IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ancien conseiller de SolarWinds avait mis en garde contre le laxisme de la sécurité des années avant le piratage,
Mais son plan pour réduire les risques aurait été ignoré

Le , par Stan Adkens

154PARTAGES

9  0 
Un ancien conseiller en sécurité de SolarWinds a récemment déclaré qu'il avait averti la direction des risques liés à la cybersécurité et avait élaboré un plan il y a des années pour les améliorer. Ian Thornton-Trump avait déclaré à SolarWinds en 2017 que « la survie de l'entreprise dépend d'un engagement interne en matière de sécurité ». Mais les suggestions ont finalement été ignorées. Des clients d’un logiciel de gestion de réseaux de SolarWinds, dont plusieurs principales agences fédérales américaines et des sociétés privées, ont été victimes d’un cyberespionnage qui a duré plusieurs mois.

Ian Thornton-Trump travaillait chez LogicNow, une entreprise de Cloud Computing basée au Royaume-Uni, lorsqu'elle a été rachetée par SolarWinds en juin 2016. Avec près de deux décennies d'expérience dans le domaine de la cybersécurité, Thornton-Trump a déclaré qu'il avait aidé LogicNow à développer sa marque sur le marché de la sécurité.


Une présentation PowerPoint de 23 pages dans laquelle Thornton-Trump a recommandé aux dirigeants de l'entreprise en 2017 que SolarWinds nomme un directeur principal de la cybersécurité afin de s’engager dans une stratégie interne en matière de sécurité. Le conseiller en sécurité a remis le PowerPoint à au moins trois dirigeants de SolarWinds, tant du côté du marketing que de la technologie de la société, a-t-il dit.

Le mois suivant, il mettait fin à sa relation avec l'entreprise, affirmant que sa direction n'était pas intéressée par des changements qui auraient eu « un impact significatif », considérant une brèche majeure comme inévitable.

Dans un e-mail qu'il a envoyé à un dirigeant de SolarWinds le 15 mai 2017, qui expliquait les raisons de son départ, Thornton-Trump avait expliqué avoir « perdu confiance dans le leadership » de l'entreprise, qui selon lui semblait « réticent à apporter les corrections » qu'il jugeait nécessaires pour continuer à soutenir la marque de sécurité qu'il avait créée chez LogicNow.

« Il y avait un manque de sécurité au niveau du produit technique, et il y avait un leadership minimal en matière de sécurité au sommet », a déclaré Thornton-Trump dans une interview. « Nous savions en 2015 que les pirates cherchaient n'importe quelle voie vers une entreprise. Mais SolarWinds ne s'est pas adapté. C'est ça la tragédie. Il y avait beaucoup de leçons à apprendre, mais SolarWinds ne prêtait pas attention à ce qui se passait. »

Thornton-Trump ainsi qu'un ancien ingénieur en logiciel de SolarWinds ont déclaré qu'étant donné les risques de cybersécurité dans l'entreprise, ils considéraient une brèche majeure comme inévitable. Leurs inquiétudes concernant SolarWinds sont partagées par plusieurs chercheurs en cybersécurité, qui ont découvert ce qu'ils ont décrit comme des failles de sécurité flagrantes dans l'entreprise, dont les logiciels ont été utilisés dans une campagne de piratage informatique russe présumée.

« Je pense que du point de vue de la sécurité, SolarWinds était une cible incroyablement facile à pirater », a déclaré Thornton-Trump, aujourd'hui directeur de la sécurité informatique de la société de renseignements Cyjax Ltd.

Depuis la semaine dernière, 200 clients de la société SolarWinds, dont des agences gouvernementales américaines - le Département d'État, le DHS, le Trésor, le Département du Commerce et même l'Administration nationale de la sécurité nucléaire - et un nombre encore inconnu d'entreprises privées, y compris Microsoft et FireEye, ont vu leurs réseaux informatiques infectés par des pirates informatiques.

Au cours d'une opération que les experts en cybersécurité ont décrite comme extrêmement sophistiquée et difficile à détecter, les pirates ont installé un code malveillant dans les mises à jour du logiciel Orion de SolarWinds, largement utilisé, qui a été envoyé à pas moins de 18 000 clients.

D’autres failles découvertes dans les pratiques de sécurité de SolarWinds avant le piratage

En réagissant à une demande de commentaire à propos de la présentation de 2017 et sur d'autres problèmes de sécurité identifiés par des chercheurs, un porte-parole de SolarWinds a déclaré : « Notre priorité absolue est de travailler avec nos clients, nos partenaires industriels et les agences gouvernementales pour déterminer si un gouvernement étranger a orchestré cette attaque, pour mieux comprendre toute sa portée et pour aider à répondre aux besoins des clients qui se développent. Nous faisons ce travail aussi rapidement et de manière transparente que possible. Nous aurons tout le temps de regarder en arrière et nous prévoyons de le faire de manière tout aussi transparente ».

Un ancien employé de SolarWinds, qui a travaillé comme ingénieur logiciel dans l'un des bureaux américains de la société, a dit dans une déclaration que SolarWinds semblait donner la priorité au développement de nouveaux produits logiciels plutôt qu'aux défenses internes de cybersécurité. L'employé a déclaré qu'il n'était pas rare que certains des systèmes informatiques de l'entreprise fonctionnent avec des navigateurs Web et des systèmes d'exploitation obsolètes, ce qui pouvait les rendre plus vulnérables aux pirates.

D’autres chercheurs en cybersécurité ont également déclaré avoir découvert des failles dans les pratiques de sécurité de SolarWinds. L'un d'entre eux, Vinoth Kumar, a déclaré avoir informé SolarWinds en 2019 que le mot de passe d'un de ses serveurs avait fait l'objet d'une fuite en ligne. Le mot de passe, selon Kumar, était "solarwinds123". SolarWinds a dit à Kumar à l’époque que le mot de passe avait été visible en raison d'une « mauvaise configuration », et l'a supprimé.

En outre, jusqu'à récemment, SolarWinds conseillait à ses clients sur son site Web de désactiver le scannage de virus pour les produits de la plateforme Orion afin que ces produits puissent fonctionner plus efficacement, selon plusieurs chercheurs en cybersécurité qui ont publié un article à ce sujet sur Twitter. La page Web de SolarWinds a par la suite été retirée.

Jake Williams, un ancien hacker de l'Agence de sécurité nationale américaine qui est maintenant président de la société de cybersécurité Rendition Infosec, a déclaré que les entreprises technologiques telles que SolarWinds qui produisent du code informatique « ne font souvent pas bien la sécurité ».

« La sécurité est un centre de coûts, pas un centre de profit », a déclaré Williams. « Je pense que cela a probablement beaucoup à voir avec cela. Un problème sous-jacent à SolarWinds s'est probablement glissé dans certaines bonnes pratiques de sécurité manquantes ».


Tim Brown, ancien directeur de la technologie chez Dell Security, a été recruté par SolarWinds pour occuper le poste de vice-président de l'architecture de sécurité après le départ de Thornton-Trump. Dans une interview accordée à une publication spécialisée l'année dernière, Brown a déclaré qu'il travaillait à la protection des systèmes de SolarWinds contre les attaques. « Nous testons notre processus de réponse aux incidents tous les jours - au cas où quelque chose d'important nous arriverait de l'extérieur », a-t-il déclaré. « Nous avons eu de la chance, et c'est génial ». Lorsque des entreprises sont piratées, a ajouté Brown, c'est souvent de leur propre faute. « Si vous regardez les attaques qui ont réussi, la plupart d'entre elles ont été des erreurs stupides », a-t-il dit.

« La sécurité n'est pas une considération importante ni même bien comprise », a déclaré cette semaine Bryan Ware, ancien directeur adjoint de la CISA. « De nombreux directeurs de l'information ont acheté et déployé des logiciels SolarWinds sophistiqués, donc je ne m'interroge pas seulement sur le vendeur ».

Selon un rapport publié cette semaine, les pirates informatiques ont pu exploiter une vulnérabilité logicielle pour pénétrer dans les infrastructures critiques des agences américaines parce que le gouvernement fédéral ne procède qu'à des inspections de sécurité superficielles des logiciels qu'il achète à des entreprises privées pour un large éventail d'activités, de la gestion de bases de données à l'exploitation d'applications de chat internes.

Le sénateur démocrate Ron Wyden a déclaré que « Le gouvernement a désespérément besoin de fixer des exigences minimales de sécurité pour les logiciels et les services, et de refuser d'acheter tout ce qui ne répond pas à ces normes ». « Il est incroyablement contre-productif pour les agences fédérales de dépenser des milliards pour la sécurité et de donner ensuite des contrats gouvernementaux à des entreprises avec des produits non sécurisés ».

Sources : Ian Thornton-Trump, Tweet

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous des sociétés comme SolarWinds qui ne tiennent pas compte des avertissements de sécurité ?
Peut-on se prémunir contre ce type de piratage qui a utilisé le produit Orion de SolarWinds ?

Voir aussi :

L'attaque de la chaîne d'approvisionnement contre la société SolarWinds expose près de 18 000 organisations, ce piratage peut dévoiler de profonds secrets américains ; les dégâts sont encore inconnus
Comment la confiance des agences US dans des logiciels non testés a ouvert la porte aux piratages, les autorités devraient fixer des exigences minimales de sécurité pour les logiciels et services
Les Etats-Unis accusent la Chine de cyberespionnage des entreprises et agences américaines, HPE, IBM piratés et les données de leurs clients volées
L'Union européenne prononce ses premières sanctions liées à la cybercriminalité, contre des Russes, Chinois et Nord-Coréens, impliqués dans des attaques comme WannaCry, NotPetya ou Cloud Hopper

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 9:36
Les États-Unis prévoient une contre-attaque cybernétique "agressive" contre la Russie,
dans le cadre d'un changement majeur de tactique destiné à servir d’avertissement aux puissances rivales

L'attaque, qui devrait avoir lieu dans les quinze prochains jours selon le New York Times, est une riposte au piratage de SolarWinds, l'infiltration à grande échelle d'agences gouvernementales et de sociétés américaines découverte à la fin de l'année dernière et dont l'origine remonte au Kremlin. Elle impliquerait des sanctions économiques accrues. Des actions clandestines devraient en outre être menées sur les réseaux russes afin de les rendre visibles pour le gouvernement de Vladimir Poutine et les services de renseignements, mais sans que celles-ci ne le soient pour le reste du monde. L’objectif de l’administration Biden ici, est d’envoyer un message aux Russes afin de pouvoir engager une vraie discussion stratégique avec ces derniers.

« C’est un ensemble d'actions à la fois visibles et invisibles », c’est ainsi que Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche, a décrit la réplique que préparent les États-Unis contre la Russie à la suite de la cyberattaque SolarWinds. Cette décision intervient alors que Joe Biden s'est engagé la semaine dernière, dans une guerre des mots avec Vladimir Poutine, qualifiant le président russe de « tueur ». En même temps, la Maison Blanche a attaqué la Chine pour ses violations des droits de l'homme lors de l'ouverture tendue de pourparlers en tête-à-tête.

Les États-Unis ne cibleront pas les structures ou les réseaux civils, mais le piratage est plutôt conçu comme un défi direct à Vladimir Poutine, le président russe, et à sa cyberarmée. La Maison Blanche a confirmé qu'elle prendrait un mélange d’actions vues et invisibles, mais sans toutefois préciser quand ni comment elle le ferait. Une telle mesure marquerait un changement de tactique par rapport aux administrations précédentes, qui ont largement agi de manière défensive contre la cyberguerre de Moscou. Donald Trump a adopté une approche beaucoup plus prudente à l'égard de la Russie, prenant soin de ne jamais critiquer ou défier directement le régime.


« Je pense en fait qu'un ensemble de mesures qui sont comprises par les Russes, mais qui peuvent ne pas être visibles pour le monde entier, sont en fait susceptibles d'être les mesures les plus efficaces en termes de clarification de ce que les États-Unis estiment être dans les limites et hors limites, et de ce que nous sommes prêts à faire en réponse », a déclaré Jake Sullivan, conseiller américain à la sécurité nationale.

Une source gouvernementale russe a déclaré qu'ils prévoyaient que ces cyberattaques prendraient la forme d'une « campagne d'information à grande échelle » visant à discréditer le vaccin russe à coronavirus. Les responsables russes s'attendraient à des « fake news » sur l'efficacité de son vaccin Sputnik-V, visant principalement les pays européens qui ont donné leur accord d'urgence à la vaccination, comme la Hongrie, la Slovaquie et la Serbie. Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin, s'est dit alarmé par ces informations. « Ce serait de la cybercriminalité internationale pure et simple », a-t-il déclaré aux médias d'État.

Joe Biden a signalé cette semaine qu'il adopterait une position agressive à l'égard des ennemis de l'Amérique. La querelle latente avec Moscou s'est intensifiée cette semaine lorsque Joe Biden a qualifié Vladimir Poutine de « tueur », incitant le président russe et ses assistants à qualifier le nouveau commandant en chef des États-Unis de vieux et de sénile. En effet, Joe Biden, qui interrogé par un journaliste qui lui demandait s'il pensait que son homologue russe Vladimir Poutine était « un tueur », a acquiescé et a promis qu'il paierait « le prix » de ses actes.

Quelques heures après les propos du président américain, la Russie a annoncé, avoir rappelé son ambassadeur aux États-Unis. Selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassadeur à Washington, Anatoli Antonov, a été rappelé à Moscou « pour des consultations afin d'analyser ce qu'il faut faire et où aller en ce qui concerne les relations avec les États-Unis », tout en assurant vouloir éviter la « dégradation irréversible » des relations avec les États-Unis, qui se trouvent « dans un état difficile » depuis des années.


Quelques jours plus tôt, les agences de renseignement américaines ont publié un rapport sur la tentative de la Russie d'interférer avec l'élection de novembre dernier, en faveur de Donald Trump. « Biden va faire dans les prochaines semaines quelque chose que Trump n'a jamais pu faire : préparer des représailles contre la Russie », a déclaré Frank Figliuzzi, ancien directeur adjoint du FBI.

La Russie et les États-Unis s'étaient engagés à respecter les mesures dites de « cyberconfiance », qui permettaient aux pays d'avoir une ligne de conduite confidentielle sur d'éventuelles violations, mais l'accord s'est effondré de manière spectaculaire en 2016 lorsque des pirates russes ont ciblé le Comité national démocrate. Les États-Unis ont alors pris une mesure sans précédent pour identifier et dénoncer les hackers russes liés au gouvernement, mais cela n'a pas dissuadé d'autres attaques. Il y a beaucoup de confusion sur la façon dont les États-Unis vont réagir parce que les anciennes stratégies de traitement de la Russie ne fonctionnent plus. « Les anciennes stratégies d'endiguement ne fonctionnent plus », a effectivement déclaré Andrei Soldatov, un expert russe en cybercriminalité.

Ce problème est d’autant plus important à gérer que la nouvelle administration doit également prendre en compte la gigantesque cyberattaque qui a touché Microsoft. La firme de Redmond a informé le grand public que des milliers d’entreprises, de villes, et d’institutions locales subissent des piratages. Elle a très vite affirmé que la République populaire de Chine se trouvait derrière ces offensives. Le gouvernement sera donc tenté de répliquer, mais comme dans le cas russe, cela devrait se faire avec une extrême prudence. Beaucoup craignent en effet qu’une réponse trop brutale ne dégénère vers un conflit plus important.

Brett Bruen, un ancien diplomate américain qui a été directeur de l'engagement mondial à la Maison Blanche du président Obama, a déclaré : « Qu'il s'agisse de la Russie ou de la Chine, nous allons devoir donner du mordant à nos politiques. Il y a eu beaucoup de déclarations, nous devons être prêts à mettre du poids derrière ce que nous faisons ».

Source : New York Times

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Au moins 30 000 organisations US ont été piratées via des failles dans Microsoft Exchange, des correctifs ont été publiés, mais l'attaque continuerait sur les serveurs non patchés

Les pirates informatiques proposent de vendre à Microsoft et Cisco davantage de code source lié à l'incident Solarwinds et offrent l'accès au code source de Windows 10 volé pour 600 000 dollars

Les pirates informatiques de SolarWinds ont pu accéder au code source de Microsoft, qui avait précédemment détecté sur son réseau une porte dérobée sans incidence sur son système de production

Président de Microsoft : le piratage de SolarWinds a été « l'attaque la plus importante et la plus sophistiquée » jamais réalisée, les empreintes informatiques de plus de 1000 développeurs trouvées
15  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 18/07/2021 à 13:09
Les États-Unis restreignent le commerce avec quatre sociétés informatiques et d'autres entités,
en raison de leurs liens avec la Russie

En avril, dans un avis conjoint, la National Security Agency, le FBI et la Cybersecurity and Information Security Agency ont déclaré que le service de renseignement extérieur russe, en abrégé SVR, a mené l'attaque de la chaîne d'approvisionnement contre les clients du logiciel de gestion de réseau édité par SolarWinds, basé à Austin, au Texas. Le groupe de renseignement et de sécurité, qui a enquêté sur la campagne massive de piratage informatique, avait déjà déclaré en janvier que les cybercriminels étaient « vraisemblablement d’origine russe » et que l'attaque était considérée comme un acte d'espionnage plutôt que de cyberguerre.


La campagne, qui a débuté des mois avant d’être découverte, a infecté le système de construction et de distribution des logiciels de SolarWinds et l'a utilisé pour envoyer des mises à jour détournées à environ 18 000 clients. Les pirates ont ensuite envoyé des charges utiles de suivi à une dizaine d'agences fédérales américaines et à une centaine d'organisations privées. Outre l'attaque de la chaîne d'approvisionnement de SolarWinds, les pirates ont également utilisé des mots de passe et d'autres techniques pour pénétrer dans les réseaux. Microsoft est l’une des sociétés privées de premier plan qui ont été touchées par l’opération malveillante et dont le code de ses produits a été volé et mis en vente par les cybercriminels.

Le même mois, le Département du Trésor américain a fait un communiqué qui était accompagné de sanctions en représailles à ce qu'il a qualifié « d'activités agressives et nuisibles du gouvernement de la Fédération de Russie ». Les mesures comprenaient des sanctions contre six entreprises basées en Russie qui, selon le Département, « ont soutenu les efforts des services de renseignement russes pour mener des cyberactivités malveillantes contre les États-Unis ».

Les six sociétés et instituts russes concernés par ces sanctions américaines sont : ERA Technopolis, Pasit, SVA, Neobit, AST et Positive Technologies.

« La raison pour laquelle elles ont été mentionnées est qu'elles font partie intégrante de l'opération que le SVR exécute et y participent », a déclaré le directeur de la cybersécurité de la NSA, Rob Joyce, à propos des six sociétés. « Nous espérons qu'en privant le SVR du soutien de ces sociétés, nous réduirons leur capacité à projeter certaines de ces activités malveillantes dans le monde et en particulier aux États-Unis ».

Alors que certains experts en sécurité nationale affirment que l'opération de piratage de SolarWinds pourrait être considérée comme une activité d'espionnage traditionnelle, ce qui n'est pas rare chez les pirates du gouvernement, le Département du Trésor a dit dans son communiqué que « la portée et l'ampleur de cette compromission, combinées à l'histoire de la Russie dans la réalisation de cyberopérations imprudentes et perturbatrices, en font une préoccupation de sécurité nationale ».

De nouvelles sanctions

Vendredi 16 juillet 2021, les États-Unis ont porté un nouveau coup à l'industrie russe de la cybersécurité, restreignant le commerce avec quatre sociétés de technologie de l'information et deux autres entités pour des activités « agressives et nuisibles » (y compris l'espionnage numérique) que Washington impute au gouvernement russe.

Une publication du ministère du Commerce a déclaré que les six entités avaient été sanctionnées par le département du Trésor américain en avril, qui visait des entreprises du secteur technologique qui soutiennent les services de renseignement russes.

Leur ajout à la liste noire du département du Commerce signifie que les entreprises américaines ne peuvent pas faire affaire avec eux sans licences, qui sont rarement accordées.

L'annonce fait donc suite aux sanctions d'avril, qui visaient à punir Moscou pour piratage, ingérence dans les élections américaines de l'année dernière, empoisonnement du critique du Kremlin Alexei Navalny et d'autres actions présumées malveillantes (des allégations que le Kremlin nie).

Les sanctions surviennent alors que les États-Unis répondent à un rythme d'intrusions numériques imputées à des espions soutenus par le gouvernement russe et à une série d'épidémies de ransomwares de plus en plus perturbatrices imputées aux cybercriminels russes.

Les entités ajoutées à la liste noire sont Aktsionernoe Obshchaestvo AST; Aktsionernoe Obshchestvo Pasit; Aktsionernoe Obshchestvo Pozitiv Teknolodzhiz, also known as JSC Positive Technologies; Federal State Autonomous Institution Military Innovative Technopolis Era; Federal State Autonomous Scientific Establishment Scientific Research Institute Specialized Security Computing Devices and Automation (SVA); et Obshchestvo S Ogranichennoi Otvetstvennostyu Neobit.

Era est un centre de recherche et un parc technologique exploité par le ministère russe de la Défense ; Pasit est une société informatique qui a fait de la recherche et du développement à l'appui des cyberopérations malveillantes du service russe de renseignement étranger ; SVA est une institution publique russe qui aurait également soutenu des cyberopérations malveillantes ; et les sociétés de sécurité informatique basées en Russie Neobit, AST et Positive Technologies ont des clients qui incluent le gouvernement russe, selon les États-Unis.

Positive Technologies a déclaré que l'annonce du département du Commerce ne contenait aucune nouvelle information et que la société s'était engagée dans « l'échange éthique d'informations avec la communauté professionnelle de la sécurité de l'information » et n'avait jamais été impliquée dans une attaque contre l'infrastructure américaine.

Les autres entités n'ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires des médias ou n'ont pas pu être jointes.

Les restrictions contre l'industrie technologique russe sont en préparation depuis des mois. Le jour même où les sanctions du Trésor ont été annoncées, le procureur général adjoint de l'époque, John Demers, a déclaré aux journalistes que des responsables étaient en train d'évaluer des dizaines d'entreprises russes en vue d'un éventuel renvoi au département du Commerce.

Demers a déclaré que les enquêteurs examineraient « un lien connu entre une entreprise particulière et les services de renseignement russes » tandis qu'ils évaluaient si une entreprise représentait un risque. Les entreprises non russes qui ont des opérations de back-office en Russie seront également examinées, a-t-il déclaré.

Les États-Unis ajoutent des entités à la liste noire du commerce du département du Commerce qui, selon eux, présentent un risque pour la sécurité nationale ou les intérêts de politique étrangère des États-Unis.

Source : Département du Trésor américain
10  0 
Avatar de der§en
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/03/2021 à 14:26
Rhooo, la faute d'un stagiaire, franchement quel manque d'imagination...
6  0 
Avatar de Fagus
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/04/2021 à 13:50
Les USA écoutent et piratent le monde entier notamment pour voler les secrets industriels et diplomatiques (allo Merkel ;-) ?). La belle affaire, les chancelleries occidentales en remercient leurs alliés américains et en demandent encore. Demandez à Snowden et Assange ce qu'ils en pensent. Ah ? on me dit que le dernier est au secret dans une prison de haute sécurité britannique ? (alors que toutes les charges contre lui ont été abandonnées ou les peines ont expiré ?).

Les Américains et les vassaux européens ont tellement acculé la Russie qu'au final, on semble en sortir plutôt perdants nous les Européens. On aurait pu avoir un allié, on avait un partenaire économique, et on se retrouve face à une puissance militaire qu'on rend hostile et qu'on pousse à s'allier à la Chine.

Tiens, le jour où la Chine mangera Taïwan, et obtiendra ainsi l'hégémonie mondiale sur quasi toute la chaîne de production de composants électroniques, on fera moins nos malins puisqu'il n'y en a plus en occident, notamment grâce aux entreprise françaises sans usines, puis sans R&D, puis finalement sans entreprises.

Peut être que si les Russes ne sont pas trop vaches, ils voudront bien nous faire un prix d'ami sur leurs processeurs russes
5  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 17/02/2021 à 7:33
Haa ! Les américains ! Tellement fiers de leur Quick and Dirty ! Et voilà...
4  0 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 14/03/2021 à 11:05
« Wow, je suis complètement sans voix ici », a écrit sur Twitter Dave Kennedy, fondateur de la société de sécurité TrustedSec. « Microsoft a vraiment retiré le code PoC de Github. C'est énorme, retirer de GitHub le code d'un chercheur en sécurité contre leur propre produit et qui a déjà été patché ».

Wow, le mec, il déconne à donf ! Microsoft à pris cette décision car il restait 125 000 serveurs non encore "patchés". Ben ouais, c'est ballot, mais ils protègent un peu leurs clients aussi.
Si des chercheur en securité sont en désaccord, ils peuvent aller voir ailleurs que sur GitHub.

Quant au fond de l'affaire, des groupes terroristes soutenus par l'Etat chinois, ils en pensent quoi, ces "chercheurs" ?
6  2 
Avatar de Daïmanu
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/12/2020 à 11:07
À chaque fois que je vois ce genre de news je suis aussi dégoûté que ce personnage de CommitStrip.

3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 10:56
Comment peut-on critiquer les actions de ses ennemis lorsque l'on démontre que l'on tout aussi mauvais que lui ? Ça ressemble juste à une banale rivalité enfantine... Et dans ces cas là, tout le monde fini toujours trempé
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 10:58
Les USA disposent de 18 agences de renseignement disposant d'un effectif supérieur à 100'000 collaborateurs avec un budget annuel supérieur à 55 milliards de dollar. A cela s'ajoute des milliers d'entreprises privées sous contrat avec le gouvernement américain portant l'effectif des services de renseignement américains à plus de 400'000 personnes...

Et donc, on veut nous faire croire que c'est seulement dans quelques semaines que les USA ayant perdu patience vont finir par organiser une action cybernétique "agressive"... C'est une farce?
5  2 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/03/2021 à 20:23
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Le déclenchement d'une cyberguerre est très mauvais pour toutes les parties concernées au niveau mondial.
Pas forcément: c'est très mauvais pour nous, pas pour certains.

Avant, il fallait dire qu'un pays fabriquait des armes de destruction massive pour le piller/mettre sous sanctions se défendre. Maintenant il suffira de dire que l'on a reçu des cyberattaques!
4  1