IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le criminel informatique typique serait jeune, de sexe masculin et peu qualifié,
D'après le chercheur James Crawford

Le , par Nancy Rey

50PARTAGES

21  0 
James Crawford est un chercheur britannique qui a analysé plus de 100 cas de Computer Misuse Act (la loi sur l'utilisation abusive de l'informatique), afin de dresser un tableau du type de criminels informatiques qui non seulement ont infesté les activités numériques de la Grande-Bretagne au XXIe siècle, mais ont également été arrêtés par la police. Dans un rapport technique analysant une période de dix ans de cas signalés publiquement, James Crawford s'est penché sur les compétences apparentes des escrocs pris au piège par les autorités en vertu de la loi sur les abus informatiques, avant d'examiner leurs motivations et leurs caractéristiques démographiques.

Le condamné type au regard de la loi sur l'utilisation abusive des ordinateurs est généralement une personne semi-qualifiée ou peu qualifiée, qui travaille le plus souvent seule et qui, le plus souvent, ne connaît pas sa victime, selon James Crawford, de l'université Royal Holloway de Londres. « La catégorie des personnes peu qualifiées est en grande partie constituée d'ex-employés de l'informatique qui ont utilisé leurs connaissances des systèmes qu'ils exploitaient pour nuire à leurs anciens employeurs », note Crawford.

Dans les données analysées par Crawford, les hommes représentent 97 % des criminels, avec seulement trois femmes sur les 100 cas. « L'âge moyen des personnes considérées comme des pirates informatiques dans ce projet est d'un peu plus de 29 ans au moment de la condamnation. Le plus jeune hacker de l'enquête avait 16 ans au moment de la condamnation (14 ans au moment où il a commis les crimes). Le plus âgé avait 69 ans », précise Crawford. Néanmoins, l'auteur moyen d'abus informatiques criminels est « jeune et de sexe masculin, avec des troubles de la santé mentale et du développement surreprésentés dans leur nombre », a conclu le chercheur.


L’analyse du chercheur à propos de la Computer Misuse Act

La Computer Misuse Act, CMA de 1990 est un texte législatif britannique essentiel qui sanctionne l'acte consistant à accéder à des données stockées sur un système informatique ou à les modifier sans le consentement ou l'autorisation appropriés. Elle a été conçue après l'affaire Regina contre Gold et Schifreen de 1987.

James Crawford n'était pas très positif quant à l'utilisation de la Computer Misuse Act en tant qu'outil d'application de la loi, il déclare à ce sujet : « il semble sûr de conclure que la Computer Misuse Act a vu un retour total de huit condamnations pour des pirates informatiques ayant fait preuve d'un haut niveau de compétence (ou du moins pas sensiblement plus que huit). Ce n'est pas un rendement particulièrement impressionnant de la part de la Computer Misuse Act sur 12 ans, surtout si l'on considère l'importance qui a été accordée à la cybercriminalité au cours de cette période : mise en garde par le fait que des pirates informatiques hautement qualifiés ont pu être condamnés en vertu d'une législation distincte ».

D'un autre côté, les forces de police britanniques ont plutôt bien réussi à détourner les jeunes criminels informaticiens vers des activités qui exploitent leurs talents de manière positive, comme le travail dans l'industrie informatique.

La fréquence relativement faible des poursuites de la Computer Misuse Act correspond à ce qui se voit régulièrement dans les tribunaux. Souvent, les crimes commis à l'aide d'un ordinateur peuvent être poursuivis en vertu des lois sur la fraude, et les procureurs subissent une pression constante pour choisir les chefs d’accusation qui ont le plus de chances d'être condamnées. La Computer Misuse Act, qui n'a pas de directives spécifiques en matière de condamnation, peut être une option moins attrayante lorsque le juge ou le jury peut être informé d'une histoire directe de tromperie au lieu d'entendre un tas de jargon technologique. James Crawford a également noté que 172 affaires de la Computer Misuse Act avaient été introduites entre 2008 et 2020 sans aucune activité de relations publiques de la part des médias ou de la police. En l'absence de preuves facilement accessibles dans le domaine public, il n'a pas été en mesure d'analyser ces cas.

Les statistiques compilées à l'été 2019 ont montré qu'entre 2008 et 2018, un total de 422 personnes ont été accusées d'infractions à la Computer Misuse Act, dont 343 ont été reconnues coupables. Parmi les coupables, 135 ont été condamnés à des amendes ou à des injonctions communautaires et 157 à des peines de prison, avec sursis ou privatives de liberté immédiate. Au cours de cette même période de 10 ans, 644 avertissements ont été émis pour des infractions à la Computer Misuse Act.

Source : Rapport technique

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Les résultats de cette étude sont-ils pertinents ou pas ?

Voir aussi :

Deux jeunes hackers français jugés pour avoir piraté la chaîne Vevo sur YouTube. Et y avoir fait disparaître un clip populaire

Quelqu'un pirate les hackeurs ! Maza, le plus élitiste des forums de cybercriminels russes, s'est fait entièrement pirater

Le monde est-il en état permanent de cyberguerre ? Oui, d'après un rapport de Venafi, l'électricité, l'eau, les soins de santé et les transports sont des cibles potentielles

Un jeune de 19 ans se fait plus d'un million de dollars grâce au hacking éthique, faisant de lui l'un des meilleurs hackers du classement HackerOne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/04/2021 à 12:37
Bonjour,

Je n'ai pas (encore) lu le rapport, mais ce qui est certain c'est que les données de cette études sont totalement biaisées

Ce n'est pas "le criminel informatique typique", mais "le criminel informatique qui s'est fait condamner grâce au computer misuse act au Royaume Uni typique", et cela change absolument tout !

En vrac :
  1. Cela écarte de fait les cybercriminels payés par les états
  2. On peut légitimement penser que ceux qui se sont fait prendre sont parmis les moins bons
  3. Cela restreint la liste aux criminels qui ont agi depuis le Royaume-Uni, ou qui ont été extradés depuis les pays où ils agissaient -- auquel cas cela limite à ceux qui peuvent être extradés, sachant que beaucoup de pays n'extradent pas leur citoyens
  4. Cela écarte tous ceux qui se sont vu proposer un arrangement -- ce n'est pas forcément un grand nombre, mais ce sont souvent des gens techniquement meilleurs


Cela est d'ailleurs confirmé par ce que dit l'auteur "le fait que des pirates informatiques hautement qualifiés ont pu être condamnés en vertu d'une législation distincte"

Également, il est fait mention du fait qu'une bonne partie des actes ont été réalisés contre les anciens employeurs, ce qui suppose donc que, dans ces cas, ces personnes ont agi par vengeance, contrairement aux "meilleurs" cybercriminels qui sont payés pour attaquer une cible, avec qui ils n'ont donc généralement pas de lien.

Le diable se cache dans les détails, mais les conclusions sus-mentionnées sont à mon sens trop génériques pour être vraies.
10  0 
Avatar de Hariom
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 15/04/2021 à 17:15
GangSoleil on peut aussi rajouter qu'une étude qui porte sur 100 cas, c'est pas vraiment une étude...
3  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/04/2021 à 18:19
C'est un peu comme pour la drogue non ?
Il y a les grands pontes qui se font pas arrêter, et c'est les petites frappes qui écopent, ou de simples ex employés rageux ou indélicats, c'est ce que l'étude montre non ?

En fait il y a des accès et des outils en vente sur le Dark web, et ces petites frappes ne font qu'utiliser ces accès ou ces outils, donc c'est souvent des utilisateurs moyens, pas des grands experts, exemples :

L'année 2020 a vu une augmentation de plus de 400 % des logiciels de rançon, d'après une nouvelle étude comparative de Deep Instinct
Une nouvelle catégorie de cybercriminels commet des infractions et vend ensuite les accès, d'après de nouvelles recherches de Digital Shadows
Des pirates informatiques lancent un nouvel outil de jailbreak exploitable sur presque tous les iPhone, en exploitant une vulnérabilité dans le noyau du système

Donc au final il y a quelques experts qui fournissent les accès et les outils, et puis toute une flopées d’utilisateurs qui utilisent ces outils et ces accès, et c'est eux qui se font choper le plus souvent, c'est ce que l'étude montre.

100 c'est pas beaucoup pour une "étude", c'est vrai, mais combien se font chopper dans le monde ? très peu, et donc ramené à l'UK c’est encore bien moins, donc il ne peut faire son étude que sur les données qu'il a, il ne peut pas les inventer

Je pense que cette étude a quand même le mérite de casser certaines idée reçues.
3  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/04/2021 à 21:44
Bonsoir,

Qu'en pensez-vous ?
Données complétement biaisées et étude invalide même ! L'auteur de l'étude lui même, pointe le fait que les "incriminés" sont des personnes de faibles niveau en informatique , ou sont non informaticiens ... Et on nous parle de de pirate informatique . Je dirais plutôt des curieux qui se sont fait chopé ^^

Les résultats de cette étude sont-ils pertinents ou pas ?
Non pas du tout ...

Les vrais criminels de la sorte , en général on évite d' ébruiter, car c'est des dossiers trop sensibles à rendre publique.
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2021 à 11:41
L'égalité des chances ? Non, je suis bien plus préoccupée par le manque d'égalité des chances dans le secteur du piratage informatique : "Les hommes représentent 97 % des pirates." Il est grand temps que les écoles ouvrent ces opportunités de carrière aux hackers féminins et transgenres.
0  1 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2021 à 11:42
En même temps peut-on vraiment "abuser" d'un ordinateur ?
L'information ne concerne que ceux qui se sont fait prendre, peut-on donc en déduire que l'abuseur médian qui s'en est sorti est une vieille femme saine d'esprit et parfaitement formée ?
0  1