IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

300 000 hackers volontaires se réunissent pour combattre la Russie,
Dans un groupe Telegram appelé « IT Army of Ukraine »

Le , par Bruno

111PARTAGES

5  0 
Le mois dernier, le gouvernement ukrainien a fait la demande aux volontaires de l'aider à se défendre contre la Russie. Aujourd’hui, beaucoup ont répondu à l'appel. 300 000 personnes se sont inscrites à un groupe appelé « IT Army of Ukraine » sur l'application Telegram, dans le cadre duquel les participants se voient confier des tâches destinées à porter le combat contre la Russie. Ce faisant, ils tentent d'uniformiser les règles du jeu entre l'une des superpuissances mondiales et l'Ukraine, qui fait face à des bombardements et à une invasion.

Un membre que nous allons appeler Kali a appris à utiliser la technologie en jouant avec le téléphone de son grand-père. Aujourd'hui, l'adolescent suisse tente de paralyser la présence numérique du gouvernement russe et des chemins de fer bélarussiens. Kali fait partie de ces quelque 300 000 personnes qui se sont inscrites dans le groupe Telegram,« IT Army of Ukraine ».


Comme beaucoup de ses pairs, Kali a été dirigé vers le groupe Telegram, qui a des versions ukrainiennes et anglaises, par Mykhailo Fedorov, vice-premier ministre ukrainien et ministre de la Transformation numérique. Fedorov a utilisé son profil Twitter, qui s'est considérablement étoffé, pour implorer les dirigeants des plus grandes entreprises technologiques du monde de couper les liens avec la Russie. Le 26 février, il a posté un lien vers le groupe Telegram, qui a été créé par son département ministériel. « Nous avons besoin de talents numériques, a-t-il déclaré. Il y aura des tâches pour tout le monde ».

Selon NetBlocks, une société qui surveille la connectivité internet mondiale, l'armée cybernétique de pirates informatiques a réussi à perturber les services web russes. Selon cette société, la disponibilité des sites Web du Kremlin et de la Douma la chambre basse du parlement russe a été « intermittente » depuis le début de l'invasion. Les sites des médias d'État, de plusieurs banques et du géant de l'énergie Gazprom ont également été visés.

« Les attaques menées par la foule ont réussi à perturber les sites Web du gouvernement russe et des médias soutenus par l'État », déclare Alp Toker, directeur de NetBlocks. Il ajoute que la Russie a tenté d'atténuer les attaques et de dissuader les pirates en filtrant l'accès à certains sites Web, ce qui a provoqué de nouvelles perturbations.

Le mois dernier, des pirates informatiques s'identifiant au collectif d'hacktivistes Anonymous ont annoncé avoir lancé des cyberopérations qui ont brièvement mis hors service le site Web RT.com du service d'information Russia Today (RT), contrôlé par l'État. Anonymous a également annoncé s'en être pris à de nombreux sites Web du Kremlin, du gouvernement russe et du ministère russe de la Défense. L'agence de presse RT.com a confirmé que l'attaque a eu lieu, précisant qu'elle a ralenti certains sites Web et en a mis d'autres hors ligne pendant « de longues périodes ».

Certains des pirates s'identifiant à Anonymous ont révélé leurs attaques. L'un d'eux, qui a pour pseudonyme @LiteMods, a déclaré dans un tweet : « nous sommes #Anonymous. Nous avons mis hors service le site Web du Kremlin en soutien à #OpRussia. Faites-moi savoir s'il réapparaît ! F**k #Putin. Nous soutenons le peuple ukrainien. Nous sommes légion ». Il a ajouté : « nous n'oublierons pas les vies qui ont été perdues sous le régime de Poutine ».

Selon les analystes, RT a subi la « colère » d'Anonymous, car la couverture par l'agence de presse de la situation en Ukraine s'est faite essentiellement d'un point de vue prorusse, montrant des feux d'artifice et des célébrations joyeuses dans les territoires nouvellement occupés. Au Royaume-Uni, des députés ont déclaré que la chaîne de télévision était « l'outil de propagande personnel » du président russe Vladimir Poutine et qu'elle devait être interdite. Les pirates informatiques auraient eu recours à des attaques par déni de service distribué (DDoS).

Selon certaines sources, Anonymous, agirait plus rapidement que la bureaucratie gouvernementale. Le groupe de cybercriminels a publié plusieurs images d'un document ayant fait l'objet d'une fuite, qui montrent que Poutine avait planifié cette opération depuis longtemps et qu'il en avait déjà donné l'ordre un mois avant le début de l'invasion. C'est à cette époque qu'il prétendait n'avoir aucun plan d'action et qu'il a entamé des discussions avec divers dirigeants mondiaux sous de faux arguments.

Plus tôt cette semaine, des pirates informatiques connus sous le nom de Squad303 ont créé un outil en ligne qui permet aux utilisateurs d'envoyer des messages automatiques à des numéros de téléphone russes choisis au hasard, avec des informations sur la guerre en Ukraine. L'outil hébergé sur le domaine 1920.in charge un message pré-écrit dans l'application SMS native d'un utilisateur qui tente d'informer les Russes sur le conflit en cours.

« Nous savons que les gens voulaient s'engager pour aider les Ukrainiens. Nous voulions leur fournir un outil pour entamer un dialogue avec les Russes, a déclaré le groupe. Nous ne nous attendions pas à ce que la Russie construise le mur de la censure numérique aussi rapidement ». En plus des hommes qui se battent sur le terrain, la guerre en Ukraine se déroule également sur deux autres fronts : la guerre cybernétique et la guerre de communication.

Alors que l'outil de texto semble gagner en popularité, Squad303 affirme qu'il prévoit de publier un outil entièrement nouveau dans les 24 prochaines heures. « Demain, nous publierons un tout nouvel outil pour inonder les Russes de preuves de crimes depuis le champ de bataille encore plus facilement que par SMS », a écrit le groupe. « Et cela ne coûtera rien. » Kali dit que ses parents ne sont pas particulièrement enthousiastes à l'idée de ce qu'il fait, même s'il essaie de ne pas trop leur en parler. Et il n'est pas le seul.

Caroline, une jeune femme d'une vingtaine d'années de la région métropolitaine de New York, a annoncé à ses parents qu'elle s'était engagée dans l'armée informatique. « Ils commencent à s'inquiéter », dit-elle.

Après avoir regardé avec horreur les vidéos Twitter et Instagram révélant l'impact dévastateur du conflit sur les civils ukrainiens, Caroline s'est sentie obligée d'agir lorsqu'elle a vu le tweet de Fedorov. Elle avait vu à quel point la propagation de la désinformation avait été destructrice pendant la campagne présidentielle de Donald Trump. « L'élection de 2016 nous a ouvert les yeux sur les effets malheureux de ces choses, et sur la façon dont cela affecte vraiment certaines de nos relations dans le monde réel. »

Il y avait juste un problème : elle ne savait pas ce qu'était Telegram. Contrairement à Kali, l'ancienne institutrice de maternelle n'est pas une grande adepte du piratage informatique. Au début, elle craignait que l'application, fondée par les milliardaires russes en exil Pavel et Nikolai Durov, ne soit un piège. Mais, après quelques recherches, elle l'a téléchargée et a rejoint le groupe.

Elle s'est sentie dépassée lorsque les administrateurs du groupe ont demandé aux pirates de bombarder les sites web de l'État russe avec des attaques par déni de service distribué (DDoS), qui consistent à bombarder les sites web de trafic pour les rendre inaccessibles. C'est ainsi que de nombreux sites gouvernementaux russes ont été désactivés depuis le début de l'invasion.

Mais Caroline s'est rendu compte que des choses se perdaient dans le torrent d'informations. Les messages de la version ukrainienne du groupe, par exemple, peuvent accumuler des centaines de commentaires en moins d'une heure. Elle a donc aidé le groupe anglophone en rassemblant des informations pour un site web sur la manière de soutenir l'Ukraine et de lutter contre les campagnes de désinformation russes. « J'aime jouer le rôle de filtre, de vent qui pousse les voiles dans la bonne direction », explique-t-elle.

Elle passe des heures chaque jour à partager des informations dans le chat Telegram pour aider le grand nombre d'abonnés. « Je ne peux pas l'expliquer » dit-elle. « C'est juste quelque chose de si inné chez l'homme qui m'a inspirée, que de plus en plus je m'implique. Je reconnais que je n'ai rien de spécial, alors tout ce que je fais, c'est rassembler toutes ces informations pour essayer de démanteler ces campagnes de désinformation ».

Enrique est un expert informatique lituanien d'une trentaine d'années. Il a estimé que rejoindre le groupe Telegram était « la bonne chose à faire ». « Grandir avec vos parents qui vous racontent des histoires sur la façon dont ils ont été exilés en Sibérie vous accompagne toute votre vie », dit-il. « Nous avons peur d'être les prochains ».

Il avait largement négligé l'occupation russe du Donbas, une région de l'est de l'Ukraine que l'armée de Poutine a envahie en 2014 et revendiquée comme territoire russe. Mais comme les nouvelles devenaient plus urgentes à la télévision lituanienne, il ne pouvait plus ignorer la situation. Il est moins concentré sur le démantèlement de l'internet russe que sur la cooptation de Russes ordinaires pour qu'ils se soulèvent contre leur dictateur. « J'espère que le monde pourra faire pression sur les Russes au point qu'ils seront prêts à réévaluer leur éducation, à comprendre que des gens leur demandent de l'aide, à regarder ce qui se passe réellement et peut-être se soulèveront-ils de cette manière », dit-il.

Enrique a été inspiré par la bravoure du peuple ukrainien. Il s'agit de ceux qui sont descendus dans la rue pour défendre leur pays et de ceux qui ont pris place sur leur clavier. L'Ukraine compte 290 000 personnes travaillant dans le secteur des technologies de l'information et constitue le bureau d'externalisation de ces technologies dans le monde. Si beaucoup d'entre eux ont abandonné leur travail pour se battre dans l'armée, d'autres se sont engagés dans l'armée informatique.

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Le piratage des chaînes de télévision russes pour qu'elles diffusent l'hymne ukrainien aide-t-il les Ukrainiens à atteindre leurs objectifs stratégiques ? S'interroge une analyste. Qu'en pensez-vous ?

Selon vous, par quels autres moyens peut-on aider l'Ukraine ?

Pensez-vous que les initiatives occidentales seraient efficaces ?

Voir aussi :

Le gouvernement ukrainien demande aux hackers de l'aider à se défendre contre la Russie, après que des cyberattaques ont touché les principaux sites Web du pays

[URL="https://securite.developpez.com/actu/331420/Le-collectif-de-pirates-informatiques-Anonymous-declare-une-cyberguerre-contre-la-Russie-et-desactive-le-site-d-information-de-l-Etat/"]Le collectif de pirates informatiques Anonymous déclare une "cyberguerre" contre la Russie et désactive le site d'information de

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Ah mais c'est extrêmement simple pour que la paix soit faite en deux jours :
1-L'ukraine et tous les pays limitrophes à la Russie s’engagent a rester neutre.
2-L'ukraine doit arrêter de bombarder et de maltraiter les populations du Dombass

et voila, tu as la paix.
Euuhh, j'ai pas forcement tout tout bien suivi, mais de ton point de vue, la Russie envahi l'Ukraine juste pour protéger le Dombass ?
Parce que dans ce cas, ils protègent vachement bien le Dombass les russes, vu qu'ils sont allé jusqu'à Kiev. Et pis le "bout" de terre qui relie la Russie à la Crimée, c'était vitale de le prendre pour protéger le Dombass, tiens ...

Non, la Russie utilise l'excuse du Dombass.

De plus, juste comme ça : c'est moi qui ai mal compris où à l'origine le Dombass fait partie de l'Ukraine ?
Mais bon, faut dire que la Russie et l'Ukraine disent en chœurs "ça c'est à moi depuis le début", qui raison qui a tord ?
Si on avait un département de France qui tout d'un coup se revendiquait appartenir à un autre pays et que le dit pays se mettait à fournir des armes au département pour qu'il se soulève, je me demande comment la France réagirait ?

Bref, pour moi,c'est plus compliqué et plus subtil que "Ukraine gentil, Russe méchant", mais la Russie utilise clairement l'excuse du Dombass pour envahir l'Ukraine.
16  2 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:49
Salut,

Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
2-L'ukraine doit arrêter de bombarder et de maltraiter les populations du Dombass
J'ai surement raté une étape, alors une source fiable sera la bienvenue.
Merci,
13  3 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/03/2022 à 13:37
Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
A l’époque des faits, qui n'ont pas eu lieu en 2018, Biden été vice president d'Obama.
Il ne faut pas croire non plus les medias occidentaux ! Il ne faut croire personne et lire tout le monde, c'est le meilleur moyen de se faire une opinion au plus proche de la vérité.
+1 On est abreuvés H24 de propagande antirusse, entre BFM antirusse et RT pro russe franchement les 2 ont une fiabilité proche de 0.
Le mieux est d'analyser les faits soi-même ! De voir les documents et vidéos d'archives qui eux sont des preuves réelles !

Je regardais beaucoup RT pendant la révolte des gilets jaunes et ils informaient bien mieux que BFM sur ce sujet. Au lieu de parler des casseurs ils montraient la majorité qui composait le mouvement et ses revendications.
Celui qui fait confiance à TF1 et BFM pour s’informer est aussi stupide (voir plus) que celui qui fait confiance à RT.

Je ne veux pas d'une guerre contre les Russes, mais les médias et politiciens occidentaux font pour je ne sais quelle raison monter la haine contre les Russes, voir les propos de Biden il y'a 2 jours sur Poutine...
Les Américains voulaient la guerre et veulent désormais clairement une aggravation du conflit, car cela leur profite pleinement.
12  2 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Coeur De Roses Voir le message
Je cite uniquement cette partie. Je ne suis pas contre le fait de protéger et soutenir les innocents en Ukraine, mais le niveau de soutien et d'engouement qu'on voit pour cette cause de part et d'autres me laissent perplexe, car comme tu dis il y'a eu d'autres conflits par le passé il me semble, mais il y'avait pas autant d'implication de la part des gens sur le plan international. On est peut être bien dans du 2 poids 2 mesures.
il suffit de penser à israel et à la palestine......

conflit peu suivit... quand il y a des morts palestiniens c'est toujours le même discourt d'israel des terroristes......... alors qu'Israel les aggresses depuis 70 ans

un état raciste et oprimant
https://www.journaldemontreal.com/20...la-citoyennete
10  1 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:43
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
Les sanctions servent à faire pression sur la politique d'un pays sans lui faire la guerre directement. Il n'y a pas si longtemps, on a laissé un pays grignoter petit à petit les territoires proches en espérant, qu'il finisse par redevenir raisonnable. Ca a donné 40-45 et ça a très mal fini. Poutine n'est pas une victime, c'est un dictateur. Le discours de certains selon lequel il faudrait laisser le pays vivre sa vie sans interférer me semble profondément déraisonnable.

Après on pourra toujours discuter de s'il ne vaudrait pas mieux lui faire la guerre directement, mais c'est un autre débat ...
israel grignote du terrain à la palestine depuis 70 ans... et c'est pas encore fini
9  1 
Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 12:48
par contre, ces mêmes entreprises n'ont jamais laissé tomber la propagande ukrainienne. Bah ouais, le camp soi-disant du bien fait aussi de la propagande
11  4 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 14:18
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Concrètement actuellement l'Europe va acheter du pétrole et gaz US (plus cher que le russe forcément) et l'Allemagne (et d'autres pays) vont acheter des avions de combat américain pour se "protéger de la menace rouge".
Et nous Français double peine on peut plus vendre des armes à la Russie, eux au moins ils nous respectaient et l'oncle sam ne pouvait pas faire le coup des sous marin...

Si cette guerre avait le mérite de nous rendre plus indépendant j'applaudirais mais la c'est juste nous rendre encore plus prisonnier des américains.
L'Europe veut désormais acheter aussi du gaz à l'Azerbaïdjan. Pays très démocratique qui à envahi le Haut-Karabagh, puis expulsé les Arméniens, avec le soutien de la Turquie, des armes d’Israël et le silence complice de l'Europe, l’Allemagne en tête.

Donc rien de moral dans ces histoires de boycott du gaz russe.
9  2 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 14:35
Anonymous de toute façon c'est une blague.

C'est un amas de tout et n'importe quoi qui font n'importe quoi parce qu'ils sont n'importe qui

Apres on verras mais si c'est encore comme des ONG genre greenpeace qui ne cible que des entreprise européenne pour ne jamais cibler les entreprise US, on sait ce que ca donnera
8  1 
Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 11:02
Mais oui, j'irai même plus loin : déclarons la guerre à la Russie. Une guerre globale. Toutes nos problématiques seraient réglés en quelques heures : réchauffement climatique, surpopulation, chômage, crise...c'est la solution ! Une guerre thermos-nucléaire globale. Le spectacle serait grandiose !
11  5 
Avatar de Cincinnatus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 22:08
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
T'es surtout tombé sur le meilleur site français ConspiracyWatch, c'est très bon. Bravo !
et me sortir que Pierre Hillard = complotiste, alors que le mec est docteur en géopolitique, je plussoie. Tous ses travaux sont sourcés, un truc de dingo.
Finalement tu trouveras la réponse à tes question sur TF1, tu ne mérites que ça.
Le "mec" est universitaire, soit, mais ça ne présume en rien de ses opinions. Sandrine Rousseau est prof d'université, mais pas très efficace en politique...

Résumé des œuvres de Hillard sur le site sauvonsleurope :
En 2015, il préface aimablement l’ouvrage de Claire Serac « La guerre secrète contre les peuples » qui postule que les « élites » préparent un génocide de masse de l’humanité pour mieux la contrôler, grâce aux armes bactériologiques aux implants, aux nano-particules, au génie génétique et aux trainées de condensations des avions de ligne. Seconde préface la même année, pour l’ « Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine » , qui met au jour le plan de l’élite américaine pour la domination du monde, conçu dans la seconde moitié du XIXème siècle. On croit sentir une inflexion dans la réflexion de Pierre Hillard.

A partir de là, Pierre Hillard publie « La marche irrésistible du nouvel ordre mondial: L’échec de la tour de Babel n’est pas fatal » et « Chroniques du mondialisme » , qui démontrent l’existence d’un projet mondialiste implacable et irrésistible, force de ténèbres à laquelle on ne pourra résister que par un retour renouvelé à la foi catholique. Cette pensée est réactualisée dans l’ « Atlas du mondialisme » et « Archives du mondialisme – De la guerre contre l’Ancien et le Nouveau Testament« .
Il a écrit notamment un bouquin sur les "Minorités et régionalismes" malheureusement "préfacé de Paul-Marie Coûteaux avec une postface de Michel Husson". Ces deux derniers ne font pas dans le "détail de l'histoire" et sont plus à droite que le RN officiel. Ou Hillard partage leurs idées, ou il est mal entouré. Quelle est l'hypothèse la plus probable ?
Et en plus des idées, ces deux derniers sont persécutés par la justice, les pauvres malheureux :

Paul-Marie Coûteaux, compagnon de route de Marion Maréchal et Éric Zemmour, mis en examen
La justice avait ouvert une information judiciaire en mai contre l'ancien député européen villiero-pasquaïen après une enquête de la police judiciaire parisienne.
[...]
la justice a retenu à ce stade « l'administration de substances nuisibles, l'acquisition, la détention et le transport de stupéfiants ».
Edouard Husson, historien proche de Marion Maréchal, mis en cause pour « harcèlement moral » et « abus de confiance »
Edouard Husson est un peu agacé. L’historien, proche de Marion Maréchal et professeur à l’institut qu’elle a fondé à Lyon, est poursuivi par onze membres du personnel de la fondation qu’il dirige à Paris pour « abus de confiance » et « harcèlement moral ». Les salariés ont saisi le procureur de Paris le 19 janvier pour une série de « faits délictuels », notamment des transferts financiers qui ne semblent guère liés aux activités de la fondation.
[...]
Le président Husson est un universitaire reconnu, normalien et spécialiste du nazisme, vice-chancelier des universités de Paris jusqu’en 2012, puis vice-président de l’université de recherche Paris Sciences et Lettres, il dirige aussi l’Institut franco-allemand d’études européennes de l’université de Cergy-Pontoise. Et il n’a pas son drapeau dans sa poche. Il collabore à plusieurs médias d’extrême droite, Boulevard Voltaire, Valeurs actuelles ou TVLibertés ; et est professeur et membre du conseil scientifique de l’Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep) de Marion Maréchal. Il a pris la parole à la convention de la droite, en septembre 2019, aux côtés de la petite-fille de Jean-Marie Le Pen et l’a accompagnée à la National Conservatism Conference de février 2020, à Rome, avec Viktor Orban, le premier ministre hongrois.
Les diplômes ne sont pas un gage de qualité de la réflexion.
7  1