IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La demande de VPN a exceptionnellement augmenté jusqu'à 2692 % de plus que d'habitude en Russie
Depuis que le gouvernement russe a bloqué Instagram et Facebook dans le pays

Le , par Sandra Coret

33PARTAGES

7  0 
En réponse aux crimes de guerre et aux violations des droits de l'homme commis par la Russie à l'encontre des citoyens ukrainiens, de nombreux géants de la tech et organisations ont suspendu leurs services en russe.

La semaine dernière, Meta avait permis à des utilisateurs du monde entier d'envoyer des menaces de mort et de diffuser de la propagande contre le gouvernement de Poutine.

En réponse à cela, le gouvernement russe a complètement bloqué l'application Facebook et l'application Instagram dans la région pour empêcher les utilisateurs de publier des informations offensantes et mal examinées sur la Russie.

En outre, les services de TikTok, MasterCard, Netflix et Visa ont également été interdits en Russie. De même, les domaines d'hébergement web comme IONOS, GoDaddy, Namecheap ne fournissent plus de services aux utilisateurs enregistrés en Russie. En revanche, ils ont annoncé qu'ils fourniraient un hébergement anonyme gratuit et un renouvellement gratuit des produits pour les clients ukrainiens.

Pour en revenir au sujet, l'État russe a été visé par de nombreux pays européens pour sa brutalité en Ukraine, et ils ont complètement interdit Facebook et Instagram.

La Russie a déjà interdit plusieurs réseaux VPN dans le pays. Cela a été principalement fait pour prévenir les violations de données et rendre tous les réseaux plus sûrs. Dans la situation actuelle, après le blocage de Meta par la Russie en raison de sa politique qui permet aux Ukrainiens de proférer des menaces de mort sur l'armée russe, de nombreux Russes ont téléchargé des VPN pour avoir accès aux actualités et aux applications de médias sociaux.

Il s'agit toutefois d'une bonne approche qui permet aux utilisateurs de contourner les informations censurées et de prendre clairement connaissance des faits et des chiffres.


Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Le gouvernement russe interdit les chaînes d'information et les applications de médias sociaux : les citoyens se tournent vers les VPN, passant de 16 000 téléchargements par jour à 700 000

La Russie affirme que les sanctions américaines pourraient entraîner un crash de l'ISS, Musk, le fondateur de SpaceX, suggère que son entreprise pourrait maintenir l'ISS en vol

La demande de l'Ukraine de couper la Russie de l'internet mondial a été rejetée, le fonctionnement de l'Internet n'est pas politisé repond l'ICANN

La Russie envisage de légaliser le piratage de logiciels dans certains cas afin d'atténuer les sanctions, ce qui pourrait porter préjudice aux détenteurs de droit d'auteur et de brevets

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 9:15
Des millions de Russes « percent des trous dans le rideau de fer numérique »,
les téléchargements quotidiens des 10 VPN les plus populaires sont passés de moins de 15 000 à pas moins de 475 000 en mars

Les Russes s'adaptent à un monde où ils n'ont plus accès à de nombreuses plateformes de technologies étrangères en se tournant vers le VPN. Lorsque les autorités russes ont bloqué des centaines de sites internet en mars, Konstantin a décidé d'agir. Ce chef d'entreprise moscovite de 52 ans a percé une brèche dans le rideau de fer numérique qui avait été érigé pour contrôler le récit de la guerre en Ukraine grâce à un outil qui lui permet de surfer sur les sites bloqués et d'avoir un œil sur les informations taboues.

Depuis le début de la guerre le 24 février, plus de 1 000 sites Internet ont été restreints par les autorités russes, notamment Facebook, Instagram, BBC News, Voice of America et Radio Liberty, selon une enquête du site technologique Top10VPN. Les derniers médias russes indépendants ont été contraints de fermer, et ceux en exil qui proposent des contenus critiques - comme le populaire Meduza - ont également été interdits.

Aujourd'hui, le simple fait de qualifier « l'opération spéciale » de Poutine - comme il a appelé de force l'invasion - de "guerre" risque d'entraîner une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison. La liberté d'expression a effectivement disparu ; même les enseignants qui remettent en question l'invasion sont dénoncés aux autorités par leurs élèves.


« Les gens veulent voir des contenus interdits, mais je pense qu'ils sont aussi véritablement effrayés, a déclaré Tonia Samsonova, une entrepreneuse de médias russes basée à Londres. Quelle que soit votre attitude envers le gouvernement ou la guerre, chaque Russe sait que si le gouvernement en sait trop sur vous, c'est potentiellement dangereux. C'est pourquoi un VPN est si utile, même s'ils ne sont pas critiques envers Poutine. »

La Russie s'adapte également à un monde où elle n'a plus accès à de nombreuses technologies étrangères en développant une nouvelle plateforme de supercalculateur qui peut utiliser des processeurs x86 étrangers tels que ceux d'Intel en combinaison avec les processeurs Elbrus du pays. Le nouveau système de référence du supercalculateur, baptisé "RSK Tornado", a été développé pour le compte du gouvernement russe par l'intégrateur de systèmes HPC RSC Group, selon la traduction anglaise d'un communiqué de presse en langue russe publié le 30 mars.

RSC a déclaré avoir créé RSK Tornado en tant que plateforme « interopérable unifiée » pour « accélérer le rythme de substitution important » des systèmes HPC, des centres de traitement des données et des systèmes de stockage des données en Russie. « La plateforme de superordinateur interopérable (ce terme désigne l'interopérabilité de différentes solutions) créée par le "champion national", le groupe RSC, permet l'utilisation simultanée dans un système de nœuds de calcul basé à la fois sur des processeurs d'architecture x86 étrangers et sur des processeurs Elbrus nationaux », a indiqué le communiqué de presse de RSC Group.

Katerina Abramova, porte-parole de Meduza, a déclaré que le trafic en ligne sur le site n'a diminué que brièvement après son interdiction par les autorités russes en mars. Cela s'explique par le fait que, soudainement, le trafic s'est mis à affluer depuis des pays improbables comme les Pays-Bas - ce qui laisse penser que les Russes utilisaient des VPN qui les faisaient passer pour des étrangers.

Konstantin s'est tourné vers un réseau privé virtuel, un tunnel numérique chiffré plus connu sous le nom de VPN. Depuis le début de la guerre en février, les VPN ont été téléchargés en Russie par centaines de milliers par jour. Une augmentation massive de la demande qui représente un défi direct à la tentative du président Vladimir Poutine de couper les Russes du reste du monde.

En protégeant l'emplacement et l'identité des utilisateurs, les VPN permettent désormais à des millions de Russes d'accéder à des contenus bloqués. Le fait d'en télécharger un dans son appartement moscovite a rappelé à Konstantin des souvenirs des années 1980 en Union soviétique, lorsqu'il utilisait une radio à ondes courtes pour entendre les nouvelles interdites des arrestations de dissidents sur Radio Liberty, financée par les États-Unis.

« Nous ne savions pas ce qui se passait autour de nous, et c'est à nouveau vrai aujourd'hui », a déclaré Konstantin, qui, comme d'autres utilisateurs russes de VPN, a parlé à condition que son nom de famille ne soit pas divulgué par crainte de représailles de la part du gouvernement. « Beaucoup de gens en Russie se contentent de regarder la télévision et de manger tout ce que le gouvernement leur donne à manger. Je voulais savoir ce qui se passait réellement. »

Les téléchargements quotidiens en Russie des 10 VPN les plus populaires sont passés de moins de 15 000 juste avant la guerre à pas moins de 475 000 en mars.

Cette semaine, les téléchargements se poursuivaient à un rythme de près de 300 000 par jour, selon les données par la société d'analyse Apptopia, qui s'appuie sur les informations fournies par les applications, les données publiques disponibles et un algorithme pour établir des estimations. Les clients russes téléchargent généralement plusieurs VPN, mais les données suggèrent des millions de nouveaux utilisateurs par mois. Début avril, l'opérateur de télécommunications russe Yota a indiqué que le nombre d'utilisateurs de VPN était 53,5 fois plus élevé qu'en janvier, selon le service de presse d'État Tass.

L'Internet Protection Society, un groupe de défense des droits numériques associé au leader de l'opposition russe emprisonné Alexei Navalny, a lancé son propre service VPN le 20 mars et a atteint sa limite de 300 000 utilisateurs en 10 jours, selon son directeur exécutif Mikhail Klimarev. Sur la base d'enquêtes internes, Klimarev estime que le nombre d'utilisateurs de VPN en Russie a atteint environ 30 % des 100 millions d'internautes du pays.

Pour combattre Poutine, « l'Ukraine a besoin de Javelin (missiles) et les Russes ont besoin d'Internet », a déclaré Klimarev. En accédant à des sites d'information ukrainiens et occidentaux interdits, Konstantin dit qu'il en est venu à sympathiser profondément avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, un ancien comédien que la presse russe a cherché à dépeindre faussement comme un « toxicomane ». « Je l'aimais en tant qu'acteur, mais maintenant, je sais que Zelensky est aussi courageux parce que je l'ai vu parler sur des sites d'information ukrainiens avec mon VPN », a déclaré Konstantin.

Selon les experts russes de l'Internet, non seulement l'utilisation généralisée des VPN permet à des millions de personnes d'accéder à des documents exposant la véritable ampleur des pertes militaires russes et contrecarrant la représentation officielle de la guerre comme une lutte contre les fascistes, mais elle limite également la surveillance des militants par le gouvernement. Les autorités russes ont cherché à limiter l'utilisation des VPN. Une loi anti-VPN en 2017 a entraîné l'interdiction de plus d'une douzaine de fournisseurs pour avoir refusé de se conformer aux règles de censure russes.

Dans les jours qui ont précédé la guerre, et dans les semaines qui ont suivi, les autorités russes ont également fait monter la pression sur Google, demandant au moteur de recherche de supprimer des milliers d'URL associées à des VPN, selon la base de données Lumen, une archive de plaintes juridiques liées aux contenus Internet. Google, qui n'a pas répondu à une demande de commentaire, inclut toujours les sites interdits dans les résultats de recherche.

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé, le 21 avril, qu'il avait interdit à la vice-présidente américaine Kamala Harris, au PDG de Meta, Mark Zuckerberg, et à 27 autres personnalités américaines d'entrer dans le pays. Dans un communiqué publié sur son site Internet, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que cette mesure était une réponse aux « sanctions antirusses de plus en plus sévères » imposées par l'administration Biden.

Le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé viser les cadres supérieurs, les intellectuels publics et les journalistes qui façonnent ce qu'il appelle « le récit russophobe » qui prévaut dans le débat public américain. Outre Harris et Zuckerberg, l'interdiction inclut des hauts fonctionnaires de la défense et de la justice, les PDG de LinkedIn et de Bank of America, des commentateurs très en vue des affaires étrangères, ainsi que le rédacteur en chef du site d'information Meduza, axé sur la Russie.

Dans un communiqué, le ministère a indiqué que les interdictions de voyage s'appliqueraient « à perpétuité » et que la liste des sanctions serait mise à jour « sous peu » en réponse aux « actions hostiles » des autorités occidentales. Des restrictions similaires ont été imposées à 61 citoyens canadiens, accusés eux aussi d'être le fer de lance de politiques « russophobes ». Parmi les personnes sanctionnées figurent Cameron Ahmad, directeur des communications du Premier ministre Justin Trudeau, et le commandant des forces d'opérations spéciales canadiennes Steve Boivin.

Le gouvernement russe hésite à interdire complètement les VPN. Le contrôle d'une telle interdiction constituerait un défi technologique. En outre, de nombreux Russes utilisent les VPN pour accéder à des outils de divertissement et de communications non politiques, des distractions populaires pour échapper aux difficultés quotidiennes.

Moscou a mis en place sa propre autorité de certification pour délivrer des certificats TLS aux sites Web russes touchés par les sanctions ou punis pour l'invasion de l'Ukraine par le président Poutine. Un avis publié sur le portail de service public unifié du gouvernement indique que les certificats seront mis à la disposition des sites Web russes incapables de renouveler ou d'obtenir des certificats de sécurité en raison des sanctions occidentales et des organisations qui refusent de prendre en charge les clients russes. La livraison des certificats est promise dans les cinq jours suivant la demande.

Les Russes disposent d'une alternative locale. Yandex, l'analogue de Google dans le pays, a gagné 16 % de parts de marché local avec son navigateur YaBrowser, bien loin des 55 % de parts que Stat Counter attribue à Chrome de Google. Selon certaines sources, YaBrowser et certains produits Atom reconnaissent déjà les nouvelles autorités de certification russes comme dignes de confiance. Les utilisateurs russes sont donc invités à utiliser ces produits au lieu de Chrome, Firefox, Edge, etc. Parmi les sites qui ont déjà reçu et utilisent actuellement ces certificats fournis par l'État figuraient la Sberbank, la VTB et la Banque centrale russe.

Le mois dernier, lorsqu'une télévision biélorusse lui a demandé s'il avait téléchargé un VPN, même le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, l'a concédé : « Oui, je l'ai fait. Pourquoi pas ? » « Les VPN ne vont pas déclencher une grande révolution en Russie, a déclaré Abramova. Mais c'est un moyen pour les gens qui sont contre cette guerre de rester connectés au monde. »

Natalia, une Moscovite de 83 ans et ancienne opératrice informatique, a demandé à sa fille adulte de l'aider à télécharger un VPN sur son ordinateur portable peu après le début de la guerre. Elle craignait que le gouvernement n'interdise YouTube, l'empêchant ainsi de voir son programme préféré, un talk-show en ligne sur l'actualité technologique.

Au fur et à mesure que la guerre progressait, Natalia s'est mise à consulter des sites d'information interdits, dont Radio Free Europe, pour se tenir informée, alors même que les amis de son entourage adhéraient « totalement » au discours du gouvernement selon lequel les Ukrainiens étaient des nazis et la Russie était confrontée à une menace existentielle de la part de l'Occident.

« Les gens ne croient plus que mensonge après mensonge. Je me sens tellement isolée », dit-elle. Elle déclare, par exemple, qu'elle a pu lire des articles de presse étrangers suggérant qu'il y avait d'importantes pertes russes dans le naufrage du Moskva, le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire. Mais la presse russe n'a fait état que d'un seul décès officiel, 27 soldats étant déclarés « disparus ».

« Les parents ne reçoivent qu'une seule réponse du ministère de la Défense - que leur fils est "porté disparu" », dit-elle. « Disparu ? Vous ne voulez pas dire qu'il est mort ? Mais ce n'est pas ce qu'ils disent. Ils ne disent pas la vérité. » Bien que le téléchargement d'un VPN soit techniquement facile, ne nécessitant généralement que quelques clics, l'achat d'un VPN payant est devenu compliqué en Russie, car les sanctions occidentales ont rendu les cartes de crédit et de débit russes presque inutilisables en dehors du pays.

Cela a contraint de nombreuses personnes à recourir à des VPN gratuits, dont le service peut être irrégulier et qui peuvent vendre des informations sur les utilisateurs. Vytautas Kaziukonis, directeur général de Surfshark, un VPN basé en Lituanie dont le nombre d'utilisateurs russes a été multiplié par 20 en mars, a déclaré que certains de ces clients payaient désormais en cryptomonnaies ou par l'intermédiaire de personnes qu'ils connaissent dans des pays tiers.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La Russie développe une plateforme interopérable de superordinateurs, pour accélérer le remplacement des importations et se passer des fournisseurs étrangers

La Russie crée sa propre autorité de certification TLS pour contourner les sanctions, ces dernières ayant empêché les sites Web russes de renouveler leurs certificats

La Russie punit de 15 ans d'emprisonnement les « fausses nouvelles », Twitter et Facebook désormais bloqués en Russie

La Russie entre dans sa phase de préparation active de déconnexion de l'Internet mondial et d'arrimage à son Internet souverain Runet sur le modèle chinois, d'après le média biélorusse Nexta
9  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 13:51
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Pas certain que le seul blocage de Facebook et Instagram justifie "2692 %" d'augmentation... Est-ce que ce ne serait pas plutôt pour contourner les blocages des sociétés US qui suivent les sanctions de la Russie? (en gros sortir sur un nœud qui n'a pas une IP Russe).
5  0 
Avatar de seedbarrett
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/03/2022 à 16:11
Citation Envoyé par Forge Voir le message
Il est où l'internet libre et décentralisé ?
Tu peux jeter un oeil au projet freenet qui a pour but d'avoir un réseau entièrement décentalisé et non censuré. C'est très bien fichu techniquement également
2  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 14:52
Bonjour,

La demande de VPN a exceptionnellement augmenté jusqu'à 2 692 % de plus que d'habitude en Russie, depuis que le gouvernement russe a bloqué Instagram et Facebook dans le pays

En réponse aux crimes de guerre et aux violations des droits de l'homme commis par la Russie à l'encontre des citoyens ukrainiens, de nombreux géants de la tech et organisations ont suspendu leurs services en russe.

Qu'en pensez-vous ?
Chiffre ahurissant . J'avais cru comprendre que 80 millions de russes utilisent Facebook, Insta et consort ... Ceci explique peut être cela ...
1  0 
Avatar de Forge
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/03/2022 à 15:47
[Attention, commentaire de noob]

Je pensais naïvement que personne ne pouvait prendre le contrôle d'internet.

Or en deux ans, j'ai constaté (le savoir depuis de nombreuses années et en subir les conséquences sont 2 choses différentes) que :
- Facebook et Twitter (pour ne citer qu'eux) pouvait décider des sujets que j'avais le droit de lire ou non ;
- Facebook et Twitter (pour ne citer qu'eux) pouvait m'imposer des messages "pour mon bien" ;
- Facebook et Twitter (pour ne citer qu'eux) pouvait fermer/censurer des comptes/profils/messages qui ne vont pas dans un sens (défini par qui et pourquoi ?) ;
- que les plateformes de streaming se moquaient éperdument que j'utilise un VPN ou non pour m'interdire l'accès à un catalogue qui ne m'est pas destiné - l'identifiant et l'IP suffisent à te reconnaître ;
- qu'un gouvernement peut décider de me couper les accès à certaines applis/sites/information si ce qui j'y fais/lis/écrit ne lui plaît pas.

Il est où l'internet libre et décentralisé ?
Il n'y pas un réseau parallèle (je ne parle pas de sites non référencés) ?

PS : éviter les réponses "bienvenue dans la réalité" ça ne fera pas avancer mon questionnement/étonnement.
2  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 25/03/2022 à 17:54
Facebook et twitter sont des entreprises privées, la création de comptes chez eux est gratuite. Ils décident donc des règles d'utilisation. A cela va venir se greffer la législation, différentes selon le pays.
Personne ne t'oblige à utiliser leurs services, il existe des services comme Signal ou Diaspora (diaspora étant justement décentralisé), cela impliquera que tes interlocuteurs l'utilisent. La liberté a un prix : tu n'aura pas forcément ce que tu avais sur Facebook.
Quand tu es sur Facebook ou twitter, tu n'es pas sur Internet, tu es sur facebook/twitter qui utilisent Internet comme transport.

Sur les plateformes de streaming payant, tu es identifié (login/password), donc changer d'ip ne suffit pas à te proposer un autre catalogue. Il ne s'agit pas là d'Internet libre, tu utilises un service payant, qui utilise Internet pour le transport, avec des conditions d'utilisation, que tu accepte en payant le service, dont la limitation du catalogue par pays/zone géographique fait partie.
Les plateformes de streaming illégales correspondrait plus à de l'Internet libre. Ce n'est pas forcément les plateformes qui sont illégales, mais l'usage qui en est fait : diffusion d’œuvre soumis à droit d'auteur sans autorisation. Tu peux aussi avoir du contenu libre de droit.

Pour l'internet décentralisé, au sens sans serveur, c'est plutôt ce qu'on appelle le darknet, dont freenet fait partie ou aussi les sites en .onion de tor. C'est surtout défavorablement connu par les usages criminels, mais c'est aussi utilisé dans les pays qui limitent la liberté d’expression, et aussi de façon plus sporadique par des utilisateurs avertis. Je pense que l'usage est dans l'ordre ou je le présente.

Il n'y pas forcément besoin de contourner la censure/les limitations en utilisant le darkweb.
2  1 
Avatar de mountain54
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/03/2022 à 6:50
ben,il est logique que le peuple russe,qui avait accès à l'internet mondial essaye de retrouver la liberté à l'information qu'il avait avant!!

en espérant qu'un maximum aie les infos en direct, se fasse son opinion,et agisse contre lui!
0  2 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 15:01
C'est plausible, mais du coup c'est une bonne nouvelle ça veux peut être dire que les VPN seront la cause de la chute de Poutine en Russie, car pas mal de russes seront informés et le bouche à oreille fera le reste.
Poutine est resté à l'heure de l'URSS, il a peut être sous estimé internet.
1  4 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/05/2022 à 20:19
Bonsoir,

Des millions de Russes « percent des trous dans le rideau de fer numérique », les téléchargements quotidiens des 10 VPN les plus populaires sont passés de moins de 15 000 à pas moins de 475 000 en mars

Quel est votre avis sur le sujet ?
Les russes savent encore faire preuve de bon sens ... malgré la mégalomanie de certaines de leurs dirigeant
0  3