sécurité en ligne, et que la société quittera le pays si elle est votée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 11:25
Ouiiii ouiiii, évidemment. C'est pour les enfants, c'est ça? Comme les fois d'avant? Ils nous prennent vraiment pour des bons.
9  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 14:27
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Je fais partie de ces gens là et pourtant j'ai pleinement conscience du sujet.
1) Nos échanges privés sont déjà copieusement scrutés, pas par une organisation démocratique sous le contrôle d'élus qui changent régulièrement mais par des entreprises privées à but très lucratif.
2) Qu'est ce que j'en ai à faire que cette organisation publique scrute mes échanges ? Entre les nouvelles que je donne à ma famille et les mots doux que j’envoie à madame, rien qui ne soit pas diffusé largement sur d'autres canaux non informatiques
3) Rien empêche de chiffrer ce qui est réellement à chiffrer (et pas via les outils des plateformes gratuites à but lucratif...)
4) Le chiffrement privé servant à rien c'est une dépense énergétique et environnementale dont on doit se passer
5) Tant mieux si ça permet de stopper quelques pédophiles. Récemment le déchiffrement de communications a permis de stopper un réseau de trafic d'arme et de drogue en France, ça aurait été idiot de s'en priver pour protéger le récit du petit fils Paul qui a fait ses premiers pas dans le jardin.
Désolé de ne pas être d'accord avec toi. Certes, ce que tu dis est juste.
Toutefois, j'émettrais les réserves suivantes.
1) Si tu envoies des photos de tes enfants en maillot de bain à tes parents ou beaux-parents, seras-tu content de voir les flics débarqués avec un mandat de perquisition chez toi, et toi et ta femme embarqués pour pédophilie ?
2) Si les enquêteurs veulent déchiffrer des conversations, qu'ils demandent aux juges de leur délivrer une autorisation. Autorisation qui exigera qu'une enquête prouve qu'il y a un risque potentiel.
3) Si le chiffrement est interdit, tu ne pourras pas chiffrer ce qui est réellement à chiffrer.
4) Quelles garanties avons-nous que nos discussions ne soient utilisées contre nous à un quelconque moment. Ex. Mettons que Jean et Paul discutent politique, Paul critiquant telle ou telle loi. Et, voilà que le fils de Paul se voit refuser une bourse, une entrée en université, ... que sais-je encore. Évidemment, officiellement ça n'aura aucun lien, mais en réalité ?

En bref, je dirais que la porte ouverte à toutes les fenêtres... Et une fois ouverte, pas facile de les refermer. Et, ça, c'est en supposant que l'on reste dans un pays "démocratique" (ce qu'il est de moins en moins), imaginons une seconde le pays basculant dans un état plus... dictatorial.
8  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 19:40
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le sujet est très délicat en termes de vie privée, de libertés publiques, oui.
Mais les enculeurs de nourrissons doivent être attrapés et sanctionnés, aussi.
Ça tombe bien, les enculeurs de nourrissons opèrent dans le monde analogique. Le monde numérique est encore moins coupable qu'une camionnette servant à kidnapper un enfant. Pourtant, personne en pense à installer une caméra dans une camionnette, alors que c'est un outils finalement plus plus dangereux qu'un ordinateur.
6  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/10/2023 à 18:36
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Les enculeurs de nourrissons sont sur le (dark) web, et y diffusent leurs exploits, et ils se font attraper, et c'est tant mieux.
Curieux que personne ici ne saisisse l'horreur de ces pratiques...
Et le dark web n'est pas concerné par ce que demande Europol. Par contre nos vies personnelles, elles sont directement concernées.
Cette demande, sous couvert de protéger des enfants, n'a pour but que de fliquer le plus grand monde. C'est une peu le coefficient social chinois. Aujourd'hui, on va faire comme si c'était pour traquer les pédophiles, demain on parlera des terroristes, puis des activistes, puis des personnes qui ne votent pas bien...

L'écran de fumée est connu, archi-connu.

C'est étonnant que certains arrivent encore à s'y faire prendre.
6  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/10/2023 à 11:04
La plus part des gens avec j'en parle ne voient pas de problème à ce que tous leur messages privés soient scanné...
On a la politique que l'on mérite...
8  2 
Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 17:48
J'ai hate que leur système à la con sois piraté et que l'intégralité des mais de TOUS LES EUROPEENS se retrouvent leakés.
Ryu a 100% raison, c'est -encore- un cheval de troie. On commence à avoir l'habitude, la loi qui interdit de filmer les flics c'était comme seul but de cacher les violences policières. Là encore, le but c'est juste de traquer le citoyen honnête.

MAis quand on voit la réaction de certain, aka "je fais rien de mal, prend mes accès root a toutes mes machines" alors qu'on est sensé être entre professionnels je commence à croire qu'on mérite ce qui nous arrive.
6  0 
Avatar de Jules34
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/10/2023 à 9:23
Décidément l'Europe me désespère de plus en plus.
6  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 17/10/2023 à 15:05
On ne pèse peut être pas autant qu'on en aurait envie, mais dire que la France pèse rien dans l'Union européenne... c'est se moquer du monde.

Il y a au moins 20 autres pays qui pèse moins, largement moins que la France dans l'UE.
6  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 18:26
C'est stupide comme argument, qui parle de donner à tout le monde le récit de notre vie ?
donc tu as des choses à cacher.

Tu vois que la façon de présenter la chose vaut acceptation ou pas.

Il ne s'agit pas de donner à tout le monde mais de donner en illimité, (c'est ce que dit le POST) à une agence certes européenne mais pas française dans ou en dehors de ses prérogatives : ce sera très dur de contrôler et si il y a des abus comme un fonctionnaire voyeur qui va exploiter des données personnelles hors du cadre normal pour la personne concernée se sera en gros la faute à pas de chance, ou à des pirates ayant piraté Europol. C'est arrivé à Pole-emploi : 10 millions de personnes concernées, ça arrive régulièrement à nos mairies, nos hôpitaux, pourquoi ça n'arriverait pas à Europol ?

Ce qui est stupide, c'est de croire que nos données seront utilisés à bon escient quel que soit la situation et que les réseaux criminels de pédophilie seront éradiqué avec la surveillance généralisée.

En gros, les réseaux pédophiles, criminels organisés ne seront pas gênés, ils contourneront, quelques criminels seront peut-être choppé, mais les gens normaux seront massivement surveillés. Super le rapport bénéfice risque.
5  0 
Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/10/2023 à 12:42
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le sujet est très délicat en termes de vie privée, de libertés publiques, oui.
Mais les enculeurs de nourrissons doivent être attrapés et sanctionnés, aussi.
Désolé de réutiliser l'expression qui a désormais une connotation bête, mais c'est de la poudre de perlimpinpin. Les "enculeurs de nourrissons" seront pas plus attrapés qu'avant, et on sera encore plus emmerdés.
Pour moi c'est des bêtises pour dire "Regardez comme ce qu'on a fait c'est bien c'est pour les nenfants" pour qu'ils te glissent un chocopouce par derrière.
4  0