IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Europol a demandé un accès illimité aux données des Européens dans le cadre de la lutte contre les abus sexuels sur les enfants en ligne,
Ce qui fait craindre une surveillance de masse

Le , par Mathis Lucas

6PARTAGES

11  0 
Un récent rapport révèle qu'Europol tente de convaincre les législateurs européens de mettre en place une forme de surveillance de masse des Européens dans le cadre de la lutte contre les abus sexuels sur les enfants en ligne. Selon le rapport, Europol a demandé un accès illimité aux données qui seraient obtenues dans le cadre d'un nouveau système d'analyse proposé pour détecter le matériel d'abus sexuels d'enfants (CSAM) sur les applications de messagerie privée. Cela suggère que pour Europol, les droits et la vie privée des Européens devraient être mis de côté jusqu'à ce que les forces de l'ordre européennes parviennent à mettre un terme aux échanges de CSAM en ligne.

Les autorités européennes tentent d'éradiquer la diffusion du CSAM en ligne et poursuivre les pédocriminels, mais la méthode choisie pour y parvenir est controversée et largement rejetée. L'UE veut analyser les messages privés des internautes prétendument pour déceler "les contenus illégaux" et empêcher la diffusion du CSAM. Et en raison du fait que la grande majorité des services de messagerie privée sont aujourd'hui chiffrés de bout en bout, l'UE veut obliger les fournisseurs de ces services à supprimer ou à affaiblir cette couche de confidentialité et de protection de la vie privée, alléguant qu'elle empêche la lutte contre les pédocriminels en ligne.

Récemment, un procès-verbal publié en vertu de la loi sur la liberté d'information a révélé qu'Europol (l'agence européenne de police criminelle) soutient cette loi et veut en profiter pour infiltrer la vie privée des Européens. Europol a demandé un accès illimité aux données qui seraient recueillies dans le cadre de cette réglementation. La réunion - à laquelle ont participé Catherine de Bolle, directrice exécutive d'Europol, et Monique Pariat, directrice générale de la Commission européenne chargée des migrations et des affaires intérieures - a eu lieu en juillet dernier, quelques semaines après que la Commission a dévoilé son projet de loi controversé.


Lors de cette réunion, a demandé non seulement un accès illimité aux données, mais aurait également demandé qu'aucune limite ne soit fixée quant à l'utilisation de ces données. Le projet d'Europol est considéré comme "une dérive autoritaire préoccupante". Pour rappel, le projet de loi de l'UE, présenté par la commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Ylva Johansson, prévoit également la création d'une nouvelle agence européenne, appelé Centre européen pour la prévention et la lutte contre les abus pédosexuels. Il a suscité un débat intense, ses détracteurs estimant qu'il risque d'ouvrir la voie à une surveillance de masse des citoyens de l'UE.

Selon les critiques, il ne s'agit pas seulement des enfants, bien que ce soit l'argument initial d'Europol. L'argument "pour les enfants" tend à court-circuiter l'opposition, en forçant ceux qui s'opposent aux mandats gouvernementaux scandaleux à se "ranger" du côté des pédophiles. Il s'agirait d'un cliché utilisé depuis des décennies pour parvenir à d'autres fins. « Cela fonctionne toujours. Et cela fonctionne encore assez souvent pour qu'Europol ait demandé non seulement l'accès pour combattre CSAM, mais aussi pour utiliser ce même accès pour rechercher des activités criminelles qui n'ont rien à voir avec l'exploitation sexuelle des enfants », a écrit un critique.

L'expression "pas de frontières" est presque une citation directe de la demande d'Europol. En fait, l'agence chargée de l'application de la loi a essentiellement demandé qu'on lui permette d'accéder à tout dans le but de détecter éventuellement d'autres activités criminelles. « Toutes les données sont utiles et doivent être transmises aux forces de l'ordre, il ne doit pas y avoir de filtrage par le Centre [de l'UE], car même une image innocente peut contenir des informations qui pourraient à un moment donné être utiles aux forces de l'ordre », peut-on lire dans le procès-verbal publié. Pour les internautes, notamment européens, il s'agit là d'un véritable scandale.

Mais ce n'est pas tout. Le procès-verbal, obtenu par BIRN, a révélé qu'Europol souhaite que la réglementation de l'UE sur l'IA inclue la possibilité d'utiliser la puissance de l'IA pour traiter les données des Européens. Plus précisément, lors de la réunion, Europol a proposé que la détection soit étendue à d'autres domaines de criminalité que le CSAM, et a suggéré de les inclure dans la proposition de règlement. Elle a également demandé l'inclusion d'autres éléments qui garantiraient que la loi européenne en cours d'élaboration sur l'IA ne limiterait pas "l'utilisation d'outils d'IA pour les enquêtes". Le but déclaré est la lutte contre toutes les formes de criminalité.

« Il faut être naïf pour croire que cette réglementation est prévue pour protéger les enfants et lutter contre la diffusion du CSAM. Il s'agit simplement d'encadrer la discussion. Interpol ne va pas s'arrêter à l'analyse des images pour le CSAM ; ce n'est même pas l'objectif réel. L'objectif est une surveillance gouvernementale totale. Et non, je ne suis pas adepte des théories du complot. C'est la même chose qu'avec les tentatives de "chiffrement cassable". C'est proposé sous le couvert de la lutte contre la maltraitance des enfants et le terrorisme, mais le but est d'accroître l'accès du gouvernement aux communications entre les civils », a écrit un critique.

Pour d'autres, Europol veut instaurer un État policier soutenu par une surveillance permanente de tous les contenus téléchargés par les utilisateurs d'Internet. Selon elle, il vaut mieux tout scanner plutôt que de répondre à des préoccupations (apparemment relativement mineures) concernant la violation de plusieurs lois européennes sur la protection de la vie privée. Un document interne d'Europol a révélé que le responsable des droits fondamentaux de l'agence s'est inquiété en juin 2023 de possibles "problèmes de droits fondamentaux" découlant de "résultats biaisés, de faux positifs ou de faux négatifs", mais a tout de même donné le feu vert au projet.

Par ailleurs, selon des informations disponibles en ligne, Cathal Delaney, un ancien fonctionnaire d'Europol qui a dirigé l'équipe chargée des abus sexuels sur les enfants au sein du centre de lutte contre la cybercriminalité de l'agence et qui a travaillé sur un projet pilote d'IA visant à lutter contre les CSAM, a commencé à travailler pour l'entreprise Thorn, basée aux États-Unis, qui développe des logiciels d'IA pour cibler les CSAM. Delaney a rejoint Thorn immédiatement après avoir quitté Europol en janvier 2022 et figure dans le registre des lobbyistes du parlement fédéral allemand en tant qu'"employé représentant directement des intérêts".

Cela suggère que les fonctionnaires qui font pression pour accroître les pouvoirs de surveillance sont tout à fait à l'aise pour passer dans des entreprises du secteur privé qui bénéficieraient directement et immédiatement de pouvoirs de surveillance accrus. Pour l'instant, il semble que les souhaits d'Europol aient été rejetés. Mais selon les critiques, cela est seulement au fait que l'UE n'est pas encore disposée à abdiquer complètement sa responsabilité envers les millions de résidents du bloc. En outre, l'UE est confrontée à une opposition farouche de la part des défenseurs des droits de l'homme et des fournisseurs de services de messagerie privée.

Europol attend probablement le jour où les autorités de l'UE auront enfin le soutien - ou le courage - de dire aux citoyens de l'UE "au diable vos droits". Mais jusqu'à ce que cela se produise, il semble que l'agence de police européenne continuera à plaider en faveur d'une surveillance généralisée qui va bien au-delà de l'argument "pour les enfants" qu'elle a utilisé pour entamer cette conversation.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des propositions faites par Europol à l'UE ?
L'argument selon lequel cela servira à protéger les enfants tient-il la route ?
Quels pourraient être les implications d'un tel accès aux données personnelles des Européens ?
Le projet de loi de l'UE sur la lutte contre la pédocriminalité en ligne ont-ils des chances d'aboutir ?
Que pensez-vous des critiques à l'égard de la réglementation européenne en cours d'élaboration sur l'IA ?
Quel est votre avis sur la requête d'Europol selon laquelle l'utilisation de l'IA pour les enquêtes ne doit pas être limitée ?

Voir aussi

Un document gouvernemental divulgué révèle que l'Espagne veut interdire le chiffrement de bout en bout, plusieurs pays de l'UE soutiennent la proposition de l'UE visant à affaiblir le chiffrement

L'UE déclare la guerre au chiffrement de bout en bout et exige l'accès aux messages privés sur n'importe quelle plateforme au nom de la protection des enfants

Le PDG de Signal : « nous sommes à 1 000 % opposés à la loi britannique visant à affaiblir le chiffrement », la société annonce qu'elle fermera ses portes au Royaume-Uni si le projet de loi est voté

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 11:25
Ouiiii ouiiii, évidemment. C'est pour les enfants, c'est ça? Comme les fois d'avant? Ils nous prennent vraiment pour des bons.
9  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 14:27
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Je fais partie de ces gens là et pourtant j'ai pleinement conscience du sujet.
1) Nos échanges privés sont déjà copieusement scrutés, pas par une organisation démocratique sous le contrôle d'élus qui changent régulièrement mais par des entreprises privées à but très lucratif.
2) Qu'est ce que j'en ai à faire que cette organisation publique scrute mes échanges ? Entre les nouvelles que je donne à ma famille et les mots doux que j’envoie à madame, rien qui ne soit pas diffusé largement sur d'autres canaux non informatiques
3) Rien empêche de chiffrer ce qui est réellement à chiffrer (et pas via les outils des plateformes gratuites à but lucratif...)
4) Le chiffrement privé servant à rien c'est une dépense énergétique et environnementale dont on doit se passer
5) Tant mieux si ça permet de stopper quelques pédophiles. Récemment le déchiffrement de communications a permis de stopper un réseau de trafic d'arme et de drogue en France, ça aurait été idiot de s'en priver pour protéger le récit du petit fils Paul qui a fait ses premiers pas dans le jardin.
Désolé de ne pas être d'accord avec toi. Certes, ce que tu dis est juste.
Toutefois, j'émettrais les réserves suivantes.
1) Si tu envoies des photos de tes enfants en maillot de bain à tes parents ou beaux-parents, seras-tu content de voir les flics débarqués avec un mandat de perquisition chez toi, et toi et ta femme embarqués pour pédophilie ?
2) Si les enquêteurs veulent déchiffrer des conversations, qu'ils demandent aux juges de leur délivrer une autorisation. Autorisation qui exigera qu'une enquête prouve qu'il y a un risque potentiel.
3) Si le chiffrement est interdit, tu ne pourras pas chiffrer ce qui est réellement à chiffrer.
4) Quelles garanties avons-nous que nos discussions ne soient utilisées contre nous à un quelconque moment. Ex. Mettons que Jean et Paul discutent politique, Paul critiquant telle ou telle loi. Et, voilà que le fils de Paul se voit refuser une bourse, une entrée en université, ... que sais-je encore. Évidemment, officiellement ça n'aura aucun lien, mais en réalité ?

En bref, je dirais que la porte ouverte à toutes les fenêtres... Et une fois ouverte, pas facile de les refermer. Et, ça, c'est en supposant que l'on reste dans un pays "démocratique" (ce qu'il est de moins en moins), imaginons une seconde le pays basculant dans un état plus... dictatorial.
8  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 19:40
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le sujet est très délicat en termes de vie privée, de libertés publiques, oui.
Mais les enculeurs de nourrissons doivent être attrapés et sanctionnés, aussi.
Ça tombe bien, les enculeurs de nourrissons opèrent dans le monde analogique. Le monde numérique est encore moins coupable qu'une camionnette servant à kidnapper un enfant. Pourtant, personne en pense à installer une caméra dans une camionnette, alors que c'est un outils finalement plus plus dangereux qu'un ordinateur.
6  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/10/2023 à 18:36
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Les enculeurs de nourrissons sont sur le (dark) web, et y diffusent leurs exploits, et ils se font attraper, et c'est tant mieux.
Curieux que personne ici ne saisisse l'horreur de ces pratiques...
Et le dark web n'est pas concerné par ce que demande Europol. Par contre nos vies personnelles, elles sont directement concernées.
Cette demande, sous couvert de protéger des enfants, n'a pour but que de fliquer le plus grand monde. C'est une peu le coefficient social chinois. Aujourd'hui, on va faire comme si c'était pour traquer les pédophiles, demain on parlera des terroristes, puis des activistes, puis des personnes qui ne votent pas bien...

L'écran de fumée est connu, archi-connu.

C'est étonnant que certains arrivent encore à s'y faire prendre.
6  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/10/2023 à 11:04
La plus part des gens avec j'en parle ne voient pas de problème à ce que tous leur messages privés soient scanné...
On a la politique que l'on mérite...
8  2 
Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 17:48
J'ai hate que leur système à la con sois piraté et que l'intégralité des mais de TOUS LES EUROPEENS se retrouvent leakés.
Ryu a 100% raison, c'est -encore- un cheval de troie. On commence à avoir l'habitude, la loi qui interdit de filmer les flics c'était comme seul but de cacher les violences policières. Là encore, le but c'est juste de traquer le citoyen honnête.

MAis quand on voit la réaction de certain, aka "je fais rien de mal, prend mes accès root a toutes mes machines" alors qu'on est sensé être entre professionnels je commence à croire qu'on mérite ce qui nous arrive.
6  0 
Avatar de Jules34
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/10/2023 à 9:23
Décidément l'Europe me désespère de plus en plus.
6  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 17/10/2023 à 15:05
On ne pèse peut être pas autant qu'on en aurait envie, mais dire que la France pèse rien dans l'Union européenne... c'est se moquer du monde.

Il y a au moins 20 autres pays qui pèse moins, largement moins que la France dans l'UE.
6  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 18:26
C'est stupide comme argument, qui parle de donner à tout le monde le récit de notre vie ?
donc tu as des choses à cacher.

Tu vois que la façon de présenter la chose vaut acceptation ou pas.

Il ne s'agit pas de donner à tout le monde mais de donner en illimité, (c'est ce que dit le POST) à une agence certes européenne mais pas française dans ou en dehors de ses prérogatives : ce sera très dur de contrôler et si il y a des abus comme un fonctionnaire voyeur qui va exploiter des données personnelles hors du cadre normal pour la personne concernée se sera en gros la faute à pas de chance, ou à des pirates ayant piraté Europol. C'est arrivé à Pole-emploi : 10 millions de personnes concernées, ça arrive régulièrement à nos mairies, nos hôpitaux, pourquoi ça n'arriverait pas à Europol ?

Ce qui est stupide, c'est de croire que nos données seront utilisés à bon escient quel que soit la situation et que les réseaux criminels de pédophilie seront éradiqué avec la surveillance généralisée.

En gros, les réseaux pédophiles, criminels organisés ne seront pas gênés, ils contourneront, quelques criminels seront peut-être choppé, mais les gens normaux seront massivement surveillés. Super le rapport bénéfice risque.
5  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/10/2023 à 12:42
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le sujet est très délicat en termes de vie privée, de libertés publiques, oui.
Mais les enculeurs de nourrissons doivent être attrapés et sanctionnés, aussi.
Désolé de réutiliser l'expression qui a désormais une connotation bête, mais c'est de la poudre de perlimpinpin. Les "enculeurs de nourrissons" seront pas plus attrapés qu'avant, et on sera encore plus emmerdés.
Pour moi c'est des bêtises pour dire "Regardez comme ce qu'on a fait c'est bien c'est pour les nenfants" pour qu'ils te glissent un chocopouce par derrière.
4  0