IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les micro-inondations couplées à des attaques au niveau des applications ont augmenté de 80 % entre 2020 et 2021
Tandis que l'augmentation des attaques DDoS a battu tous les records

Le , par Sandra Coret

22PARTAGES

3  0 
La cybersécurité est devenue une préoccupation majeure en raison de l'augmentation massive des attaques DDoS détectées l'année dernière, puisque tous les records ont été battus en ce qui concerne ce type particulier de cyberattaques.

Cependant, ce ne sont pas les seuls types de cyberattaques que les acteurs malveillants tentent de mettre en œuvre, les micro-inondations étant également en augmentation.

Les micro-inondations sont passées un peu inaperçues parce que les DDoS semblaient bénéficier de la plus grande publicité, mais ces micro-inondations couplées à des attaques au niveau des applications ont en fait augmenté d'un étonnant 80 % entre 2020 et 2021. Cette évolution est préoccupante car elle pourrait indiquer que les acteurs malveillants optent pour des attaques de petite et moyenne envergure au lieu de se concentrer sur les attaques à grande échelle, que les responsables de la sécurité doivent commencer à prendre plus au sérieux.

De plus, en combinant des cyberattaques de différentes tailles, les acteurs malveillants peuvent rendre plus difficile la tâche des professionnels de la sécurité qui tentent d'atténuer leurs attaques. L'évolution des modèles d'attaque peut obliger les experts en sécurité à s'adapter constamment aux nouvelles variantes d'attaque, ce qui peut réduire l'efficacité avec laquelle ces cyberattaques peuvent être tenues à distance.

C'est ce qui ressort d'un nouveau rapport publié par Radware, qui révèle également quelles sont les principales cibles des cyberattaques. Les secteurs des jeux et du commerce de détail ont reçu 22 % chacun du volume total des attaques observées en 2021. Les agences gouvernementales arrivent en deuxième position avec 13 % du volume global des attaques, suivies par le secteur de la santé (12 %), qui est le dernier de cette liste à connaître un pourcentage de volume d'attaques à deux chiffres.

Les attaques de taille moyenne ont également augmenté de 39 %, ce qui doit être pris en compte dans les futurs protocoles de sécurité et techniques d'atténuation que les experts pourraient essayer de mettre en œuvre en raison de leur importance.


Source : Radware

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Avez-vous fait le même constat au sein de votre organisation ?

Voir aussi :

Les cybercriminels ont lancé 9,75 millions d'attaques DDoS de plus en plus sophistiquées en 2021, grâce aux gangs de ransomware, aux services DDoS-for-Hire et aux armées de botnets de classe serveur

Les logiciels malveillants deviennent plus sophistiqués et sont plus susceptibles de demander une rançon, selon un rapport qui met en évidence les 10 techniques d'attaque les plus répandues

Les attaques par déni de service distribué ont gagné en complexité en 2021, la taille moyenne des attaques a quadruplé, allant jusqu'à 1,4 Tbps, selon les nouvelles données de F5

Les cybercriminels collaborent et adaptent leurs méthodes pour accroître leurs profits, en vendant l'accès aux systèmes violés à des groupes criminels organisés, selon HP Wolf Security

Le nombre de requêtes d'applications web malveillantes a augmenté de 88 % entre 2020 et 2021, les attaques par contrôle d'accès brisé et par injection représentant plus de 75 % d'entre elles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !