IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

En 2022, 62,9 % des organisations attaquées affirment qu'elles paient activement une rançon
Même si les données conseillent le contraire, d'après CyberEdge

Le , par Sandra Coret

47PARTAGES

2  0 
Les données de CyberEdge révèlent que de plus en plus d'organisations choisissent de payer une rançon lorsqu'elles sont attaquées par des pirates, même si les données conseillent le contraire.

Les rançongiciels sont une terrible épreuve à traverser, en plus du risque de se faire prendre par le SWAT. Entre les facettes de la technologie qui constituent les ransomwares, et la marche bancale de la blockchain, des crypto-monnaies et des NFT, nous avons tristement atterri dans la ligne de temps la plus sombre. Il est relativement courant de tomber sur une forme de logiciel malveillant en ligne de nos jours, et les ransomwares en sont peut-être l'exemple le plus extrême.

Les ransomwares sont des logiciels qui chiffrent les fichiers d'un appareil et les rendent totalement inaccessibles.


Le téléchargement accidentel d'une forme quelconque de ransomware signifie que tout ce qui est important sur un appareil (documents, applications, autres logiciels) sera littéralement verrouillé pour la victime. La seule façon de récupérer ces informations est de payer la rançon que les individus à l'origine de l'attaque exigent de leurs victimes. Les coupables sont de plus en plus audacieux dans leurs demandes et, au lieu de tenir bon, les organisations acquiescent de plus en plus aux demandes qui leur sont faites.

En 2022, 62,9 % des organisations affirment qu'elles paient activement une rançon au lieu de suivre d'autres pistes, légales ou non. Le problème, c'est que, si l'inaccessibilité des données est une source de tracas, la fermeture d'un grand nombre d'ordinateurs et l'interruption du service à la clientèle ont tendance à faire plus mal au portefeuille que les rançongiciels. Le montant moyen payé par les entreprises pour récupérer leurs données s'élevait à 541 010 de dollars en 2022.

Il existe des données significatives indiquant que le fait d'attendre les coupables de ransomware a tendance à réduire le montant de leurs demandes, ce qui est une bonne nouvelle pour toute organisation qui est prête à faire preuve de la patience nécessaire pour gérer la fermeture d'un ordinateur de travail.




Source : CyberEdge

Et vous ?

Trouvez-vous ce rapport pertinent ?

Voir aussi :

Le pourcentage de rançons payées pour les ransomware s'est maintenu dans les 20 % au dernier trimestre de 2021, contre 50 % autrefois, la rançon moyenne payée était d'environ 167 000 $

80 % des organisations qui ont payé la rançon après une attaque par ransomware ont été frappées à nouveau, d'après une nouvelle étude de Cybereason

Censuswide : près de la moitié des victimes de ransomware sont à nouveau touchées par le même attaquant, après avoir payé la première rançon

Les victimes de ransomware récupèrent rarement leurs données après avoir payé, le rapport de Sophos révèle que payer la rançon n'est peut-être pas la meilleure façon de faire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !