IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

DarkMarket : « le plus grand » dark web illégal au monde a été démantelé,
320 000 transactions y ont été traitées avec du bitcoin et du monero d'une valeur de plus de 140 millions d'euros

Le , par Stan Adkens

10PARTAGES

4  0 
Une opération policière internationale menée par l'Allemagne a permis de démanteler le « plus grand » dark web du monde que l'opérateur australien présumé l'a utilisé pour faciliter la vente de drogues, de données de cartes de crédit volées et de logiciels malveillants, ont déclaré les procureurs allemands mardi. L'enquête, qui a été menée par l'unité de lutte contre la cybercriminalité du parquet de Coblence en Allemagne, a permis aux agents de localiser et de fermer le marché, d'éteindre les serveurs et de saisir l'infrastructure criminelle.

Le darknet est une partie du Web qui comprend des sites Web auxquels on ne peut accéder qu'avec des logiciels ou des autorisations spécifiques, ce qui garantit l'anonymat des utilisateurs. DarkMarket, qui serait le plus grand marché du web sombre au monde, a été mis hors ligne par une opération internationale coordonnée par Europol. Au moment de sa fermeture, DarkMarket comptait près de 500 000 utilisateurs et plus de 2400 vendeurs dans le monde, la pandémie de coronavirus conduisant une grande partie du commerce de rue des stupéfiants à se faire en ligne.


La police de la ville d'Oldenburg, dans le nord du pays, a pu arrêter l'opérateur présumé du réseau illégal sur Internet le week-end dernier près de la frontière germano-danoise, après une enquête qui a duré des mois, ont déclaré les procureurs dans un communiqué. L’opérateur du DarkMarket en question est un ressortissant australien de 34 ans. Les procureurs ont déclaré qu'un juge a ordonné sa mise en détention en attendant d'éventuelles accusations formelles, et qu'il n'a donné aucune information aux enquêteurs.

L’opération a permis aux agents de localiser et de fermer le marché, de mettre hors ligne les serveurs lundi dernier et de saisir l'infrastructure criminelle constituée de plus de 20 serveurs en Moldavie et en Ukraine. On pense que les données stockées donneront aux enquêteurs de nouvelles pistes pour approfondir les enquêtes sur les modérateurs, les vendeurs et les acheteurs.

DarkMarket traitait plus de 320 000 transactions, selon les procureurs, et des cryptomonnaies Bitcoin (plus de 4650 bitcoins) et Monero (plus 12800 moneros) d'une valeur de plus de 140 millions d'euros (170 millions de dollars) y étaient échangés. Le marché proposant à la vente « toutes sortes de drogues » ainsi que « de l'argent contrefait, des données de cartes de crédit volées et falsifiées, des cartes SIM anonymes, des logiciels malveillants et bien d'autres choses encore ».

Le FBI américain, la division de la DEA chargée de la lutte contre les stupéfiants et l'administration fiscale de l'IRS ont pris part à l'enquête avec des policiers d'Australie, de Grande-Bretagne, du Danemark, de Suisse, d'Ukraine et de Moldavie. Europol, l'agence de police européenne, a joué un « rôle de coordination ». L'une des initiatives d'Europol consiste à créer une approche coordonnée de l'application de la loi pour lutter contre la criminalité sur le dark web. Cette initiative implique les services de répression de l'UE et des pays tiers ainsi que d'autres partenaires et organisations concernés.

Pour atteindre cet objectif, le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité d'Europol a mis en place une équipe spécialisée dans le domaine du web noir, qui travaille avec les partenaires de l'UE et les services de répression du monde entier pour réduire l'ampleur de cette économie clandestine illégale.

Dans le cadre de l’opération internationale pour le démantèlement de DarkMarket, Europol a contribué en facilitant l'échange d'informations au niveau international ; fournissant un soutien opérationnel spécialisé et des analyses avancées qui ont aidé les autorités allemandes à identifier et à retrouver l'administrateur présumé. L’agence européenne a également aidé l'Allemagne à coordonner l'effort de collaboration transfrontalière impliquant des partenaires internationaux.

Le démantèlement de cette place de marché clandestine est lié au coup de filet opéré en septembre 2019 en Allemagne contre un important hébergeur de services illégaux du darknet baptisé Cyberbunker, a précisé le parquet. Ce service Web illégal installé dans un ancien bunker de l'OTAN, dans le sud-ouest de l'Allemagne, est soupçonné d'avoir hébergé plusieurs plateformes de vente de drogues, mais aussi des serveurs utilisés pour le trafic d'images pédopornographiques ou des cyberattaques. Trois Néerlandais, trois Allemands et un Bulgare auraient fourni l'infrastructure nécessaire à des activités illégales en ligne avant leur arrestation en septembre 2019. Un procès est en cours en Allemagne pour juger les infractions criminelles reprochées aux animateurs de Cyberbunker.


Ces derniers mois, les marchés noirs sur Internet ont dû faire face à une pression accrue de la part des forces de l'ordre internationales. En septembre, l'Agence européenne des stupéfiants a tiré la sonnette d'alarme en indiquant que la pandémie ne parvenait pas à perturber les trafiquants et les revendeurs de drogue, car les utilisateurs et les vendeurs utilisaient le Web pour s'approvisionner.

Alors que le trafic de rue avait été affecté par les restrictions au plus fort de la pandémie, elle a déclaré que les consommateurs et les revendeurs se tournaient vers les marchés du darknet, les médias sociaux et la livraison à domicile. En septembre également, une opération policière mondiale a permis de mettre fin à l' « âge d'or » des marchés du web sombre, selon les responsables d'Europol de l'époque, grâce à la mise en place de 179 vendeurs clandestins d'opioïdes, de méthamphétamine et d'autres produits illicites sur Internet. Quelque 121 suspects auraient été arrêtés aux États-Unis, suivis par 42 en Allemagne, huit aux Pays-Bas, quatre en Grande-Bretagne, trois en Autriche et un en Suède.

Cette opération, appelée "DisrupTor", a fait suite à la fermeture, en mai 2019, du Wall Street Market, le deuxième plus grand marché du web noir, qui comptait plus de 1,1 million d'utilisateurs et 5400 vendeurs. Cette fermeture intervient dans le cadre d'une opération internationale impliquant le FBI, Europol et les forces de l'ordre fédérales d'Allemagne, d'Israël, des Pays-Bas et du Brésil qui sévissent contre les marchés criminels accessibles sur les plateformes darknet via Tor.

Le FBI a également arrêté en mai 2019 plusieurs personnes soupçonnées d'avoir participé à la gestion de Deep Dot Web, un site Web destiné à faciliter l'accès aux sites Web et aux marchés noirs d’Internet. Deep Dot Web était une plateforme qui agissait comme un répertoire pour les sites Web fonctionnant sur le réseau d'anonymisation Tor. Bien que le site offrait des nouvelles liées au Web sombre, ils offraient aussi un répertoire des sites Web obscurs, y compris les marchés qui vendent de la drogue, des armes, des logiciels malveillants, des renseignements volés, de la pornographie juvénile et d'autres services illicites.

Source : Europol

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Comment ces sites de commerce sur le dark web parviennent-ils à fonctionner aussi longtemps avant de se faire prendre ?

Voir aussi :

Le FBI a saisi Deep Dot Web, un important annuaire du Dark Web, et a arrêté ses administrateurs
Les autorités fédérales américaines saisissent près d'un milliard de dollars en bitcoins dans un portefeuille lié à Silk Road, après avoir fermé le marché noir depuis 2013
Un individu a réussi à transférer un milliard de dollars en bitcoins depuis un portefeuille lié à Silk Road, qui était sans activité depuis 2013
Le plus grand marché du Dark Web prévoit de fermer ses portes le 30 avril, à la suite d'annonces d'arrestations faites par les forces de l'ordre

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !