IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

États-Unis : le piratage des agences fédérales est « vraisemblablement d'origine russe », selon les agences de sécurité nationale,
Et semblait être destiné à la « collecte de renseignements »

Le , par Stan Adkens

6PARTAGES

5  0 
Les services de renseignement et les forces de l'ordre des Etats-Unis qui enquêtent sur la campagne massive de piratage informatique visant les agences gouvernementales américaines et les entreprises du secteur privé ont publié une déclaration commune mardi, emboîtant le pas aux experts et médias qui avaient déjà accusé le groupe APT29 d’être à l’origine de la cyberattaque. La déclaration conjointe indique que les cybercriminels étaient « vraisemblablement d’origine russe » et que l'attaque était considérée comme un acte d'espionnage plutôt que de cyberguerre.

Alors que de hauts responsables américains, dont le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, ont précédemment suggéré que la campagne de piratage était menée par un groupe soutenu par la Russie, la déclaration commune de mardi offre l'évaluation la plus concrète sur les origines de l'attaque, provenant des agences qui enquêtent sur l'incident. En bref, le Cyber Unified Coordination Group (UCG) reconnaît clairement l'acteur responsable de la menace avancée, que les fonctionnaires et les experts américains ont suspecté depuis la première divulgation de la violation de données le mois dernier, comme étant « probablement d'origine russe ».


L’UCG, qui se compose du Bureau fédéral d'investigation (FBI), de l'Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), du Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) et de l'Agence de sécurité nationale (NSA), a commencé à se réunir deux fois par jour depuis que le gouvernement a été informé du piratage, car il s'est efforcé d'évaluer l'ampleur des dégâts et les éventuels responsables de l'attaque. Les agences ont clairement indiqué que l'opération russe était « en cours » et que la chasse aux menaces n'était pas terminée.

« Il s'agit d'un compromis sérieux qui nécessitera un effort soutenu et dévoué pour y remédier », selon la déclaration. « L'effort conjoint des agences continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter, réparer et partager les informations avec nos partenaires et le peuple américain ».

Cette rare déclaration représente la première tentative officielle du gouvernement américain d'attribuer la responsabilité des violations des réseaux de plusieurs agences et de donner un motif possible à l'opération. Les agences de sécurité nationale indiquent que les piratages semblaient être destinés à la « collecte de renseignements », ce qui suggère que les preuves qu’elles ont recueillies jusqu'à présent indiquent un effort d'espionnage russe plutôt qu'une tentative d'endommager ou de perturber les opérations du gouvernement américain.

« À l'heure actuelle, nous pensons qu'il s'agissait, et qu'il s'agit toujours, d'un effort de collecte de renseignements. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour comprendre toute l'étendue de cette campagne et y répondre en conséquence », indique la déclaration.

Cette déclaration a été faite mardi alors que les responsables gouvernementaux et les experts en cybersécurité estiment depuis des semaines que la Russie est responsable. Des médias ont rapporté en décembre que des fonctionnaires de la Maison-Blanche étaient prêts à publier une déclaration qui accusait la Russie d'être le principal acteur du piratage, mais qu'on leur avait dit à la dernière minute de se retirer. Et le même le jour, le président Donald Trump a tweeté que le « Cyber piratage est bien plus important dans les faux médias que dans la réalité » et a suggéré sans aucune preuve que la Chine pourrait être responsable.

Le sénateur démocrate Mark Warner, membre de la commission sénatoriale du renseignement, a applaudi cette déclaration mardi, mais a indiqué qu'il espérait voir des mesures plus concrètes prises pour faire face à la menace et « une mise en garde très sévère contre toute utilisation abusive de réseaux compromis pour produire des effets destructeurs ou nuisibles ».

« Je suis heureux que nous obtenions enfin au moins une attribution provisoire de l'administration, bien que plus de trois semaines après la révélation d'une intrusion aussi importante, j'espère que nous commencerons à voir quelque chose de plus définitif, ainsi qu'une déclaration plus publique de la politique américaine à l'égard des infiltrations aveugles de la chaîne d'approvisionnement de ce type à l'avenir », a-t-il dit dans déclaration.

Moins de 10 agences fédérales américaines infectées par la campagne sophistiquée de piratage

La nouvelle de cette vaste campagne d'espionnage est apparue au début de décembre après que le géant de la cybersécurité FireEye a découvert que son propre réseau avait été piraté. Peu après, il a été signalé que plusieurs agences gouvernementales avaient également été infiltrées. Toutes les victimes sont des clients de la société américaine de logiciels SolarWinds, dont les outils de gestion de réseau Orion sont utilisés par le gouvernement américain et les entreprises de Fortune 500, même si CrowdStrike a révélé qu'elle était également visée, sans succès, par les mêmes pirates, mais par une société qui revend des logiciels Microsoft.

Le président américain avait minimisé l’attaque dans un tweet en décembre, mais un tweet publié mardi par le Conseil national de sécurité, suite à la déclaration gouvernementale, indique que Trump continue d’allouer d’importantes ressources pour soutenir la réponse à la cyberattaque.

« Le président DonaldTrump continue à augmenter toutes les ressources appropriées pour soutenir la réponse de l'ensemble du gouvernement au récent cyber-incident qui a affecté les réseaux gouvernementaux. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour comprendre l'ampleur de cet incident et y répondre en conséquence », lit-on.


Dans sa déclaration de mardi, le gouvernement américain affirme que la violation a touché les réseaux de moins 10 agences fédérales américaines et de plusieurs grandes entreprises technologiques, dont FireEye et Microsoft. Le FBI, la NSA et les autres agences de sécurité ont indiqué que le gouvernement « travaillait encore à comprendre l'étendue » de la brèche.

« L'UCG estime que, sur les quelque 18 000 clients des secteurs public et privé concernés par les produits Orion de SolarWinds, un nombre beaucoup plus restreint a été compromis par une activité de suivi sur leurs systèmes. Nous avons jusqu'à présent identifié moins de 10 agences gouvernementales américaines qui entrent dans cette catégorie, et nous travaillons à identifier les entités non gouvernementales qui pourraient également être touchées », indique la déclaration.

La déclaration n'a pas nommé les agences concernées, mais les Départements du Trésor, de l’Energie et du Commerce font partie des agences connues pour avoir été touchées. Le sénateur démocrate Ron Wyden a déclaré, selon de précédents rapports, que des dizaines de comptes de messagerie du Département du Trésor avaient été compromis et que des pirates informatiques avaient pénétré dans les systèmes utilisés par les plus hauts fonctionnaires du département.

Pour certains experts, l'étendue des cibles touchées n'a pas été révélée. « Je pense qu'il est très peu probable qu'à ce stade de l'enquête, ils puissent être certains que seules dix agences sont touchées », a déclaré Dmitri Alperovitch, ancien directeur technique de la société de cybersécurité CrowdStrike.

Pour Buchanan, un expert en cyberespionnage de l'Université de Georgetown, le fait que de multiples agences d'investigation attribuent maintenant la campagne de piratage à la Russie « lève tout doute sérieux qui subsiste sur les auteurs ». Toutefois, en ce qui concerne le nombre d'agences fédérales compromises, il a déclaré qu'il est difficile de savoir « de l'extérieur comment elles ont évalué cela ». Bien que de telles évaluations soient difficiles, a dit Buchanan, il pense que le gouvernement doit avoir des preuves de sa déclaration étant donné la nature conjointe de cette dernière.

Plus tôt ce mois, le sénateur Mark Warner a dit que le piratage « semble bien pire que ce que je craignais au départ ». « La taille de l’intrusion ne cesse de croître. Il est clair que le gouvernement américain l'a manquée ». Il a ajouté : « Et si FireEye ne s'était pas manifesté, je ne suis pas sûr que nous en serions pleinement conscients à ce jour ».

Un cadre supérieur de la société de cybersécurité qui a découvert le malware, FireEye, a déclaré le mois dernier que « des dizaines de cibles de très grande valeur » ont été infiltrées par des pirates informatiques d'élite, soutenus par l'Etat. Mais Charles Carmakal, directeur technique des services stratégiques de la société, n'a pas voulu nommer les cibles. Microsoft non plus, qui a déclaré avoir identifié plus de 40 cibles gouvernementales et privées compromises, la plupart aux États-Unis.

Source : Déclaration commune des agences de sécurité nationale

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pourquoi cette déclaration a tardé à être publiée, selon vous ?
Qu’est-ce qui change dans l’attaque et la réponse des agences, maintenant que les auteurs sont officiellement connus ?
Moins de 10 agences gouvernementales américaines ont été touchées par la cyberattaque, selon la déclaration. Quels commentaires en faites-vous ?

Voir aussi :

L'attaque de la chaîne d'approvisionnement contre la société SolarWinds expose près de 18 000 organisations, ce piratage peut dévoiler de profonds secrets américains ; les dégâts sont encore inconnus
Le piratage de SolarWinds pourrait être bien pire que ce que l'on craignait au départ, les fédéraux essayant toujours de savoir si ce n'était que de l'espionnage ou quelque chose de plus sinistre
Le Trésor américain victime de piratages informatiques soutenus par un gouvernement étranger, plusieurs autres agences gouvernementales et organisations privées seraient également touchées
Le cabinet de campagne Biden frappé par un piratage informatique présumé du Kremlin, l'échec de l'attaque décelé par Microsoft, qui révèle que les hackers russes ont atteint 200 autres cibles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/01/2021 à 13:57
Même si la news ne concerne pas la France, je reste effaré par le peu de réactions suscitées. Cela demeure un gros piratage qui impacte le "maître du monde", le maître du soft, Microsoft et le maître de la cybersécurité, FireEye.

Bref, c'est suffisamment important : il y a plus de réactions dans lefigaro.fr

Sinon, bonne année à tous !
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 22:32
Bonsoir,

États-Unis : le piratage des agences fédérales est « vraisemblablement d'origine russe », selon les agences de sécurité nationale, et semblait être destiné à la « collecte de renseignements »

Qu’en pensez-vous ?
On voit que l’élection des démocrates ravivent les tensions US/RU. Tout est au conditionnel et il difficile de certifier que cela vient de Russie ...

Pourquoi cette déclaration a tardé à être publiée, selon vous ?
A force d'espionner le monde , c'est l’arroseur arrosé ... Pour une fois que les USA ont trouvé "plus fort" ... ils peinent à identifier d’où vient l'attaque . Comme quoi on ne peut pas toujours être "le leader" tout le temps

Qu’est-ce qui change dans l’attaque et la réponse des agences, maintenant que les auteurs sont officiellement connus ?
Ennemie de l’intérieur difficilement identifiable. Un cheval de Troyes en somme. Un service a pu être une "mule" sans le savoir du coup il est quasi impossible d'identifier la source externe de l'attaquant ...

Moins de 10 agences gouvernementales américaines ont été touchées par la cyberattaque, selon la déclaration. Quels commentaires en faites-vous ?
Il y a du avoir tellement une honte que les chiffres ont de fortes chances d'être volontairement tronqués . Solution 2 ils n'ont pas encore découverts tout le poteau rose !
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:21
Les enquêteurs de Kaspersky pourraient avoir identifié les hackers de la société texane SolarWinds. Il s'agirait du groupe russe de pirates informatiques Turla
Bof, rien de nouveau sous le soleil. En fonction du moment, toute action de hacking aux USA a pour origine la Chine, la Russie, la Corée du Nord ou l'Iran.

Certains appliquent simplement une règle marketing de base: Toujours faire plaisir à son client!

Pas sûr que l'information de Kaspersky ferait la une des médias américains si la conclusion était que les hackers étaient strasbourgeois!
0  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 13:02
J'en pense que Solarwinds a embauché 2 experts en cybersécurité pour revoir de fond en comble la sécurité de l'entreprise et des softs (source Ziff Davis). Microsoft devrait peut-être faire de même pour son code. Mais à ces prix, seul des états pourront s'offrir ce que vendent les pirates. Et pour la source, je pense que ce sont les pirates eux-mêmes à l'origine de ces révélations.
0  0 
Avatar de Eric80
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 21:47
j y connais rien, mais les prix me semblent pas très élevés, qd on pense aux heures de travail derrière le code.

Le code de Windows n'est pas complètement fermé: Microsoft offre son code source pour inspection aux gouvernements partenaires qui en font la demande: https://docs.microsoft.com/en-us/sec.../onlinesources
0  0 
Avatar de steel-finger
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 0:17
Citation Envoyé par Eric80 Voir le message
Le code de Windows n'est pas complètement fermé
Alors oui mais, comment savoir que le code source vu est bien le même qui tourne sur un pc ! Car ils peuvent nous montrer un code clean et un autre qui tourne totalement modifié.
0  0