IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Nous quitterons le marché de l'UE plutôt que d'affaiblir nos garanties en matière de protection de la vie privée », prévient Signal
Contre le projet de surveillance de masse de l'UE dénommé ChatControl

Le , par Patrick Ruiz

1PARTAGES

14  0 
Sur la base d'une nouvelle proposition du ministre belge de l'intérieur, les gouvernements de l'UE pourraient finalement approuver le très critiqué règlement sur les abus sexuels sur les enfants (CSAR ou contrôle des chats) dès le mois de juin. C'est ce que révèlent des informations internes divulguées à l'eurodéputé du Parti Pirate et rapporteur fictif Patrick Breyer. Ce serait alors la voir ouverte à une surveillance de masse dont des observateurs estiment qu’elle préfigure du totalitarisme en gestation en Europe. Signal quittera le marché de l’Union européenne en cas d’adoption de ce projet de loi.

« Signal s'oppose fermement à cette proposition. Qu'il n'y ait aucun doute : nous quitterons le marché de l'UE plutôt que d'affaiblir nos garanties en matière de protection de la vie privée. Cette proposition, si elle est adoptée et appliquée à notre encontre, nous obligerait à faire ce choix. Nous soutenons les citoyens européens et leur droit à la vie privée, quoi que fasse la Commission. Mais nous ne nous conformerons à aucun mandat visant à saper nos garanties en matière de protection de la vie privée. Et si nous ne nous conformons pas à ces règles, nous serons exclus du marché », indique Meredith Whittaker.

La sortie du responsable de Signal fait suite à la proposition belge de « modération de l’upload »

Sur la base d'une nouvelle proposition du ministre belge de l'intérieur, les gouvernements de l'UE pourraient finalement approuver le très critiqué règlement sur les abus sexuels sur les enfants (CSAR ou contrôle des chats) dès le mois de juin.

De façon spécifique, selon la proposition, les utilisateurs d'applications dotées d'une fonction de communication devraient accepter, par le biais de conditions générales ou de messages contextuels, que toutes les images et vidéos envoyées à d'autres personnes soient automatiquement analysées et éventuellement signalées à l'UE et à la police. À cette fin, des portes dérobées de surveillance devraient être intégrées dans les services de messagerie précédemment chiffrés de bout en bout, même si les Belges affirment que le système de « modération de l'upload » qu'ils proposent diffère du « scan côté client » tant critiqué.

Si un utilisateur n'accepte pas que ses photos et vidéos privées soient scannées, il pourra toujours utiliser le service pour envoyer des messages texte, mais ne pourra plus partager d'images et de vidéos. Les algorithmes de scan sont censés signaler les CSAM connus ainsi que les images et vidéos inconnues jugées potentiellement suspectes par l'intelligence artificielle. L'analyse des messages textuels à la recherche d'indices de toilettage, qui n'a pratiquement pas été utilisée jusqu'à présent, serait supprimée du projet de législation, de même que l'analyse des communications audio, qui n'est pas du tout utilisée.
La loi britannique sur la sécurité en ligne contient une disposition controversée, surnommée la « clause espion » par certains organismes de défense des droits numérique. Elle prévoit une obligation des plateformes en ligne utilisant le chiffrement de bout en bout à mettre en place des mécanismes permettant d’identifier et de signaler les CSAM. Le chiffrement de bout en bout garantit que seuls l’expéditeur et le destinataire d’un message peuvent en voir le contenu ; même le fournisseur du service ne peut pas accéder aux données non chiffrées.

Le gouvernement britannique n’a pas précisé la technologie que les plateformes devraient utiliser pour identifier les CSAM envoyés sur les services chiffrés, mais la solution la plus souvent citée est dénommée le scan côté client. Il s’agit d’examiner le contenu du message avant qu’il ne soit envoyé - c’est-à-dire sur l’appareil de l’utilisateur - et de le comparer à une base de données de CSAM hébergée sur un serveur ailleurs. Selon Alan Woodward, professeur invité en cybersécurité à l’Université de Surrey, cela reviendrait à « un logiciel espion approuvé par le gouvernement qui scanne vos images et éventuellement vos [textes] ». L’entrée en vigueur de la « modération de contenu » serait donc un moyen d’obtenir des citoyens de l’UE leur consentement pour se soumettre au scan côté client.

Les conséquences de l’entrée en vigueur de ce projet de loi seraient alors que :

  • toutes les conversations en ligne et tous les courriels seront automatiquement fouillés pour détecter tout contenu suspect. Rien ne reste confidentiel ou secret. Il ne sera pas nécessaire d'obtenir une ordonnance du tribunal ou d'avoir un soupçon initial pour effectuer une recherche dans les messages ;
  • si un algorithme classe le contenu d'un message comme suspect, les photos privées ou intimes pourront être consultées par le personnel et les sous-traitants de sociétés internationales et les autorités policières. Ces mêmes contenus pourront être consultés par des personnes inconnues ou se retrouver entre les mains d’individus mal intentionnés ;
  • les conversations intimes pourront être lues par le personnel et les sous-traitants de sociétés internationales et les autorités policières, car les filtres de reconnaissance de texte qui ciblent la "sollicitation d'enfants" signalent souvent à tort les conversations intimes ;
  • des tiers pourront être faussement signalés et faire l'objet d'enquêtes pour diffusion présumée de matériel d'exploitation sexuelle d'enfants. Les algorithmes de contrôle des messages et des chats sont connus pour signaler des photos de vacances tout à fait légales d'enfants sur une plage, par exemple. Selon les autorités de la police fédérale suisse, 86 % de tous les signalements générés par des machines s'avèrent sans fondement ;
  • lors d’un voyage à l'étranger, l’on peut se retrouver face à de gros problèmes. Les rapports générés par les machines sur les communications pourront être transmis à d'autres pays, comme les États-Unis, où la confidentialité des données demeure très mal encadrée, ce, avec des résultats incalculables ;
  • ce serait la porte ouverte pour les services de renseignement et les pirates sur les conversations et courriels.

Source : Meredith Whittaker

Et vous ?

Un espace européen totalitaire relève-t-il désormais de l’inéluctable au vu de la multiplication de tels projets sur le continent ?

Voir aussi :

Le bitcoin vaut moins que le coût d'extraction, selon JPMorgan, le coût de revient moyen pondéré d'un bitcoin étant estimé à environ 4060 $
La cryptomonnaie de Facebook, une opportunité de 19 milliards de dollars de revenus, et une nouvelle affaire autre que la publicité, selon Barclays
La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude
Cryptomonnaie : le crash du marché laisse des entreprises en faillite dans son sillage, des développeurs étant privés de financement supplémentaire
L'État de New York approuve deux cryptomonnaies liées au dollar : deux nouveaux stablecoins à la suite du TrueUSD aux États-Unis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Vilanelle
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 11:06
L'Europe se verrouille d'années en années, sous nos yeux, impuissants.

La bonne excuse des pédo pour surveiller (encore plus agressivement) tout le monde.
Vous sentez dans l'air depuis quelques temps, ce parfum de révolte un peu partout dans le monde ? L'avenir n'a pas l'air de s'annoncer radieux.
7  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 05/06/2024 à 7:49
Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.
Martin Niemöller

Voilà pourquoi il faut lutter contre la surveillance de masse.
6  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 15:10
il me vient une petite reflection la dessus.
Les médias mainstream nous disent H24 et aussi le président de la république dans ces propagandes quotidienne à la télé, nous rappelle que l'extreme droite fait peur c'est dangereux, que Poutine aussi fait peur.
Qu'ils sont aux portes du pouvoir.
Si ils sont si dangereux que cela, pourquoi promulguer des lois pareils qui ne feront que renforcer leurs pouvoir ? alors que comme le rappelle la presse "ils sont au porte du pouvoir".
Pourquoi vouloirs mettre en place des lois similaires à ce que fait Poutine ? pourquoi faire comme Poutine alors que nous on est le camps du bien donc on est censé le combattre ?

Pourquoi l'union européenne propose des lois similaire au méchant Poutine que nous combattons de toute nos force bien évidement ?
pour aller au bout de la réflexion, qu'en pense Zelensky ? ah lui a supprimé les élections.
Bon qu'en pense la Palestine puisque je vois plus de ces drapeaux dans la rue que des drapeaux français ?
bon j’arrête le demi troll

J'imagine bien dans la continuité, des futurs lois pour par exemple détecter dans les sms ceux qui voterait extrême droite (car ce sont des gens très dangereux) et pourquoi pas par la suite les privé de vote, ou le mettre une mauvaise note en credit social, ou les déportés aux rwanda
Apres tous un fiché S en France c'est pas forcément un terroriste islamiste, ca peut etre un simple contestataire politique ou un journaliste.
6  0 
Avatar de fan459
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/06/2024 à 11:32
Il faut en finir avec cette expression "SI ON A RIEN A CACHER IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR". Ce n'est plus vrai depuis la mise en place du contrôle-sanction automatisé: tu es coupable tant que tu n'as pas prouvé que tu es innocent. A toi de te débrouiller pour le prouver.

Personnellement j'en ai fait l'expérience sur la route il y a quelques années. Ça m'a causé beaucoup de stress, pris plus d'une demi-journée, et obligé de prendre de gros risques pour aller faire des photos le long d'une nationale à fort trafic où il n'y avait aucun trottoir, afin de prouver que la zone où j'avais été flashé à 92 km/h au lieu de 70 était en fait une zone limitée à 90 km/h. J'ai eu de la chance, j'ai pu prouver quelque chose. Tout récemment j'ai reçu une amende de 90 euros pour circulation dans une voie de bus devant un gare SNCF. En fait, la zone est en travaux, on ne comprend plus rien au marquage au sol et quand j'y étais plus aucun parking n'était accessible: pourtant, un caméra a du m'enregistrer. Je n'ai même pas tenté de protester, habitant à 40 minute de la gare en question.

Alors, je n'ose pas imaginer ce qu'il peut se passer avec une telle loi si mon fils a l’idée de m'envoyer une photo de ma petite fille de 2 ans entrain de jouer dans sa piscine gonflable? Garde-à-vue? Préventive? jusqu'où ils pourraient aller compte tenu qu'il y a de moins de moins de ressources pour faire de vraies investigations?

Évidemment que les forces de l'ordre doivent pouvoir utiliser les dernières technologies pour lutter contre la criminalité, mais pour chasser les criminels, pas mettre tout le monde dans le même panier et secouer pour voir ce qui tombe. C'est un enjeu de démocratie, c'est grave, très grave!
5  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 16:24
S'imaginer que les démocraties Européennes veulent appliquer de la surveillance de masse sur leur citoyens relève du complotisme.

5  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 11:25
Citation Envoyé par Vilanelle Voir le message
L'Europe se verrouille d'années en années, sous nos yeux, impuissants.

La bonne excuse des pédo pour surveiller (encore plus agressivement) tout le monde.
Vous sentez dans l'air depuis quelques temps, ce parfum de révolte un peu partout dans le monde ? L'avenir n'a pas l'air de s'annoncer radieux.
tkt pas, le gouvernement a commandé 90 centaures.

Et contrairement à son prédécesseur, il possède, de manière uniforme, des capacités de pousser, ainsi que de dégagement, grâce à des lames montées sur des vérins pneumatiques, installées à l’avant du véhicule. Enfin, ces véhicules disposeront d’équipements optroniques modernes et de capacités actualisées, donc téléopérées, en matière de tir et de lancement de grenades.
j'ai hâte de voir la bête en action dans les futur manif, ca me fait penser aux tractopelles dans soleil vert
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 18/06/2024 à 20:09
Si ça continue, demain nous utiliserons les mêmes produits anti-censure que dans les pays comme la Chine.
4  0 
Avatar de Médinoc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 14:59
Donc l'analyse de la CEDH, finalement ils s'en foutent?
4  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 11:43
Dans des sociétés se prétendant être démocratiques le respect de la vie privée doit le fondement même de cette démocratie !!!
3  0 
Avatar de Ed-209
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 21:16
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Je me marre!!!!!!

Il faudrait voir pour être un peu plus imaginatif: Le 100% des sociétés numériques à qui les autorités imposent des règles disent qu'elles vont quitter le marché et le 100% des sociétés finissent par accepter les règles sans mettre leur menace à exécution pour la bonne et simple raison qu'elles ne veulent pas quitter la table où elles se goinfrent à se faire "péter" l'estomac
On parle de Signal, pas de WhatsApp ! Ça a beau être des messagerie toutes les deux avec chiffrement E2E, leurs philosophies sont diamétralement opposées. Signal rejette même l'ouverture imposée de WhatsApp par le DSA européen, pour justement des raisons de sécurité ... des métadonnées (non protégées sur WA) !

Dans le même genre je vois bien #Briar aussi ne pas se conformer à cette directive Orwellienne si elle venait à passer.

Bref, on est loin des 100% pour le coup !
3  0