IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'un des programmes d'espionnage américains les plus controversés vient d'être renouvelé discrètement
Malgré les abus documentés du FBI et une tentative pour y mettre un terme

Le , par Stéphane le calme

10PARTAGES

12  0 
Le 22 décembre, le président Joe Biden a signé un projet de loi de défense de 886 milliards de dollars qui renouvelle l’un des programmes d’espionnage les plus controversés du gouvernement américain. Dissimulée dans le texte de 3 000 pages se trouve une prolongation du pouvoir de l’administration de surveiller sans mandat les étrangers à l’étranger, et d’espionner les Américains au passage. Ce pouvoir, connu sous le nom de section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (FISA), a fait l’objet d’un examen minutieux ces derniers mois.

Le FBI est confronté à une vague de rapports accablants depuis fin 2022. Ces rapports mettent en lumière les outils plus controversés et les dérives du service américain de renseignement intérieur. L'un de ces outils controversés, la section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act - FISA), a été abusivement utilisé par le FBI pour espionner et récolter une quantité phénoménale d'informations sur les Américains, alors qu'il n'en avait pas le droit. Selon un rapport déclassifié, ces données comprennent les courriels, les textes et autres communications privés des Américains.

La section 702 de la FISA est censée permettre au gouvernement fédéral d'espionner les communications appartenant à des personnes étrangères en dehors des États-Unis, théoriquement pour prévenir les actes criminels et terroristes. La loi indique que ces communications peuvent englober les appels téléphoniques, les textes et les courriels échangés avec des ressortissants américains et sont stockées dans d'immenses bases de données. Dès lors, les agences de renseignement américaines, telles que le FBI, la CIA et la NSA peuvent fouiller ces communications sans mandat. Cependant, les choses ne sont pas déroulées comme prévu par le cadre légal.

En mai 2023, un document publié par la Cour américaine de surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Court - FISC) a révélé que le FBI a abusé de cette loi plus de 278 000 fois entre 2020 et début 2021. Parmi les recherches les plus préoccupantes sur les Américains, le FBI a effectué plus de 23 000 recherches sur des personnes ayant participé à l'assaut du Capitole, 19 000 sur des donateurs de campagnes politiques et 133 sur des manifestants après l'assassinat de George Floyd par la police. Le sénateur américain Ron Wyden a qualifié ces révélations de choquantes et a demandé au Congrès de prendre des mesures strictes.

Dans le cas des manifestations "Black Lives Matter", la FISC a estimé que les requêtes du FBI « n'étaient pas raisonnablement susceptibles d'aboutir à des informations de renseignement étranger ou à des preuves d'un crime ». Là encore, il s'agit d'un excès de pouvoir en matière de surveillance étrangère. La FISC indique que d'autres « violations significatives » ont été commises lors de recherches liées à l'attaque du Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021, à des enquêtes sur des affaires de drogue et de gangs et à des enquêtes sur le terrorisme national. Le tribunal a rejeté toutes les tentatives du FBI de légitimer les recherches abusives qu'elle a effectuées.

Des agents du FBI ont déclaré qu'ils ne se souvenaient pas des raisons pour lesquelles ils avaient effectué certaines de ces recherches inappropriées. D'autres ont affirmé que les recherches sur les manifestants de Black Lives Matters étaient correctes simplement parce qu'ils avaient été arrêtés. Le personnel a également déclaré que les recherches sur les personnes qui ont pris d'assaut le Capitole étaient appropriées parce que ces personnes étaient généralement considérées comme une menace pour la sécurité nationale. Bien qu'il soit expurgé, le contenu du rapport a troublé le public et a suscité une vague de protestations contre le renouvellement de la section 702.


Un projet de loi visait à mettre fin à l'espionnage domestique par le FBI sans mandat

Devant expirer le 31 décembre, les semaines précédant cette date, les législateurs étaient encore en plein débat sur la manière de le maintenir ou non. Mais ces discussions ont été interrompues après que le Congrès et l’administration Biden ont fait passer une prolongation à court terme du programme d’espionnage par le biais du projet de loi annuel de défense, le maintenant potentiellement en vigueur jusqu’en 2025.

De nombreux défenseurs des libertés civiles critiquent cette prolongation, affirmant qu’elle contourne une rare initiative bipartite visant à protéger la vie privée des Américains. Cette mesure provisoire, selon eux, repousse un débat crucial sur l’espionnage gouvernemental à 2024, voire au-delà. En attendant, elle permet aux autorités fédérales de conserver un pouvoir dont elles ont régulièrement abusé. « C’est tragique », a déclaré Elizabeth Goitein, directrice principale du programme Liberté et sécurité nationale du Brennan Center for Justice. « Les abus et les violations des libertés civiles vont se poursuivre à un rythme totalement inacceptable », ajoute-t-elle. « Pour chaque jour, chaque semaine, chaque mois que la section 702 continue sans réforme, c’est ce qui se passe ».

En vertu de la section 702 de la FISA, les enquêteurs fédéraux n’ont pas besoin d’un mandat pour intercepter les appels téléphoniques, les textos et les courriels des étrangers hors du pays. Mais une faille leur permet également d’accéder aux messages que les Américains échangent avec des cibles à l’étranger. Ces communications sont acheminées vers une base de données que les enquêteurs peuvent ensuite consulter, là encore sans mandat.

De nombreux rapports ont documenté l’utilisation « persistante et généralisée » de cette autorité par le FBI pour espionner les Américains, effectuant des recherches non autorisées sur les manifestants du mouvement Black Lives Matter, par exemple, ou sur les émeutiers du 6 janvier, et même sur un sénateur américain. En 2021, le FBI a effectué environ 3 millions de recherches dites « par la porte dérobée » sur les résidents américains. En 2022, sous la pression des législateurs et des défenseurs des droits, ce nombre est tombé à environ 119 000.

Néanmoins, l’ampleur de cette intrusion était suffisamment troublante pour susciter une poussée de réforme de la part des républicains et des démocrates. Plus tôt en décembre, le représentant Andy Biggs (Républicain - Arizona) a présenté un projet de loi bipartite visant à renouveler une version de l'article 702 avec des changements clés, notamment l'exigence d'un mandat pour que les forces de l'ordre puissent retirer les communications des Américains. Il a traversé le comité judiciaire de la Chambre, notoirement divisé, avec le soutien des deux côtés de l’allée.


Malgré tout, l'administration de Biden décide de lui donner un second souffle

Avant de partir pour les vacances d'hiver, la Chambre devait voter entre l'avancement de la proposition du représentant Biggs ou un effort bipartisan concurrent parrainé par le représentant Mike Turner (Républicain - Ohio), qui, selon les experts, élargirait les pouvoirs de surveillance de l'article 702. Mais de nombreux législateurs n’ont pas voulu précipiter le vote. Au lieu de cela, ils ont choisi d’étendre temporairement le programme d’espionnage par le biais de la loi d’autorisation de la défense nationale de 2024, une mesure annuelle qui fixe les priorités de financement et de politique du Pentagone. Selon le président de la Chambre, Mike Johnson, qui avait initialement ajouté l’extension de la NDAA, cette décision fait gagner « le temps nécessaire pour faciliter le processus de réforme ».

La prolongation à court terme étend officiellement le programme d'espionnage de quatre mois, jusqu'en avril 2024. Mais en vertu d'une disposition peu connue de la loi FISA, un tribunal spécial qui supervise le programme a le pouvoir de le laisser fonctionner pendant une année supplémentaire, c'est à dire jusqu'à avril 2025.

C’est une victoire pour l’administration Biden, qui avait accru la pression sur le Congrès pour qu’il maintienne intacte l’autorité de surveillance. Lors d'une audience de la House Homeland Security en novembre, le directeur du FBI, Christopher Wray, a reconnu que le bureau avait abusé des pouvoirs que lui confère l'article 702 dans le passé, mais a assuré aux législateurs que l'agence opérait désormais avec plus de retenue. Wray a également averti que ce n’était pas le moment de priver le FBI de toute autorité. Depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, a-t-il déclaré, une « galerie de groupes voyous » a appelé à la violence contre les États-Unis. « Le 702 est essentiel pour protéger les Américains contre les menaces terroristes étrangères », a-t-il insisté. « S'il vous plaît, ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain ».


« Ne le laissez pas expirer », a fait écho le représentant Jim Himes (Démocrate du Connecticut) à la Chambre lors du vote sur le projet de loi sur la défense. « S'il expire, les Américains et leurs alliés mourront ».

Un avis qui ne fait pas l'unanimité

Mais de nombreux défenseurs affirment qu’en omettant d’ajouter une exigence de mandat et d’autres changements clés à l’article 702, les législateurs ont raté une occasion de protéger à la fois la sécurité des Américains et leurs droits. « C’est extrêmement décevant », déclare Sumayyah Waheed, conseillère politique principale du groupe de défense des droits civiques Muslim Advocates. Des projets de loi ont été présentés « pour apporter les réformes dont nous avons désespérément besoin dans l’article 702 ». Mais « au lieu de permettre à ce débat de se poursuivre, cela a été en quelque sorte imposé dans un projet de loi "incontournable" ».

« Le Congrès a eu de nombreuses opportunités pour y parvenir », a déclaré Andy Wong, directeur du plaidoyer de Stop AAPI Hate, une organisation qui défend les droits des Américains d'origine asiatique et des îles du Pacifique. « Ils ont en quelque sorte esquivé leurs responsabilités ici ».

Wong affirme que laisser un tel pouvoir de surveillance entre les mains du gouvernement met les communautés en danger. Il souligne l'arrestation injustifiée du professeur Xiaoxing Xi, un physicien de l'Université Temple qui a été accusé d'espionnage après que le FBI ait mal lu les courriels qu'il avait écrits à ses collègues chinois – des courriels obtenus en partie en vertu de l'article 702. Les Américains d'origine asiatique et d'autres communautés de couleur « sont souvent confrontés à une surveillance et une suspicion accrues », explique-t-il. «*Des comportements réellement inoffensifs peuvent être mal interprétés ou perçus sous un angle biaisé et susciter de nombreux soupçons injustifiés et des préjudices potentiels.*»

Sources : rapport déclassifié du FISC, proposition d'Andy Biggs pour arrêter la surveillance domestique, projet de loi sur la défense signé par Joe Biden

Et vous ?

Que pensez-vous de la prolongation de la section 702 de la FISA ? Est-ce une mesure nécessaire pour la sécurité nationale ou une atteinte à la vie privée des citoyens ?
Quelles sont les conséquences potentielles de l’utilisation de la « porte dérobée » par le FBI pour accéder aux communications des Américains sans mandat ? Cela vous inquiète-t-il ?
Quelles réformes devraient être apportées au programme d’espionnage du gouvernement américain pour le rendre plus transparent et responsable ? Appuyez-vous le projet de loi bipartisan présenté par le représentant Andy Biggs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 13:41
Et qu'en pense la CNIL et le RGPD ?
S'il était besoin de démontrer leur nécessité, cette news le ferait et je trouve que l'on ne va pas assez loin dans la législation et la répression de ces abus.
11  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 12:06
Tout comme les GAFAMs, la Chine et les USA, Israël viole les conventions internationales, parfois sur le territoire d'un "allié", et s'en sort avec un passe-droit.

Cette fois où Israël a emprisonné un Israélite pour avoir révélé la production israélienne de bombes thermonucléaires a deux phases.
Cette fois où Israël a assassiné un ingénieur en science nucléaire irakien en plein Paris.
Cette fois où Israël a assassiné un ingénieur canadien qui travaillait pour l'Irak.
Cette autre fois où un ingénieur en physique nucléaire irakien a été assassiné au volant de sa voiture par une frappe satellite, à côté de sa femme, et petite anecdote, les autorités irakiennes avaient été mise au courant, mais elles reçoivent tellement d'alerte à l'assassinat qu'ils ont ignoré cette alerte.
Cette fois où Israël a installé un spyware sur les iPhones/Androids de citoyens européens lambdas et qui n'a été découvert que par chance.

Honnêtement, sachant que la France a déjà eu d'énormes soucis internationaux à cause d'opérations similaires sur le territoire australien par exemple, c'est désolant de voir les mêmes choses se dérouler impunément... A quoi bon avoir une loi internationale si elle n'est pas mise en pratique ?
8  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/01/2024 à 17:14
Même le 11 septembre ne peut justifier une telle décision de mettre sur écoute la planète entière.
Un tel espionnage de la population ne trouvera pas de raison assez forte pour se justifier quelle qu'elle soit.
De plus, la constitution des États-Unis est bafouée pour permettre la collecte de données sur ses propres citoyens tournant cette démocratie en état policier. Snowden nous l'a révélé, et, malgré cela, nous restons impuissant face à cette situation.
Au moins, avons nous préservé le chiffrement. Maigre consolation de cette année 2023, mais ne vont ils pas remettre le couvert en 2024.

Bonne année à tous et meilleurs vœux !
5  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 16:20
Ron Wyden est bien bel et bon mais n'agit que pour ses propres électeurs, les citoyens américains. Ne lui en demandons pas plus, c'est déjà beaucoup.

En tant que citoyen du monde et citoyen français, j'ai 2 petites questions auxquelles j'ai déjà la réponse.
Qu'en est-il de l'historique de navigation des étrangers ?
Qu'en est-il de l'historique de navigation des citoyens français pour la DGSI-DGSE ?

A mon avis, la collecte de données ne doit pas se limiter à l'historique de navigation.
3  0 
Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 20:15
Hier, j’ai regardé cette diffusion sur ma télévision :

Jeudi 25 janvier 2024
France 5
21:07 | 91 min
L'odyssée d'Hubble, un oeil dans les étoiles.
Dans ce reportage, un intervenant explique, que sans la diffusion des images de Hubble sur Internet.
L’aventure de Hubble n’aurait pas suscité ,
un autre regard de ce qui nous entour dans notre univers ,
de la part du grand publique ,
a travers le monde .

Je suis désolé, pour ce sénateur démocrate Ron Wyden.
Mais, ni le monde, ni l’univers appartient a son partit politique !!!

La cybersécurité , doit passer avant tous ,
plus que des exigences politiques d’un partie !!!
Surtout aujourd’hui.
---
Nota .
Je vous invite a voire ou revoir cette émission.
Et bien plus !!
Les images fournies par Hubble.
0  0