IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Il n'y a pas que TikTok, les applications chinoises, les médias sociaux et les jeux en ligne espionnent également les utilisateurs du monde entier
Pour collecter leurs données personnelles, avertit une étude

Le , par Jade Emy

25PARTAGES

8  0 
Un nouveau rapport de l'Australian Strategic Policy Institute (ASPI) met en lumière les efforts potentiels de la Chine pour collecter des données sur les utilisateurs par le biais de diverses plateformes de médias sociaux et de jeux en ligne, et pas seulement par le biais de l'application de vidéos courtes TikTok, qui fait l'objet d'un vaste débat. ByteDance conteste les allégations de partage de données, tandis que des experts débattent des implications du rapport sur la collaboration technologique mondiale.

Le rapport de l'ASPI révèle les efforts considérables déployés par la Chine pour collecter des données au-delà de TikTok, suscitant débats et inquiétudes. Le rapport affirme que les autorités chinoises collaborent avec des entreprises technologiques telles que DiDi (application de covoiturage), Genshin Impact (jeu d'action) et Temu (marché en ligne) pour collecter des informations sur les utilisateurs. Selon l'ASPI, ces données pourraient être utilisées pour comprendre les préférences des utilisateurs, influencer la perception de l'information au niveau mondial et, en fin de compte, renforcer l'influence internationale de la Chine.

Le rapport souligne que les préoccupations vont au-delà de TikTok, qui a fait l'objet d'un examen minutieux en raison du partage potentiel de données avec les autorités chinoises. ByteDance, la société mère de TikTok, a nié de telles pratiques et conteste une proposition de loi américaine qui pourrait restreindre la plateforme. Si le rapport de l'ASPI suscite des inquiétudes, certains experts estiment qu'il exagère la situation. Marina Zhang, universitaire spécialisée dans les relations Chine-Australie, débat du fait que lier toutes les apps de médias sociaux à un effort de propagande coordonné pourrait être excessif. Elle préconise la collaboration technologique plutôt que la confrontation, craignant l'isolement de la Chine en cas d'escalade des tensions.

Cette nouvelle fait suite à l'interdiction par l'Australie, en 2023, de TikTok sur les appareils gouvernementaux en raison de craintes liées à la sécurité et à la surveillance. Le rapport de l'ASPI relance le débat sur la portée potentielle des efforts de la Chine en matière de collecte de données et sur la meilleure approche à adopter pour résoudre ce problème complexe.


Voici quelques détails du rapport :

Vérité et réalité des caractéristiques chinoises

Le Parti communiste chinois (PCC) s'appuie sur son système de propagande pour créer une boîte à outils permettant de mener des campagnes d'information. Son objectif est de contrôler la communication et de façonner les récits et les perceptions sur la Chine afin de présenter une version spécifique de la vérité et de la réalité, tant au niveau national qu'international. En fin de compte, le PCC vise à renforcer son emprise sur le pouvoir, à légitimer ses activités et à consolider l'influence culturelle, technologique, économique et militaire de la Chine.

Le PCC cherche à maintenir un contrôle total sur l'environnement de l'information en Chine, tout en s'efforçant d'étendre son influence à l'étranger afin de remodeler l'écosystème mondial de l'information. Il s'agit non seulement de contrôler les médias et les plateformes de communication en dehors de la Chine, mais aussi de veiller à ce que les technologies et les entreprises chinoises deviennent la couche fondamentale de l'avenir de l'échange d'informations et de données dans le monde entier.

Les chercheurs résument l'étude en déclarant :

Ce rapport de recherche montre que le PCC cherche à collecter des données auprès de diverses sources, y compris des entités commerciales, afin de mieux connaître les publics cibles de ses campagnes d'information. Nous définissons une campagne d'information comme un plan ciblé et organisé d'opérations d'information liées et intégrées, utilisant des capacités liées à l'information (outils, techniques ou activités) avec d'autres lignes d'opération pour influencer, perturber, corrompre ou manipuler l'information - y compris la prise de décision individuelle ou collective basée sur cette information - et délibérément disséminée à grande échelle. Le parti investit également dans des technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle (IA) et les technologies immersives qui façonnent la manière dont les gens perçoivent la réalité et s'engagent dans l'information. L'objectif est de mieux contrôler, voire de dominer, l'écosystème mondial de l'information.

Pour comprendre les moteurs, les outils et les résultats de ce processus, le présent rapport et le site web qui l'accompagne examinent les activités de la République populaire de Chine (RPC) dans le domaine de l'information, en particulier ses investissements dans les entreprises de technologie et de recherche et développement (R&D) qui pourraient servir de "blocs de construction" pour les campagnes d'information du parti.

Plus précisément, cette étude dresse une carte complète du système de propagande du PCC, en mettant en évidence les liens entre le département central de la propagande, les entités de propagande appartenant à l'État ou contrôlées par lui, les activités de collecte de données et les investissements technologiques dans les entreprises chinoises, dont un grand nombre opèrent désormais à l'échelle mondiale.

Cette étude illustre les différentes façons dont le parti-État valorise le système de propagande et les entités commerciales pour accéder aux données qu'il considère comme stratégiquement valorisées pour le système de propagande et ses opérations d'information en cours. Il montre également comment le système de propagande utilise des technologies nouvelles et émergentes, notamment l'IA générative, les jeux mobiles et les technologies immersives, pour établir et maintenir le contrôle de la narration et affiner en permanence sa boîte à outils et ses techniques.

Selon le rapport, il est impératif que les décideurs politiques développent des défenses et des contre-mesures solides contre les futures campagnes d'information perturbatrices de Pékin et qu'ils garantissent un environnement d'information mondial ouvert et sûr. En cartographiant les entreprises liées au système de propagande chinois qui cherchent à dominer le marché des technologies clés, et en montrant comment leurs activités peuvent soutenir les efforts du PCC pour façonner l'environnement mondial de l'information, le rapport vise à éclairer les décisions des gouvernements et de l'industrie sur la sécurité de la chaîne d'approvisionnement numérique, en soutenant les politiques pour des technologies numériques plus sûres et plus sécurisées.

Le rapport expose les fondements de la théorie de la PCC qui, au fil des décennies, ont défini la stratégie du parti-État dans le domaine de l'information. Une compréhension théorique de la manière dont le PCC conceptualise ses objectifs est importante pour analyser les différents outils utilisés pour les atteindre. Il décrit le vaste et complexe système de propagande du PCC et son fonctionnement. Il développe également la manière dont la théorie du PCC sous-tend le système de propagande et ses activités, notamment par le biais d'exemples pratiques et d'études de cas.

Méthodologie de recherche

Les efforts de propagande du PCC sur les médias sociaux ont été largement étudiés, ce qui a permis d'acquérir une compréhension de base des récits et tactiques communs. Des recherches antérieures de l'ASPI, par exemple, ont permis de suivre une campagne d'influence persistante et à grande échelle liée à des acteurs de l'État chinois sur Twitter et Facebook. Plusieurs autres instituts de recherche ont publié des recherches importantes sur la façon dont l'État-parti chinois tente de contrôler l'environnement de l'information à l'échelle mondiale.

Le système de propagande de la Chine est une vaste structure. Sous son contrôle direct ou avec son soutien direct, il existe un réseau d'entités supplémentaires dont le portefeuille contribue à la capacité du parti à atteindre ses objectifs stratégiques dans l'environnement de l'information. Les pays qui comprennent "l'architecture invisible" du système et des technologies de propagande du PCC seront mieux à même de faire face et de répondre à ses efforts globaux pour fausser l'environnement de l'information.

D'importantes questions de recherche restent sous-étudiées. En particulier, la recherche sur les éléments constitutifs qui doivent être en place pour soutenir et éclairer les efforts fructueux visant à façonner l'environnement de l'information est limitée. Que fait le parti-État chinois pour renforcer sa capacité à contrôler la "vérité" et à influencer la manière dont les publics externes perçoivent la réalité, s'y engagent et la remettent en question ?

Pour combler cette lacune, le rapport examine comment le parti-État tire parti du système de propagande :

  • par l'intermédiaire d'entités commerciales, en collectant des données ou en accédant à des ensembles de données qu'il juge stratégiquement valorisés et qui pourraient être utilisés à des fins de propagande, y compris potentiellement pour des opérations d'information actuelles ou futures (par exemple, en entreprenant des activités de collecte de données qui renforcent la capacité de l'État-parti à générer des connaissances sur les cibles actuelles ou potentielles des opérations d'information).
  • par le soutien de l'État, en investissant dans la R&D et l'accès aux technologies nouvelles et émergentes afin de façonner ou de fausser l'environnement de l'information, tant au niveau national que mondial.



Les chercheurs commentent :

Notre projet est basé sur le rapport 2019 de l'ASPI, Engineering global consent. Ce rapport a d'abord identifié Global Tone Communications Technology (GTCOM), une société de traduction automatique contrôlée par le département central de propagande du PCC. GTCOM affirme qu'elle accède aux données des médias sociaux et qu'elle a un accès en aval aux ensembles de données de l'internet des objets (IoT) et aux produits logiciels qu'elle fournit, principalement à d'autres entreprises technologiques de la RPC, afin de générer des informations pour soutenir la sécurité de l'État et le travail de propagande de la Chine.

En nous appuyant sur le consentement global de l'ingénierie, nous avons cherché à identifier et à expliquer comment le système de propagande expansif du parti-État chinois exploite les technologies nouvelles et émergentes et cherche à façonner ou à déformer l'environnement de l'information à la fois au niveau national et mondial. Pour répondre à ces questions, nous avons créé des graphiques de réseau décrivant les relations entre les entreprises de notre base de données, qui sont pour la plupart des entreprises d'État chinoises ou soutenues par des fonds d'État, et qui ont des liens directs avec le système de propagande et d'autres entités. Nous avons utilisé cette recherche pour mieux comprendre les domaines d'activité commerciale associés au système de propagande de la RPC, en particulier lorsque cette activité est liée à la collecte, à l'agrégation et au traitement des données.

Nos recherches ont consisté à identifier les entités liées au département de la propagande du comité central du parti communiste chinois ("département central de la propagande"), aux départements de la propagande au niveau provincial ou à d'autres organes du parti-État liés au système de propagande, tels que le ministère de la culture et du tourisme. Ce projet a commencé par un effort de plusieurs mois pour construire un graphe de réseau des entreprises directement et indirectement liées au Département central de la propagande. Nos recherches ont porté sur les filiales, les actionnaires et les partenaires de coopération stratégique et de protocole d'accord des entreprises que nous avons identifiées. Nos sources d'information se sont concentrées sur les bases de données d'entreprises et d'actionnaires basées en RPC, et comprenaient des sites web d'entreprises, des communiqués de presse d'entreprises et des documents d'information d'entreprises. Nous avons ensuite restreint le champ de nos recherches pour nous concentrer sur les études de cas spécifiques couvertes par le présent rapport.

Les organes d'information et de publication de l'État-parti ont été inclus dans notre recherche parce que le département central de la propagande est responsable de la supervision des organes d'information et de publication, et que ces organes sont des plateformes clés pour la diffusion de l'information. Cependant, plutôt que de simplement recenser les noms des médias et des maisons d'édition, ainsi que leurs publications en Chine et à l'étranger, notre recherche s'est concentrée sur l'identification des endroits où ces maisons d'édition établissent des succursales ou des partenariats qui étendent leurs activités commerciales à des domaines liés aux technologies nouvelles et émergentes.
Bien que cette recherche ait révélé de grandes quantités d'informations auparavant inaccessibles sur les entreprises chinoises ayant des liens avec les institutions de propagande du PCC, elle s'appuie sur des sources d'information publiquement disponibles et accessibles en dehors de la Chine continentale. Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur ces liens, ainsi que sur les liens entre ces types d'entreprises et d'autres parties de la bureaucratie du parti-État.

Principales conclusions

Le rapport place le système de propagande de la RPC dans le contexte des cadres stratégiques globaux du PCC, qui sont filtrés en fonction des résultats politiques spécifiques. Les principales conclusions sont les suivantes :

  • Le parti-État chinois considère les données comme un élément central de sa capacité à moderniser ses efforts de propagande dans l'environnement mondial de l'information. Contrairement à la législation d'autres acteurs étatiques, la loi chinoise de 2021 sur la sécurité des données énonce clairement une vision de la manière dont les données et les échanges de données contribuent à une stratégie nationale globale. Elle donne la priorité à l'accès aux données et à la réglementation des flux de données dans le cadre de ses efforts pour assurer le contrôle.

    • Ces données sont mondiales. Par exemple, le People's Public Opinion Cloud de la Chine combine environ un demi-million de sources d'information dans 182 pays et 42 langues pour répondre aux besoins de communication internationale du gouvernement chinois et des entreprises de la RPC. La plateforme a des applications à la fois pour le gouvernement et les entreprises et fournit des outils aux agences de sécurité publique pour surveiller l'environnement de l'information et le sentiment du public sur des événements et des sujets sensibles.

  • Le PCC considère les technologies émergentes, telles que le commerce électronique, la réalité virtuelle et les jeux, comme un moyen de promouvoir un point de vue favorable au PCC sur la vérité et la réalité, qui soutient le récit officiel que le PCC cherche à projeter (même si ces technologies peuvent également être potentiellement dangereuses pour les intérêts du parti). Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la capacité du PCC à mener des campagnes d'information et à façonner les normes d'information mondiales et les technologies fondamentales.

    • Les listes nationales d'entreprises et de projets d'exportation culturelle clés du PCC (versions 2021-22 et 2022-2023) mentionnent des dizaines d'entreprises de jeux mobiles et de jeux mobiles qui reçoivent un soutien de l'État, y compris des subventions, afin qu'ils puissent continuer à jouir d'un succès mondial et contribuer à faire avancer la mission de renforcement de la puissance culturelle de la Chine (soft power).

    • Dans le domaine du commerce électronique, par exemple, des entreprises telles que Temu (qui est devenue l'application iPhone gratuite la plus téléchargée aux États-Unis en 2023) collectent également de grandes quantités de données susceptibles d'être partagées avec le système de propagande de la RPC. Dans le domaine des jeux, les jeux vidéo populaires tels que Genshin Impact, dont les développeurs bénéficient du soutien de l'État chinois lié au système de propagande, créent des risques de sécurité similaires en raison de la valeur stratégique des données d'utilisateur qu'ils génèrent et collectent.

  • Sous la direction de Xi Jinping, le PCC a remis l'accent sur une stratégie nationale de convergence des médias qui réunit les médias traditionnels et "émergents" dans diverses dimensions - contenu, canaux, plateformes, opérations et gestion - afin d'améliorer l'agilité des initiatives de propagande pour répondre aux changements en temps réel du sentiment public. La convergence des médias est directement liée à la perception que l'absence d'orientation de l'opinion publique met en danger la sécurité et la stabilité de la Chine. Le parti utilise les médias numériques, en particulier les ressources en données qu'ils contribuent à générer, pour améliorer sa capacité à utiliser efficacement les médias dans sa stratégie de communication et pour créer des boucles de rétroaction en Chine et à l'échelle internationale9.




Recommandations

Les décideurs politiques sont confrontés à deux défis majeurs : premièrement, appliquer le mode de pensée du PCC aux efforts visant à contrer les campagnes d'information avant qu'elles ne soient menées ; deuxièmement, résister aux efforts de la Chine pour façonner les normes d'information mondiales et les technologies fondamentales du Web 2.0 et au-delà.

Sur la base des conclusions de ce rapport, les chercheurs formulent les recommandations suivantes à l'intention des gouvernements, de la société civile, des plateformes de médias sociaux et des développeurs et vendeurs de matériel et de logiciels :

  1. Les gouvernements devraient faire pression sur les entreprises technologiques pour qu'elles procèdent à des examens plus approfondis de leurs chaînes d'approvisionnement numériques afin de garantir que leurs fondations Web 2.0 et Web 3.0 futures, ainsi que les entreprises et les technologies sur lesquelles elles s'appuient, sont transparentes et sûres. L'amélioration de la diligence raisonnable, de la transparence, de la confiance et de la sécurité dès la conception dans la chaîne d'approvisionnement numérique, tant au niveau de la technologie que des systèmes/applications, doit être envisagée, en particulier pour les entreprises qui participent à des marchés publics. On peut y parvenir en imposant des exigences plus strictes en matière de rapports, en élaborant des cadres pour les fournisseurs à haut risque, en imposant et en appliquant des exigences en matière de protection de la vie privée et des données, et en élaborant des approches cohérentes en matière de minimisation des données. Les États-Unis et les pays partenaires ont déjà cherché à renforcer la sécurité des logiciels en exigeant des entreprises travaillant avec les gouvernements qu'elles fournissent des "nomenclatures" de logiciels. Les "principes communs pour des logiciels sûrs " du Partenariat pour la cybersécurité de la Quadrilatérale constituent un excellent modèle pour envisager une réglementation améliorée en matière de transparence.

    • Les entreprises technologiques, y compris les fournisseurs, les plateformes et les développeurs, devraient s'engager et adhérer au Cybersecurity Tech Accord, élaborer des normes de sécurité dès la conception et imposer des normes de modération et de vérification des faits plus strictes sur les plateformes en ligne, les médias sociaux, etc. afin de réduire les risques d'attaques contre la disponibilité, la confidentialité et l'intégrité des données, des produits, des services et des réseaux et de mettre en évidence les informations erronées et la propagande. Alors que les campagnes d'information de la Chine cherchent à militariser la vérité et la réalité, il convient de faire preuve d'une vigilance, d'une vérification et d'une véracité accrues pour que les consommateurs d'informations aient les meilleures chances d'identifier les influences de la désinformation et de la mésinformation.

  2. Les gouvernements doivent accorder beaucoup plus d'attention à la réglementation des technologies utilisées pour la surveillance et des technologies immersives connexes. Peu de gouvernements ont élaboré des définitions générales de ces technologies ou étudié leur impact sur la vie privée et la sécurité des données. Par conséquent, leur réglementation n'a pas été efficace et ne s'est pas concentrée sur leurs futures implications sociétales et de sécurité nationale. Plus précisément :

    • Les gouvernements devraient définir l'apprentissage automatique et les données du cloud comme des biens de surveillance ou à double usage. Par exemple, l'Union européenne a identifié les applications à double usage des systèmes d'IA comme un domaine de préoccupation dans leur processus d'évaluation dans le cadre des lignes directrices en matière d'éthique pour une IA digne de confiance. Le Conseil de l'Europe a également soulevé des préoccupations concernant le logiciel de surveillance Pegasus. Les États-Unis ont identifié les données du cloud comme une exportation en vertu des règlements sur l'administration des exportations qui peuvent faire l'objet d'un contrôle du double usage. Bien que ces efforts soient significatifs, la réglementation reste en retard sur l'utilisation de l'apprentissage automatique et des données du cloud par les entreprises et les gouvernements, ce qui se traduit par une application incohérente, une situation propice à l'exploitation par les régimes autoritaires. Les gouvernements devraient normaliser et renforcer la réglementation sur les technologies et les services qui ne sont pas traditionnellement considérés comme des produits de surveillance ou à double usage (données), y compris les produits et services générateurs de données dans les industries de jeux en ligne. Cela leur permettrait d'appliquer les outils traditionnels pour empêcher l'accès à des biens de cette nature, tels que les contrôles à l'exportation, les technologies et les services qui ne sont pas traditionnellement considérés comme des produits de surveillance ou à double usage (données), y compris les produits et services générateurs de données dans les industries de jeux en ligne.
    • En outre, une transparence accrue concernant les acteurs et entités technologiques, qu'ils soient impliqués dans des activités de R&D ou dans la vente de produits, qui agissent au nom des intérêts d'un État, pourrait clarifier quelles données sont utilisées à des fins de surveillance et quelles données peuvent être utilisées pour porter atteinte à la souveraineté d'un autre État.

  3. Pour accroître encore la transparence, les gouvernements devraient également définir plus clairement quels acteurs individuels et quelles entités sont tenus de s'enregistrer dans le cadre des systèmes d'enregistrement des agents étrangers. Il s'agit notamment du système australien de transparence de l'influence étrangère, de la loi américaine sur l'enregistrement des agents étrangers (FARA) et des équivalents émergents dans d'autres pays, tels que le futur système d'enregistrement de l'influence étrangère du Royaume-Uni. Les États-Unis, par exemple, ont utilisé la FARA pour obliger les entreprises médiatiques appartenant à l'État chinois, telles que Xinhua et CGTN, à s'enregistrer en tant qu'agents de l'État. Selon la même logique, toute entreprise technologique liée directement au système de propagande chinois ou recevant un soutien de l'État pour faciliter les efforts de propagande du parti-État pourrait être obligée de s'enregistrer.

  4. Au niveau international, les gouvernements devraient s'efforcer de normaliser les modes de partage des données et de réglementer de manière proactive la manière dont elles peuvent être produites et stockées. Jusqu'à présent, les efforts n'ont pas abouti à un accord, et beaucoup ont été cloisonnés dans des domaines fonctionnels spécifiques (tels que les données météorologiques, les services sociaux, l'alimentation et l'agriculture, la finance, etc.) Ces efforts peuvent réduire les possibilités pour les régimes autoritaires de collecter, d'utiliser et d'abuser des données de manière à nuire aux communautés ethniques, à dénigrer les autres points de vue et à faire taire les dissidents dans l'environnement mondial de l'information. L'Organisation internationale de normalisation, ainsi que le Centre des Nations unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques, entre autres, devraient mettre en place des mécanismes de normalisation conjoints entre le gouvernement et l'industrie.

  5. Au niveau multilatéral, les gouvernements démocratiques devraient travailler ensemble pour développer une meilleure compréhension institutionnelle des vulnérabilités et des risques futurs des nouvelles technologies, en particulier dans l'écosystème de la technologie numérique. Cette compréhension devrait guider l'élaboration de nouvelles normes pour les technologies émergentes et aider l'industrie à commercialiser ces technologies dans le but d'assurer la sûreté et la sécurité dès la conception. Les principes Quad sur les normes relatives aux technologies critiques et émergentes sont un bon exemple des travaux qui doivent être menés sur les vulnérabilités et les risques futurs des nouvelles technologies.

  6. Au niveau local, les gouvernements et la société civile devraient établir des garde-fous contre les effets négatifs des efforts déployés par les PCC pour façonner l'environnement de l'information, notamment par le biais de campagnes d'information telles que des campagnes d'éducation aux médias et de réflexion critique ciblant les individus et les communautés. Les efforts devraient non seulement aider les utilisateurs à comprendre ce qui est "vrai" et ce qui est "faux", mais aussi veiller à ce qu'ils aient une conscience plus large de la manière dont les entités soutenant les campagnes d'information étrangères peuvent être présentes dans leurs chaînes d'approvisionnement, de sorte que les risques associés à ces entités soient identifiés et contrôlés de manière plus fiable.
Source : "Truth and reality with Chinese characteristics : The building blocks of the propaganda system enabling CCP information campaigns"

Et vous ?

Pensez-vous que ce rapport est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le FBI craint que la Chine ne vole la technologie de l'IA pour intensifier l'espionnage et dérober des informations personnelles, afin de constituer des dossiers sur des millions d'Américains

TikTok peut être utilisé comme un outil d'espionnage et de manipulation par le gouvernement chinois, d'après Vinod Khosla, qui soutient le projet de cession forcée de TikTok

Microsoft met en garde contre des campagnes chinoises sur les réseaux sociaux qui réussissent à se faire passer pour des électeurs américains, ces campagnes utilisent des images générées par l'IA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 14:11
et comme les usa peuvent utiliser linkedin, facebook, twitter, instagram pour les utilisateurs mais ils n'ont pas le courage de les dénoncer...

avec les millions d'application américaine et grace au patriot act, cloud act... les américains ont tous les loisirs de prendent tous les informations qu'ils veulent... mais les médias, gouvernement préfère dénoncer la chine... qui est en train de prendre le lead
3  1 
Avatar de RenarddeFeu
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 15:08
Tiktok est une source d'informations ouverte. N'importe-qui peut espionner les citoyens canadiens qui utilisent l'appli. Oui c'est un souci de sécurité nationale, non ça n'a rien de répréhensible.
1  1 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/05/2024 à 10:56
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais mais personne n'ose critiquer ce que font les USA.
Officiellement les pays disent "les USA sont nos alliés, donc ils ont le droit de nous surveiller".

En réalité nous n'avons aucune raison d'être plus pote avec les USA qu'avec la Chine.
Les USA sont nos bourreaux.
Pour moi c'est même pas ça, mais plutôt que ça d'une façon ou d'une autre été banalisé que les USA sont partout mais que c'est "normal" que pour eux. Des société fantômes de la CIA en france ? En angleterre ? normal, la même version DGSE aux USA, en Angleterre ? Oula scandale en vue
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/05/2024 à 11:12
Qu'est-ce qu'il y a d'extraordinaire en 2024?

On n'arrête pas de lire et entendre dans les médias les responsables du renseignement, autrement dit les "chefs espions" des différents états!

Les espions existent depuis la nuit des temps et depuis la nuit des temps leur principale caractéristique était... La discrétion... Une discrétion qui va jusqu'à ce que le reste du monde n'ait même pas connaissance de leur existence.

Et bien aujourd'hui, l'espion vient étaler ses états d'âme au journal du 20Heures... A moins, à moins que cela ne soit... que de la manipulation!
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 14:44
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
comme les usa
Ouais mais personne n'ose critiquer ce que font les USA.
Officiellement les pays disent "les USA sont nos alliés, donc ils ont le droit de nous surveiller".

En réalité nous n'avons aucune raison d'être plus pote avec les USA qu'avec la Chine.
Les USA sont nos bourreaux.
0  1