IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trump minimise le piratage russe dans ses premiers commentaires sur la violation massive, suggère l'implication de la Chine,
Et suppose une attaque des machines à voter

Le , par Stan Adkens

32PARTAGES

10  1 
Le président américain Donald Trump, dans ses premiers commentaires sur une violation généralisée des données au sein du gouvernement américain, a minimisé samedi la campagne de cyberespionnage et s'est demandé si la Russie était à blâmer comme le prétend son propre diplomate de haut niveau. Les commentaires de Trump ont remis en cause les experts qui considèrent l’attaque comme le travail des services de renseignements russes et ont pris la Maison-Blanche au dépourvu, le secrétaire d’État Mike Pompeo ayant déclaré bien avant que la Russie était « assez clairement » derrière le piratage.

La Maison-Blanche s'apprêtait vendredi à attribuer officiellement le cyberpiratage à la Russie dans une déclaration, mais on lui a dit de se retirer, a rapporté NBC News qui cite un responsable américain. Le fonctionnaire n'a pas dit qui avait donné l'ordre de se retirer, selon NBC News.


FireEye, une importante société américaine de cybersécurité ayant des contrats gouvernementaux importants, a révélé le piratage au début de ce mois. Dans un article de blog de la société, le PDG Kevin Mandia a qualifié cette attaque de « cyberattaque par une nation ayant des capacités offensives de premier plan ». Il a ensuite déclaré que l'objectif principal des pirates semblait être de voler des informations aux clients gouvernementaux de la société.

Le bureau du directeur du renseignement national, dirigé par John Ratcliffe, un allié du président Trump, a également publié une déclaration mercredi décrivant l'incident comme « significatif », selon Bloomberg. « Il s'agit d'une situation qui évolue, et même si nous continuons à travailler pour comprendre toute l'étendue de cette campagne, nous savons que ce compromis a affecté les réseaux au sein du gouvernement fédéral », a déclaré le directeur du renseignement national dans la déclaration.

Bloomberg News a rapporté samedi qu'au moins 200 organisations, y compris des agences gouvernementales et des entreprises du monde entier, ont été piratées dans le cadre de la cyberattaque présumée russe – au cours de laquelle les pirates informatiques ont installé une porte dérobée dans un logiciel largement utilisé de la société texane SolarWinds Corp. qui leur permettait d'accéder aux réseaux informatiques.

Trump, cependant, dans ses premiers commentaires publics publiés samedi sur le piratage, a déclaré que l'incident était « bien plus important dans les faux médias que dans la réalité ». Il a poursuivi en disant : « J'ai été pleinement informé et tout est sous contrôle. La Russie, la Russie, la Russie est le chant prioritaire quand il se passe quelque chose parce que Lamestream est, pour des raisons essentiellement financières, pétrifié de... discuter de la possibilité que ce soit la Chine (il se peut !) », a écrit Trump sur Twitter.


Les commentaires de Trump sont le dernier exemple en date de sa réticence à critiquer la Russie, dont les agences de renseignement américaines ont dit qu'elles s'étaient immiscées dans les élections de 2016 pour aider Trump.

John Ullyot, porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche, a déclaré samedi dans un communiqué : « Pour l'instant, le NSC s'attache à enquêter sur les circonstances entourant cet incident, et à travailler avec nos partenaires inter-agences pour atténuer la situation. Il y aura une réponse appropriée aux acteurs qui sont derrière cette conduite ».

Le président Trump a également affirmé sans preuve sur Twitter samedi que le piratage aurait pu avoir un impact sur les machines de vote, poursuivant sa campagne pour discréditer les résultats des élections de 2020. Twitter a signalé le tweet du président, notant que l'élection a été certifiée en faveur de la victoire Joe Biden.

Les agences de renseignement et les experts américains n'ont pas lié la Chine à ce piratage, qui a commencé au moins dès le mois de mars, bien qu'il ait été découvert seulement la semaine dernière. Trump n'a fourni aucune information dans son tweet sur les raisons pour lesquelles il pense que la Chine pourrait être impliquée.

Trump contredit Pompeo, qui a lié la cyberattaque à Moscou

Vendredi, avant le tweet de Trump, Mike Pompeo, un proche allié du président, a déclaré dans une interview lors de l’émission "Mark Levin Show" qu'il pensait que la Russie était derrière le piratage.

« Je ne peux pas en dire beaucoup plus, car nous sommes encore en train de déballer précisément ce que c'est, et je suis sûr qu'une partie restera confidentielle », a déclaré Pompeo. « C'était un effort très important, et je pense que nous pouvons maintenant dire assez clairement que ce sont les Russes qui se sont engagés dans cette activité ».

Lorsqu'il lui a été demandé si Trump allait s'exprimer au cours de l'enquête, Pompeo a répondu que parfois « la ligne de conduite la plus sage pour protéger le peuple américain est de continuer calmement vos affaires et de défendre la liberté ». Mais le président n’a pas manqué de taguer Pompeo et le directeur du renseignement national John Ratcliffe dans son tweet de samedi, soulignant son intention de contredire l'évaluation des responsables de l'administration qui ont blâmé la Russie pour l'intrusion.

Marco Rubio de Floride, président par intérim de la commission sénatoriale du renseignement, a rejeté la conclusion de Trump, qualifiant le piratage de « cyberintrusion la plus grave de notre histoire », et celle menée par « les services de renseignement russes ». Le représentant Adam Schiff, président de la commission des renseignements de la Chambre des représentants, a tweeté que le commentaire de Trump était une « scandaleuse trahison de notre sécurité nationale » qui « semble avoir pu être écrite au Kremlin ».


Parmi les agences gouvernementales américaines connues pour avoir été ciblées figurent les Départements d'État, du Trésor, de la Sécurité intérieure, de l'Énergie et du Commerce. Microsoft Corp. a déclaré avoir identifié 40 organisations, qui utilisent le logiciel SolarWinds, ciblées par les pirates informatiques.

Le président élu Joe Biden a publié jeudi une déclaration affirmant qu'il ne resterait pas « inactif » en réponse à l'attaque. « Je veux être clair : mon administration fera de la cybersécurité une priorité absolue à tous les niveaux du gouvernement ... et nous ferons de la lutte contre cette violation une priorité absolue dès notre entrée en fonction », a déclaré Biden.

Selon Bloomberg, les membres de la Commission de la sécurité intérieure et de la surveillance ont déclaré vendredi qu'ils avaient été informés sur la question mais qu'ils avaient « plus de questions que de réponses ».

« Après avoir reçu un briefing classifié de l'administration Trump aujourd'hui sur le piratage des systèmes gouvernementaux, nous nous retrouvons avec plus de questions que de réponses », ont déclaré les responsables de la Commission dans un communiqué. « Même au milieu d'une cyberattaque sans précédent avec des implications de grande envergure pour notre sécurité nationale, les responsables de l'administration n'étaient pas disposés à partager toute l'étendue de la brèche et les identités des victimes ».

NBC News a rapporté, en citant un tweet, que le président de la commission des affaires internationales de la Douma ou Parlement russe a cependant accusé Pompeo d'avoir une « fièvre anti-russe ».

« Fermer les consulats généraux des États-Unis en Russie et classer la Russie comme un ennemi de l'Amérique ne résoudra ni les problèmes internes ni les problèmes dans les relations bilatérales. Une politique agressive est déclenchée non pas par Moscou, mais par de tels messieurs de Washington », a-t-il écrit. En effet, les responsables américains du Département d'Etat ont confirmé vendredi que les deux derniers consulats américains en Russie seront fermés, a rapporté NBC News.

Sources : Tweet, NBC News

Et vous ?

Que pensez-vous de la réaction à la cyberattaque du président Donald Trump ?
Pourquoi Trump veut-il rediriger la responsabilité de la cyberattaque vers la Chine, selon vous ?
Comment expliquez-vous la contradiction entre Trump et son administration ?

Voir aussi :

Le Trésor américain victime de piratages informatiques soutenus par un gouvernement étranger, plusieurs autres agences gouvernementales et organisations privées seraient également touchées
La vaste campagne de piratage informatique a atteint Microsoft, qui qualifie la violation de la chaîne d'approvisionnement contre SolarWinds d'« acte d'imprudence »
La vaste campagne de piratage informatique a atteint Microsoft, qui qualifie la violation de la chaîne d'approvisionnement contre SolarWinds d'« acte d'imprudence »
Cyberespionnage : Pékin rejette les accusations de Washington, et demande le retrait de l'acte d'accusation contre ses deux ressortissants

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/12/2020 à 13:08
SolarWinds dispose de deux portes dérobées dans Orion indépendantes l'une de l'autre. source Ziff Davis

La sonde Einstein de l'administration US n'est pas "heuristique" = grosse faiblesse comme dit dans la news.

L'Etat américain rémunère au plus bas du marché ses consultants en sécurité. Cela implique que ce ne sont malheureusement pas les meilleurs qui, eux, se retrouvent dans le privé, plus lucratif. source Ars Technica

Les recommandations du GAO sont sur la table depuis fin 2018 et ont été rapportées par le sénateur démocrate du comité du Congrés à la cybersécurité. Peu d'entres elles sont appliquées. Voire pas du tout. source Ziff Davis

De tous ces éléments, je tire comme conclusion que l'Etat américain peut se défendre des petits rigolos dans mon genre mais certainement pas contre un groupe de pirates déterminés.

La France n'est pas concernée par cette attaque, ni l'OTAN. Et même si c'était le cas, les attaquants n'auraient pas pu se déplacer dans le réseau comme ils l'ont fait aux Etats-Unis.
5  0 
Avatar de MRSizok
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/12/2020 à 8:56
C'est bien connut Trump est certifié en Sécurité. Il devrait s'occuper de baisser bien la tête en sortant. Il va se cogner trop fort en partant sinon et bye bye 2024.
4  1 
Avatar de Daïmanu
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/12/2020 à 11:07
À chaque fois que je vois ce genre de news je suis aussi dégoûté que ce personnage de CommitStrip.

3  0 
Avatar de MRSizok
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/12/2020 à 13:19
Rien de bien choquant dans le process des hackers...C'est ce que vous apprenez avec la certif Hacker Ethic...pratique comprise...

C'est sacrément humiliant pour SolarWind. Après, tu peux mettre autant de protection que tu veux. Le temps qu'il est possible d'y accéder....
2  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/12/2020 à 15:53
Citation Envoyé par MRSizok Voir le message
Rien de bien choquant dans le process des hackers...C'est ce que vous apprenez avec la certif Hacker Ethic...pratique comprise...

C'est sacrément humiliant pour SolarWind. Après, tu peux mettre autant de protection que tu veux. Le temps qu'il est possible d'y accéder....
Le problème est qu'il n'y a aucune sécurité justement, le code de solarwinds expose plusieurs services WCF avec aucun mécanisme de sécurité activé, il n'y a pas non plus de vérification des inputs. Leur code est un énorme bordel tout est à jeter. Le mot de passe de leur serveur de MAJ est une farce, ils ont signé leurs assembly mais la clef traine partout sur le web. Ce sont des quiches total, l'ensemble de leur soft doit être jeté à la benne le plus vite possible.
1  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/01/2021 à 13:57
Même si la news ne concerne pas la France, je reste effaré par le peu de réactions suscitées. Cela demeure un gros piratage qui impacte le "maître du monde", le maître du soft, Microsoft et le maître de la cybersécurité, FireEye.

Bref, c'est suffisamment important : il y a plus de réactions dans lefigaro.fr

Sinon, bonne année à tous !
1  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/12/2020 à 12:05
Le code de solarwinds est proprement catastrophique
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 22:32
Bonsoir,

États-Unis : le piratage des agences fédérales est « vraisemblablement d'origine russe », selon les agences de sécurité nationale, et semblait être destiné à la « collecte de renseignements »

Qu’en pensez-vous ?
On voit que l’élection des démocrates ravivent les tensions US/RU. Tout est au conditionnel et il difficile de certifier que cela vient de Russie ...

Pourquoi cette déclaration a tardé à être publiée, selon vous ?
A force d'espionner le monde , c'est l’arroseur arrosé ... Pour une fois que les USA ont trouvé "plus fort" ... ils peinent à identifier d’où vient l'attaque . Comme quoi on ne peut pas toujours être "le leader" tout le temps

Qu’est-ce qui change dans l’attaque et la réponse des agences, maintenant que les auteurs sont officiellement connus ?
Ennemie de l’intérieur difficilement identifiable. Un cheval de Troyes en somme. Un service a pu être une "mule" sans le savoir du coup il est quasi impossible d'identifier la source externe de l'attaquant ...

Moins de 10 agences gouvernementales américaines ont été touchées par la cyberattaque, selon la déclaration. Quels commentaires en faites-vous ?
Il y a du avoir tellement une honte que les chiffres ont de fortes chances d'être volontairement tronqués . Solution 2 ils n'ont pas encore découverts tout le poteau rose !
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:21
Les enquêteurs de Kaspersky pourraient avoir identifié les hackers de la société texane SolarWinds. Il s'agirait du groupe russe de pirates informatiques Turla
Bof, rien de nouveau sous le soleil. En fonction du moment, toute action de hacking aux USA a pour origine la Chine, la Russie, la Corée du Nord ou l'Iran.

Certains appliquent simplement une règle marketing de base: Toujours faire plaisir à son client!

Pas sûr que l'information de Kaspersky ferait la une des médias américains si la conclusion était que les hackers étaient strasbourgeois!
0  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 13:02
J'en pense que Solarwinds a embauché 2 experts en cybersécurité pour revoir de fond en comble la sécurité de l'entreprise et des softs (source Ziff Davis). Microsoft devrait peut-être faire de même pour son code. Mais à ces prix, seul des états pourront s'offrir ce que vendent les pirates. Et pour la source, je pense que ce sont les pirates eux-mêmes à l'origine de ces révélations.
0  0